Réalisation d'une zone d'activité économique à Gillot :

Christian Annette fermement engagé dans la reprise du dossier


Publié / Actualisé
Le conseiller municipal de Sainte-Marie, Christian Annette, est catégorique : le projet de réalisation de la zone d'activité économique (ZAE) de Gillot est, depuis vingt ans, enterré. Selon lui, à cause d'hommes politiques ayant oeuvré pour leurs intérêts personnels. En conférence de presse, ce mercredi 6 juin, l'élu a annoncé militer pour la reprise de ce dossier. Pour lui, l'intérêt général doit prendre le dessus.
Le conseiller municipal de Sainte-Marie, Christian Annette, est catégorique : le projet de réalisation de la zone d'activité économique (ZAE) de Gillot est, depuis vingt ans, enterré. Selon lui, à cause d'hommes politiques ayant oeuvré pour leurs intérêts personnels. En conférence de presse, ce mercredi 6 juin, l'élu a annoncé militer pour la reprise de ce dossier. Pour lui, l'intérêt général doit prendre le dessus.

"L’intérêt général à la Réunion, c’est bien l’emploi". Les mots de Christian Annette sont clairs. Pour justifier ses propos, il livre des chiffres : "le drame à la Réunion ce sont ces 137 670 chômeurs, de catégorie A, au 1er trimestre 2018".  Ainsi, c’est sur cette problématique que le conseiller de Sainte-Marie prétend baser son combat. La création effective de cette ZAE, à Gillot, devrait permettre la création de 4000 emplois qualifiés à la Réunion.

Un projet qui date d'il y a 20 ans

Christian Annette rappelle : ce projet de ZAE est le fruit d’une étude menée par l’intercommunalité du Nord, la CINOR, il y a déjà 20 ans. A l'époque, ce projet dit de "Vallée de l'innovation" avait notamment recue l'adhésion soutenue de l'ancien préfet, Jean-Luc Marx.

Or, selon le conseiller municipal, l’étude a été passée sous silence par certains hommes politiques qui protégeraient leurs intérêts financiers personnels. D’après Christian Annette, les terrains sur lesquels devraient être bâti le projet, appartiennent à de puissantes familles réunionnaises, de grands propriétaires fonciers, qui refuseraient de céder leurs terres si facilement. 

En interview à la permanence du Parti socialiste de la Grande-Montée à Sainte-Marie, l’homme, déterminé, explique la situation :

 

"On a besoin de l'appui de l'Etat"

Pour faire redémarrer ce dossier, Christian Annette a écrit au président de la République, Emmanuel Macron. "Face à ce genre de difficultés, il faut rappeler le rôle majeur de l’Etat. On a besoin de l’appui de l’Etat, qui est le garant de l’intérêt général", estime le conseiller municipal. Ce dernier nous a également présenté la réponse qu’il a reçu du chef du cabinet du président de la République qui dit avoir "signalé au préfet de La Réunion (le courrier du conseiller Annette, ndlr) en lui demanant de procéder à un examen diligenté de ce dossier ".

Christian Annette se dit réjoui : "l’Élysée a compris l’enjeu des 4000 emplois sur un territoire aussi sinistré par le chômage. "

Si, désormais, le dossier est entre les mains du préfet et des élus, Christian Annette reste engagé, et tient à faire connaitre cette histoire aux Sainte-Mariens. Depuis ce lundi, il milite avec son équipe en distribuant notamment des tracts reproduisant les articles de l’enquête que nos confrères du JIR avaient déjà mené sur cette affaire.

mg/ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !