La boisson sucrée inquiète mais... :

Capri-Sun a encore de beaux jours devant lui


Publié / Actualisé
Depuis trois semaines, une polémique enfle sur une boisson tant appréciée à La Réunion : le Capri-Sun. Jugée trop sucrée, la boisson inquiète les nutritionnistes, à La Réunion comme ailleurs dans le monde. Surtout que le Capri-Sun est très en vogue chez les enfants, et semble ancré dans les habitudes de consommation des Réunionnais. Guillaume Aubery, de la société réunionnaise " Grand Sud " productrice de Capri-Sun depuis 15 ans, rappelle qu'aucune réglementation n'a été violée concernant le taux de sucre présent dans cette boisson. De même, sa composition a toujours été connue du grand public, donc pas de scandale sanitaire. Cependant, la marque Capri-Sun, soucieuse de son image, développe au niveau mondial 2 nouvelles gammes : " pure " et " bio ", des produits sucrés uniquement grâce au sucre naturel présent dans les fruits.
Depuis trois semaines, une polémique enfle sur une boisson tant appréciée à La Réunion : le Capri-Sun. Jugée trop sucrée, la boisson inquiète les nutritionnistes, à La Réunion comme ailleurs dans le monde. Surtout que le Capri-Sun est très en vogue chez les enfants, et semble ancré dans les habitudes de consommation des Réunionnais. Guillaume Aubery, de la société réunionnaise " Grand Sud " productrice de Capri-Sun depuis 15 ans, rappelle qu'aucune réglementation n'a été violée concernant le taux de sucre présent dans cette boisson. De même, sa composition a toujours été connue du grand public, donc pas de scandale sanitaire. Cependant, la marque Capri-Sun, soucieuse de son image, développe au niveau mondial 2 nouvelles gammes : " pure " et " bio ", des produits sucrés uniquement grâce au sucre naturel présent dans les fruits.

La petite boisson de 200ml présente un packaging assez attrayant : des couleurs vives qui sentent fort l’été et le fun. Et des illustrations de fruits, d’animaux en profusion, donnant dès lors la sensation de se rapprocher de la nature, et faire du bien à son corps. La boisson est adorée par les enfants. A La Réunion, cette marque est bien ancrée dans les habitudes de consommation des réunionnais, rappelle Guillaume Aubery, directeur-adjoint de la société de production Grand Sud. Capri-Sun remporte 70% de parts de marché sur la vente des boissons de petit format (200ml) sur l’île.


- Trop sucré ! -

Cependant, déjà en juin 2017, l’ONG Foodwatch, accusait la marque – qui, on le rappelle, existe au niveau mondial – de développer un marketing ciblé, visant directement les enfants. Or, Foodwatch jugeait cette boisson "trop sucrée au regard du jeune âge des consommateurs ciblés par son marketing". Une pétition, lancée le 20 juin 2017, avait d’ailleurs récolté près de 47.OOO signatures. Mais la vente de Capri-Sun n’a pas baissé, et a même connu une hausse. En cause : durant l’été 2017, le Capri-Sun est devenue la boisson fétiche des rappeurs français.

En ce sens, une chanson de Boy-Bandit, clamant "vas-y plante ta paille, plante ta paille dans ton Capri-Sun". Cliquez ici pour voir son clip.

 

- Sucré oui, mais réglementé -


Chaque gourde de 200 ml de Capri-Sun, en France, contient 19 grammes de sucre. Or, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES), recommande aux adultes de ne pas consommer plus de 100 grammes de sucres par jour. Une gourde représente donc 20% de la quantité quotidienne maximale pour un adulte sain.

A La Réunion, le chiffre est le même : 9 à 10 grammes de sucre par 100ml, informe Guillaume Aubery, qui admet que cela représente environs 90% de sucres ajoutés par petite gourde.

"Alors oui, c’est sucré le Capri-Sun, mais "trop"sucré, selon quoi ? Il faut savoir que le Capri-Sun que nous produisons rentre complétement dans la norme", se défend Guillaume Aubery. Il précise bien que le taux de sucre ajouté dans la boisson ne s’oppose à aucune loi en vigueur, "tout est fait dans le respect des réglementations". Donc même avec la polémique récente, la société n’a pas eu à être inquiétée par des contrôles soudains.

"L’attention se porte sur notre boisson mais nous ne sommes pas les plus sucrés, si on compare avec d’autres boissons produites et commercialisées à La Réunion, et également très appréciées", ajoute t-il.

D’ailleurs, il parait intéressant de remarquer que lors de grosse promotion, il n’est pas rare de voir le prix du litre de certaines de ces boissons concurrencer le prix du litre d’eau minérale…

Le responsable de Grand Sud production rappelle également que "toute la composition de ce produit est inscrite sur les paquets. Il n’y a pas eu de secret là-dessus". " Et même, nous sommes moins sucrés qu’en métropole ! Cela peut surprendre, mais c’est lié au fait que le sucre utilisé dans notre recette est meilleur que le sucre blanc utilisé en métropole. Nous utilisons en effet du sucre de canne local, qui a un gout plus prononcé, et qui peut donner, à tort, la sensation d’être plus sucré ", finit d’expliquer le producteur.

De plus, les photographies de Capri-Sun périmés qui circulent sur internet n’ont rien à voir avec La Réunion, rassure Guillaume Aubery. 


- Dangers réels sur la santé –


Si la boisson existe sur le marché, cela ne signifie pas qu’il faille en abuser. Les dangers sur la santé sont réels, comme le signale l’ANSES : 20 à 30 % des français ont des apports en sucres beaucoup trop élèvés, et cet "excès peut entraîner surpoids, obésité et maladies qui y sont associées, comme le diabète de type 2, des maladies cardiovasculaires et certains cancers".
L’Agence recommande aussi aux pouvoirs publics de "prendre des mesures visant à limiter l’incitation à la consommation de produits sucrés (publicités visuelles, audio-visuelles, audio, etc.)."

D’autre part, pour les nutritionnistes, le Capri-Sun n’a aucun intéret nutritionnel. Il s’agirait plutôt d’une eau sucrée aromatisée aux fruits… pas d’un jus de fruits contenant des vitamines.

Alors, sans doute consciente de sa mauvaise image, la marque Capri-Sun serait actuellement en train de développer 2 nouvelles gammes meilleures pour la santé : " pure " et " bio ", des produits sucrés uniquement grâce au sucre naturel présent dans les fruits. A voir...

mg/ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Aterla, Posté
Il est en effet plus que temps de lire (et de faire lire aux enfants) le contenu de ces boissons et autres nectars : ils se présentent comme des jus de fruits mais ne sont en effet que des"jus de l'eau sucrés" avec des arômes artificiels.