Constructys craint la réforme de la formation professionnelle :

Formations BTP : "Nous voulons garder la main sur nos fonds"


Publié / Actualisé
Constructys est un opérateur de formation spécialisé dans le BTP, qui existe depuis 1972 à La Réunion. Ses missions : accompagner les entreprises dans l'analyse de leurs besoins en compétentes et formation, et les aider à la mise en oeuvre et la gestion administrative de leur plan de formation. Spécialisé dans le BTP, Constructys craint la réforme de la formation professionnelle portée par la ministre du Travail, Muriel Pénicaud. "Nous voulons garder notre spécificité et garder la main sur nos fonds collectés et les salaires de nos employés a expliqué Yannick Painiaye, président de Constructys. Nous voulons continuer à prendre notre destin en main."
Constructys est un opérateur de formation spécialisé dans le BTP, qui existe depuis 1972 à La Réunion. Ses missions : accompagner les entreprises dans l'analyse de leurs besoins en compétentes et formation, et les aider à la mise en oeuvre et la gestion administrative de leur plan de formation. Spécialisé dans le BTP, Constructys craint la réforme de la formation professionnelle portée par la ministre du Travail, Muriel Pénicaud. "Nous voulons garder notre spécificité et garder la main sur nos fonds collectés et les salaires de nos employés a expliqué Yannick Painiaye, président de Constructys. Nous voulons continuer à prendre notre destin en main."
  •  

Selon les membres de Constructys, le projet de loi de cette réforme, bientôt examiné par le Parlement, inclut, dans les départements d'outre-mer,  la désignation d'un opérateur compétent. "nous allons perdre la main sur le fléchage des fonds et les formations adéquates et nécessaires pour notre branche" réagit Cyril Rickoumouny, président de la Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment (CAPEB). Regardez : 

 

 

De son côté, Sylviane Dijoux, membre de Constructys a, quant à elle, déclaré : "on se sent discriminé. En métropole, Constructys gardera la main sur ses fonds. Ici, dans les DOM, on veut décider pour nous". Cyril Rickoumouny réagit : 

 

 

Selon Yannick Painiaye, les négociations sont toujours possibles : 

 

 

sw/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !