Après la mobilisation à l'usine de Bois-Rouge, la Fédération réunionnaise du BTP réagit :

"Il n'est pas acceptable de faire appel à des travailleurs extérieurs"


Publié / Actualisé
Ce jeudi 24 mai, des employés de l'usine Albioma de Bois-Rouge et des syndicats du BTP ont manifesté pour contester la présence de travailleurs étrangers, notamment espagnols et portugais, sur le site de Sainte-Suzanne. Une mobilisation soutenue par la Fédération réunionnaise du BTP (FRBTP) qui réagit ce vendredi 25 mais. Elle affirme être, elle aussi, "contre l'embauche de travailleurs extérieurs sur des postes que les salariés de l'île pourraient occuper".
Ce jeudi 24 mai, des employés de l'usine Albioma de Bois-Rouge et des syndicats du BTP ont manifesté pour contester la présence de travailleurs étrangers, notamment espagnols et portugais, sur le site de Sainte-Suzanne. Une mobilisation soutenue par la Fédération réunionnaise du BTP (FRBTP) qui réagit ce vendredi 25 mais. Elle affirme être, elle aussi, "contre l'embauche de travailleurs extérieurs sur des postes que les salariés de l'île pourraient occuper".

"Selon les dernières données publiées par l’Insee le 13 avril 2018, le taux de chômage touche 23% de la population active à La Réunion. A ce jour, plus de 141 000 personnes sont à la recherche d’un emploi. Le secteur du Bâtiment et des Travaux Publics est à l’agonie" précise la FRBTP.

"Depuis 2008, le BTP réunionnais a perdu 32% de ses effectifs, avec environ 17 000 salariés à ce jour a ajouté la Fédération. 50 % des entreprises employant au moins un salarié ont disparu et le chiffre d’affaires de la filière a été divisé par deux, hors chantier de la nouvelle route du littoral".

Face à cette situation, "la FRBTP estime qu’il n’est pas acceptable de faire appel à des travailleurs extérieurs de l’île, surtout s’agissant de compétences locales".

La Fédération enchaine : "Dans le cas où celles-ci n’existeraient pas ou ne seraient pas disponibles, ce type de chantier devrait être l’opportunité pour les entreprises locales de faire monter en compétences leurs salariés, de les former à de nouvelles techniques, de développer leur savoir-faire et ainsi de les valoriser. Ces initiatives permettant également, par effet combiné, aux entreprises réunionnaises de se positionner sur de nouveaux marchés."


La FRBTP réaffirme enfin "la nécessité de protéger l’économie locale et milite toujours en faveur d’un retour à l’activité, pour éviter la perspective d’un avenir qui ne tiendrait qu’aux aides nationales et communautaires".

Lire aussi => Les syndicats protestent contre la présence des travailleurs étrangers

   

2 Commentaire(s)

KUNTA KINTé, Posté
Des comiques en couche culotte , les guignoles de l'info sont de sortie !
Jose, Posté
On a les compétences, mais aussi et surtout hélas la propension à tout bloquer à la première occasion !

Ça les patrons l'ont compris, et ces travailleurs "étrangers" sont plus assidus au travail !