Manifestation des indépendants contre la Sécu :

La CGSS répond " la sécurité sociale, c'est la solidarité nationale"


Publié / Actualisé
Depuis ce matin 8h30, les travailleurs indépendants unis sous bannière du collectif des syndicats et associations des professionnels de La Réunion contre la Sécurité Sociale "qui les asphyxie" avec les charges. Les manifestants ont tenté d'obtenir un entretien avec le directeur de la CGSS Christophe Madika en se rassemblant dans la cour du bâtiment. La direction de la CGSS n'a donné aucune suite à cette demande mais a publié un communiqué dont voici le contenu :
Depuis ce matin 8h30, les travailleurs indépendants unis sous bannière du collectif des syndicats et associations des professionnels de La Réunion contre la Sécurité Sociale "qui les asphyxie" avec les charges. Les manifestants ont tenté d'obtenir un entretien avec le directeur de la CGSS Christophe Madika en se rassemblant dans la cour du bâtiment. La direction de la CGSS n'a donné aucune suite à cette demande mais a publié un communiqué dont voici le contenu :

La Securite Sociale n'est pas un systeme assurantiel, merne si elle met en oeuvre certaines techniques de ('assurance. C'est pourquoi on a souvent un systeme de securite sociale et non pas des assurances sociales.

II faut rappeler que le premier article du code de Ia securite sociale indique : “ L'organisation de Ia sécurite sociale est fondee sur le principe de Ia solidarite nationale”.

La sécurite sociale est donc un système de solidarité organisée qui selon ses fondateurs reposent sur le principe suivant : je reçois en fonction de mes besoins et je cotise en fonction de mes moyens.

Cette phrase donne bien la dimension de redistribution du système vers les malades, les families, les personnes âgées, les plus démunis à travers Ia CMU etc...

Pour ce qui est de La Réunion, le montant des cotisations s'établit en chiffre rond a 2,5 milliards d'euros et les prestations versées par la CAF et la CGSS à 5 milliards d'euros. Ceci traduit bien que chaque année, la métropole verse l’équivalent des cotisations recouvrées sur l’île au titre de la solidarité.

Ce ne sont pas les frais de gestion qui sont onéreux (mains de 3 %) mais bien les prestations. C'est ainsi que La Reunion compte plus de 350 000 bénéficiaires de la CMUC et plus 110 000 bénéficiaires du RSA et près de 18 600 bénéficiaires du minimum vieillesse. Voici un exemple tout a fait éloquent de la dimension solidarité. Permettre aux plus pauvres qui n'ont pas les moyens de soigner ou de disposer d'un des minima sociaux pour survivre, c'est la traduction concrète des béneéfices de la redistribution du système de solidariée.

Bien évidemment un système basé sur un système d'assurance privée qui ne comporte pas cette dimension de solidarité et de redistribution est moins onéreux.

II serait d'ailleurs intéressant d'examiner la gestion de ces structures privées et la sécurite sociale montrerait son excellence. On nous retorquera que c'est parce que les masses financières manipulées sont importantes que les cats de gestion sont faibles. C'est exact mais ceci montre encore l’intérêt d'un système obligatoire global.

Ce modèle social est consubstantiel à notre République qui déclare dans le préambule de la Constitution que la France est une République laïque, sociale et démocratique.

La sécurite sociale fait partie du pacte social. II est possible de s'en affranchir mais c'est un autre modèle de société. II faut cependant remarquer que plus une société se développe plus elle accorde des droits sociaux.

La seule véritable contrepartie est de s'assurer de la juste utilisation des fonds et donc de lutter contre les abus et les fraudes. Force est de constater que nos moyens sont encore insuffisants en la matière. L'acceptabilité de ces prélèvements sociaux ne pourra perdurer que si nous progressons en la matière.

L'affiliation a un régime de sécurité sociale est donc obligatoire. Les seuls choix, et donc Ia mise en concurrence, concernent ce qui est qualifié de complementaire comme la complementaire maladie ou encore l'épargne retraite ou encore la dépendance, risque non couvert a ce jour.

   

1 Commentaire(s)

KUNTA KINTé, Posté
On se fiche des commentaires de la Cgss , le travailleur indépendant demande d'être libéré et choisir lui même sa couverture sociale maladie , et de retraite ...
Tout le reste c'est de la masturbation de l'esprit .
Non au système imposé par une minorité de technocrates protégés pour service rendu par ceux qui tirent les ficelles dans l' ombre , le nouvel ordre du monde !!!