[VIDÉOS] Ils voient leur taxe professionnelle augmenter :

Planteurs en colère


Publié / Actualisé
Ce mercredi 27 juin 2018, des agriculteurs, adhérents de l'UPNA (Unis pour nos agriculteurs), se sont réunis à Saint-Denis, devant le Centre technique interprofessionnel de la canne et du sucre (CTICS) pour manifester leur mécontentement. Et ce, suite à deux décisions prises par le Conseil d'administration du CTICS qui devraient faire augmenter leur taxe professionnelle de 0,33 centime par tonne de canne livrée.
Ce mercredi 27 juin 2018, des agriculteurs, adhérents de l'UPNA (Unis pour nos agriculteurs), se sont réunis à Saint-Denis, devant le Centre technique interprofessionnel de la canne et du sucre (CTICS) pour manifester leur mécontentement. Et ce, suite à deux décisions prises par le Conseil d'administration du CTICS qui devraient faire augmenter leur taxe professionnelle de 0,33 centime par tonne de canne livrée.

Les décisions prises au sein du CTICS ne semblent pas convenir aux agriculteurs de l'UPNA. "Elles vont à l'encontre des planteurs" déclare Patrice Pounoussamy, président de l'association qui pointe du doigt deux décisions prises la semaine dernière par le Conseil d'administration du CTICS. 

A savoir l'informatisation de la position des sondes qui permet le prélèvement d'échantillons dans les chargements, et la généralisation des trottoirs dans l'ensemble des plateformes de l'île. Ces deux décisions entrainent des investissements faisant augmenter la taxe de 0,33 centime par tonne de canne pour les planteurs. Patrice Pounoussamy l'explique ici : 

Des décisions prises "en faveur des industriels"

Selon ce président, les dernières décisions du Conseil d'administration sont "irrévocables" et sont souvent prises en faveur des industriels et non des planteurs : 

"Notre profession est en danger"

Patrice Pounoussamy l'affirme : "Il faut prendre conscience que notre profession est en danger à travers toutes les augmentations et une éventuelle baisse des POSEI (Programme d'options spécifiques à l'éloignement et à l'insularité)". Regardez : 

Un planteur de Saint-Joseph exprime son mécontentement. "On ne voit pas nos aider arriver" déclate-t-il, ici : 

Reçus par la direction du CTICS ainsi qu'un représentant de la Direction de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt (DAFF) de La Réunion, les membres de l'UPNA ont pu leur faire part de leurs revendications. "La directrice du CTICS nous a dit que c'est le Conseil d'administration qui prend les décisions. Elle, elle est uniquement là pour les faire appliquer. Mais elle a promis de transmettre nos dires au CA" résume Patrice Pounoussamy. 

Quant à l'aide à la replantation (qui est versée par l'Etat et représente 3400 euros par hectare et par planteur), "la directrice nous a affirmé que l'argent commençait à arriver depuis la semaine dernière explique le président de l'UPNA. On va rester vigileant et revenir vers le CTICS d'ici une quinzaine de jours pour voir si le problème est résolu". 

sw/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !