Après les CP, les CE1 (actualisé) :

Il y aura 861 classes à 12 élèves à la prochaine rentrée scolaire


Publié / Actualisé
Depuis un an déjà, les écoles de La Réunion situées en Réseau d'éducation "super-prioritaire" (REP+), ont vu leurs classes de CP être dédoublées, pour accueillir 12 élèves en moyenne. Sur l'île, les sept municipalités concernées ont du réaliser certains aménagements pour mettre la réforme du gouvernement Macron à exécution. Un an plus tard, certaines d'entre elles renouvellent l'opération, cette fois-ci pour les classes de CP situées en REP et pour celles de CE1, classées en REP+. Tout doit être prêt dans deux mois, pour la rentrée scolaire.
Depuis un an déjà, les écoles de La Réunion situées en Réseau d'éducation "super-prioritaire" (REP+), ont vu leurs classes de CP être dédoublées, pour accueillir 12 élèves en moyenne. Sur l'île, les sept municipalités concernées ont du réaliser certains aménagements pour mettre la réforme du gouvernement Macron à exécution. Un an plus tard, certaines d'entre elles renouvellent l'opération, cette fois-ci pour les classes de CP situées en REP et pour celles de CE1, classées en REP+. Tout doit être prêt dans deux mois, pour la rentrée scolaire.

Jean-François Salles, inspecteur d'Académie et directeur académique adjoint à La Réunion a accepté de répondre à nos questions. 

Il est revenu sur la mise en place de la réforme appliquée l'année dernière. A cette époque, le dédoublement des classes ne concernait que les CP situées en REP+. A La Réunion 314 classes situées dans sept communes de l'île (Le Port, Saint-Denis, Saint-Benoit, Saint-Paul, Saint-Pierre, Saint-Louis et Saint-André) étaient ciblées. "Sur ces 314 classes, 300 ont pu être dédoublées rappelle l'inspecteur d'Académie. Pour des questons de bâti, les 14 autres classes n'ont pas pu l'être. Nous avons donc mis deux enseignants dans la même salle". 

146 postes d'enseignants supplémentaires l'année dernière

Néanmoins, en août 2017, 95% des CP en REP+ ont été dédoublées. "C'est largement au-dessus de la moyenne nationale" commente Jean-François Salles qui ajoute : "au total, le dédoublement avait concerné 328 maîtres. La mise en place dela mesure nous avait coûté 146 postes d'enseignants supplémentaires. Ca a été un très gros investissement de la part de l'Education nationale". 

Et tous ces aménagements avaient demandé une réactivité importante des acteurs de l'éducation puisque, pour rappel, la mesure avait été décidée au mois de juin, pour une mise à exécution deux mois plus tard. "Ca c'était fait très rapidement" insiste Jean-François Salles. 

De nouvelles classes dédoublées à la rentrée

A la rentrée 2018, la réforme impliquera également les classes de CP situées en REP. En tout, à La Réunion, ce seront 305 CP qui seront ainsi dédoublées. "Il n'y aura que trois classes en co-enseignement (N.D.L.R. : avec deux maitres dans la même salle)" informe le directeur adjoint de l'académie. 

Nouveauté de cette année : les CE1 classées en réseau d'éducation ultra prioritaire devront également être dédoublées. "En tout, sur l'académie, on aura 861 classes concernées dont 37 en co-enseignement" précise Jean-François Salles. Autrement dit, 824 classes de CP et de CE1 seront à une moyenne de 12 élèves. Parmi elles, on compte 284 classes de CE1 dédoublées. 8% seulement seront en co-enseignement.

Les enseignants formés en ce moment

Au mois d'août, ce seront donc près de 900 enseignants, 898 exactement, qui animeront ces classes à effectif faible. Soit un enseignant sur six selon le directeur adjoint. Au total, ces deux dernières années, l'Académie aura ainsi créé 342 postes de maitres. Ce qui représente un budget de plus de 13 millions d'euros. 

Ces professionnels ont-ils été formés? "L'année dernière, nous n'avons pas eu vraiment de besoin puisque les enseignants concernées par les classes dédoublées se sont portés volontaires et ils étaient déjà chevronnés. Mais ça ne peut marcher qu'une fois" répond Jean-François Salles. 

"Pour la rentrée 2018, c'est plus compliqué ajoute-t-il. On a fait un sondage pour savoir quels maitres étaient en REP ou REP+ etvolontaires pour prendre des classes de CP et de CE1". Ces maitres sont actuellement formés, et ce depuis la semaine dernière, par des formateurs académiques. 

Des aménagements réalisés par les Villes

En ce qui concerne les municipalités, elles ont déjà du réaliser quelques aménagements en 2017 pour assurer le bon déroulement de l'année scolaire. La Ville de Saint-Denis a, par exemple, alloué 1 500 000 euros à des travaux pour redimensionner ou créer des salles de classe.

A contrario, la Ville du Port, elle, n'a pas eu besoin de construire. "Il y avait des salles de classe vides" explique Jasmine Paviel, directrice de la vie éducative. Elle ajoute : "en moyenne, nous avons eu besoin d'une classe supplémentaire par école concernée". Pour le mobilier, pas besoin d'investir non plus : "on a pris l'existant et on l'a dispatché".

Quant à la municipalité de Saint-Benoit qui a choisi de dédoubler toutes ses classes de CP et de CE1, elle a investi dans 13 modulaires l'année dernière. Et pour le mois d'août, elle compte bien réutiliser d'autres préfabriqués qui accueillaient jusqu'alors, les élèves de l'école Denise Salai dont les travaux s'achèveront cet hiver. 

"Pas de difficulté pour la rentrée"

Selon Jean-François Salles, la commune de Saint-Joseph qui n'était pas concernée par la réforme en 2017 devra, dans les prochains mois, installer beaucoup de cloisons dans ses établissements scolaires pour diviser ses classes de CP situées en REP. "Pour l'instant, très peu de municipalités se lancent dans des constructions en dur car ça coûte beaucoup d'argent et ça demande beaucoup de procédures" explique l'inspecteur d'Académie qui assure : "il n'y a pas de difficulté pour la rentré prochaine". 

Efficacité assurée

Au Port, où 80% du territoire est situé en REP, les classes à 12 écoliers étaient vraisemblablement attendues par les parents d'élèves. C'est ce qu'affirme Jasmine Paviel : "la nouveauté a été plutôt bien accueillie car l'objectif est de faciliter l'encadrement scolaire des plus jeunes et de favoriser leur réussite scolaire". 

Un objectif atteint si on en croit Jean-François Salles : "L'amélioration de l'enseignement est très visible. Quand on se déplace dans les classes, la première chose qui saute aux yeux c'est de voir que tous les élèves sont en activité. Le dédoublement des classes augmente de façon considérable leur temps de reflexion". 

Il ajoute : "tous rentrent dans la lecture, et plus rapidement. Le recteur nous le dit aussi : c'est valable dans toute la France". 

sw/www.ipreunion.com (mis en ligne lundi 2 juillet 2018 à 3 heures - actualisé à 10h38)

Découvrez l'intégralité des établissements de La Réunion situés en REP et REP+ en cliquant ici

   

3 Commentaire(s)

Une maîtresse, Posté
Et Saint Louis? Certes, les classes sont dédoublées mais les promesses de locaux, de matériels, de livres pédagogiques etc ne sont pas tenues....
Aterla, Posté
Il ajoute : "tous rentrent dans la lecture, et plus rapidement. Le recteur nous le dit aussi : c'est valable dans toute la France"
Une bonne nouvelle de temps en temps...
Tao, Posté
J'espère que les recrutements pour la rentrée seront suffisants, parceque cette année les instits non remplacés lorsqu'ils sont absents ca suffit !