Tribune libre de Erick Murin responsable du Cran :

Mersi pou nout zanfan Wilhiam


Publié / Actualisé
L'île de la Réunion perd un artiste d'un immense talent qu'était Wilhiam Zitte, âgé de 64 ans. Ses oeuvres sont à l'image de sa grande passion pour l' histoire des hommes et ses époques. Il avait cette facilité d'associer des visages aux éléments symboliques qui constituent notre imaginaire, il sculptait sa passion pour accueillir les sensibilités lointaines. Wilhiam Zitte était aussi un briseur de préjugés. Il imposa aux regards méprisants ce visage du Kaf/ noir qui vit dans l'univers des préjugés entretenu par une société réunionnaise enchaînée par son histoire. C'était un artiste qui s'adressait sans cesse aux sens, aux émotions et aux intuitions, même ceux du monde invisible. Nous regretterons cet enfant réunionnais qui, de par sa singularité artistique nous a enrichi de poésie imagée.
L'île de la Réunion perd un artiste d'un immense talent qu'était Wilhiam Zitte, âgé de 64 ans. Ses oeuvres sont à l'image de sa grande passion pour l' histoire des hommes et ses époques. Il avait cette facilité d'associer des visages aux éléments symboliques qui constituent notre imaginaire, il sculptait sa passion pour accueillir les sensibilités lointaines. Wilhiam Zitte était aussi un briseur de préjugés. Il imposa aux regards méprisants ce visage du Kaf/ noir qui vit dans l'univers des préjugés entretenu par une société réunionnaise enchaînée par son histoire. C'était un artiste qui s'adressait sans cesse aux sens, aux émotions et aux intuitions, même ceux du monde invisible. Nous regretterons cet enfant réunionnais qui, de par sa singularité artistique nous a enrichi de poésie imagée.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !