En métropole, à La Réunion et à Mayotte :

Des vers géants menacent la biodiversité


Publié / Actualisé
Ils passent de continent en continent de par les transports de plantes, des vers exotiques géants, appartenant à la famille des Plathelminthes terrestres et aussi appelés Bipallinés, ont été repérés en France métropolitaine et dans les territoires d'Outre-Mer. Certains peuvent atteindre une longueur d'un mètre et se distinguent facilement par la forme, en marteau, de leur tête. Ce sont des espèces envahissantes qui viennent des régions chaudes de l'Asie.
Ils passent de continent en continent de par les transports de plantes, des vers exotiques géants, appartenant à la famille des Plathelminthes terrestres et aussi appelés Bipallinés, ont été repérés en France métropolitaine et dans les territoires d'Outre-Mer. Certains peuvent atteindre une longueur d'un mètre et se distinguent facilement par la forme, en marteau, de leur tête. Ce sont des espèces envahissantes qui viennent des régions chaudes de l'Asie.
En France métropolitaine, trois espèces ont été signalées. Parmi elles, le Bipalium kewense, a également été repéré dans les territoires d'Outre-Mer tels que la Polynésie française, la Guyane française, la Martinique, la Guadeloupe, Saint-Martin, Saint-Barthélemy et La Réunion. S'ajoute une nouvelle espèce probable, Diversibipalium sp. " bleu ", signalée à Mayotte.
 
Selon une étude réalisée par des scientifiques internationaux,  ces espèces de vers devraient être considérées comme exotiques et envahissantes. Elles peuvent dépasser les 20 centimètres.

Un spécimen particulier repéré à Mayotte

À Mayotte, un spécimen particulier a été repéré. Il s'agit du Diversibipalium "bleu" (voir photo). Mayotte, comme les Comores, est une petite île volcanique, qui a connu un intense commerce humain depuis des siècles avec les îles voisines et Madagasca, et des territoires plus lointains dont l'Asie. "N'importe lequel de ces territoires pourrait être le lieu d'origine de cette espèce" indiquent les spécialistes. Selon ces derniers, cette espèce n'a jamais été séquencée auparavant.

Ils menacent la biodiversité des sols

En France, cela fait plus de 20 ans que ces vers terrestres, aussi appelés Plathelminthes terrestes sont recensés. A La Réunion, certaines espèces ont été repérées principalement dans les jardins, à la Plaine des Cafres, aux Avirons, à Bras-Panon, au Tampon, à Petite-Île, à Saint-Louis, Saint-Paul, Saint-Pierre ou encore Sainte-Marie. 
 
Ces vers sont des prédateurs de vers de terre, capables de tuer et de manger des proies beaucoup plus grandes qu'eux. Ils menacent la biodiversité des sols car les vers de terre sont des animaux essentiels dans l'écosystème soutterain : ils digèrent la matière organique, aèrent le sol et favorisent sa fertilité. 
 
www.ipreunion.com
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !