Restitution du projet "Le Patron... c'est Nous" :

132 élèves de la Saline partagent leurs projets dans l'économie sociale et solidaire


Publié / Actualisé
Ce 26 juin, 132 élèves de six classes de CM2 se sont rassemblés au Centre Jaques Tessier de la Saline pour partager leurs actions entreprises dans le cadre du projet "Le Patron... c'est Nous". Circuits-courts, recyclage, sport adapté, au-delà des projets en eux-mêmes c'est bien autour des valeurs de l'Économie Sociale et Solidaire (ESS) qu'ils se sont retrouvés.
Ce 26 juin, 132 élèves de six classes de CM2 se sont rassemblés au Centre Jaques Tessier de la Saline pour partager leurs actions entreprises dans le cadre du projet "Le Patron... c'est Nous". Circuits-courts, recyclage, sport adapté, au-delà des projets en eux-mêmes c'est bien autour des valeurs de l'Économie Sociale et Solidaire (ESS) qu'ils se sont retrouvés.

"Pour sa deuxième année d'existence, le projet "Le Patron... c'est Nous !" est encore une belle réussite". C'est avec un sourire de satisfaction qu’Éric Chane To Hing, coordonnateur de l'OCCE de La Réunion, est reparti de la Saline ce mardi 26 juin. Celui qui organise l'événement avec la CRESS de La Réunion (Chambre de régionale de l’Économie Sociale et Solidaire) et l'ESPER (Économie Sociale Partenaire de l'Ecole de la République) avait en effet toutes les raisons de se réjouir. Convivialité, partage et échange ont rythmé cette matinée qui rassemblait 132 élèves de CM2, leurs encadrants et les responsables des entreprises ESS marraines.

Ces structures, Les Compagnons Bâtisseurs, Ti Tang Récup, Les Girafons, Les petits débrouillards, Art pour tous et la Ligue Réunionnaise de Sport Adapté, toutes issues du champ de l'ESS, ont profité de la matinée pour organiser des ateliers en lien avec leur activité. La CRESS de La Réunion, l'OCCE de La Réunion et trois partenaires membres de l’ESPER (CEMEA, Prévention MAIF et la MAIF) avaient également concocté des ateliers ludiques autour de l'ESS. Les marmailles y ont participé avec entrain et un soupçon de désinvolture. Auparavant, ils ont présenté, cette fois avec un sérieux non feint, le travail réalisé tout au long de l'année dans le cadre du projet "Le Patron... c'est Nous !".

Valeurs et entrepreneuriat

Création et vente de lettres en pâte Fimo au profit d’une association, production de confitures "pays" et vente de crêpes, rencontres sportives entre élèves et adultes porteurs de handicap psychique ou mental, participation à la démocratisation de l’art et de la culture, recyclage de textiles, création de matériaux de construction pour sensibiliser à l’auto-réhabilitation…, des projets différents mais qui avaient tous pour but d'initier les élèves aux valeurs de l'Économie Sociale et Solidaire. Une manière également de leur faire comprendre la notion d'entrepreneuriat et la possibilité "d'entreprendre autrement". Au cours de leurs travaux, ils ont notamment pu se confronter aux difficultés inhérentes à la co-construction d'un projet et outrepasser, ensemble, les obstacles.

"Initier la jeun'ESS, j'insiste sur l'orthographe, aux valeurs de l'ESS entre pleinement dans le rôle et les missions de la Chambre de régionale de l’Économie Sociale et Solidaire, explique son directeur, Frédéric Auré. Nous sommes convaincus que ces valeurs et ce champ incarnent l'avenir et ce type de projet participe à préparer les jeunes générations".

Une démarche à laquelle s'associent pleinement l'Office Central de la Coopération à l'Ecole de La Réunion (OCCE 974) et l'ESPER : "Ce projet permet l’apprentissage de la vie civique et démocratique par la mise en place au sein des classes d’une instance inspirée des structures de l’ESS : le conseil d’enfants. Cette instance donne l’opportunité aux enseignants et élèves de partager leurs opinions et de prendre collectivement des décisions sur les projets et la vie de la classe. Dès lors, chacun s’initie au débat démocratique, au partage des pouvoirs et à la prise de responsabilités", précise Eric Chane To Hing.

"Notre société connaît de profondes mutations, il semble urgent que les élèves acquièrent différentes visions de la vie sociale et du monde économique. Cela contribuera à leur permettre de devenir des citoyens et des acteurs sociaux et économiques, curieux et libres de leurs choix. C’est un des objectifs de ce projet", complète Claudine Donz pour l'ESPER.

Nul doute en effet qu'au moins 132 marmailles réunionnais savent désormais parfaitement ce qu'est l'ESS et les nombreuses possibilités offertes par ce champ. Peut être même que certains d'entre eux  s'y investisseront d'une manière ou d'une autre à l'avenir. A la rentrée prochaine, ce sera au tour d'une autre grosse centaine de petits chanceux de découvrir, en s'amusant avec sérieux, l'ESS et ses vertus.
 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !