Nouveau débrayage au CHU Félix Guyon :

Les hospitaliers persistent et ne signent pas


Publié / Actualisé
Toujours remontés contre le Plan de retour à l'équilibre qui prévoit entre autres mesures la suppression de 155 emplois, les personnels hospitaliers, en grève illimitée depuis le début de l'année, se sont mobilisés mercredi à 12h30 pour dénoncer des mesures qu'ils estiment dangereuses pour la qualité des soins. Les syndicalistes tiennent aussi à alerter les pouvoirs publics et les assurés sur le risque de voir des professionnels expérimenter quitter le secteur public pour le privé faute de titularisation et de conditions de travail suffisantes.
Toujours remontés contre le Plan de retour à l'équilibre qui prévoit entre autres mesures la suppression de 155 emplois, les personnels hospitaliers, en grève illimitée depuis le début de l'année, se sont mobilisés mercredi à 12h30 pour dénoncer des mesures qu'ils estiment dangereuses pour la qualité des soins. Les syndicalistes tiennent aussi à alerter les pouvoirs publics et les assurés sur le risque de voir des professionnels expérimenter quitter le secteur public pour le privé faute de titularisation et de conditions de travail suffisantes.

Ni l'arrivée des vacances ni la Coupe du Monde ne détournent l'attention des syndicats au CHU de La Réunion. Ce mercredi, la CFDT avait invité le personnel, soignant et administratif, à observer un temps de débrayage, à 12h30, pour protester contre les conditions de mise en oeuvre du Plan de Retour à l'Equilibre, signé en début d'année. Un plan qui prévoit notamment le non-renouvellement de 155 postes. "Le Plan de Retour à l'Equilibre est prévu sur quatre ans avec des suppressions de postes par palier, précise le secrétaire général de la CFDT, Expédit Lock Fat. Mais les conséquences sont sensibles dès maintenant. Nous avons des témoignages de membres du personnel qui nous disent que, déjà, il y a des conséquences sur la qualité des soins, qu'ils constatent concrètement le manque de moyens. Nous ne pouvons pas accepter un Plan de Retour à l'Equilibre basé uniquement sur des critères strictement comptables."

Et le syndicaliste de prévenir que la direction du CHU recevra prochainement une invitation de la CFDT à revoir sa feuille de route. La suppression de moyens au Pôle de Santé Mentale de Saint Pierre est particulièrement dans le viseur du syndicaliste : "Ce Pôle de santé mentale est en budget global, il n'y a donc pas de raison pour qu'il y ait des coupes". De même, le secrétaire général de la CFDT s'inquiète du manque de kinésithérapeutes dans le secteur public : "Si, en plus, on fait des coupes dans les jours de congé, on ne va jamais garder ces professionnels de santé, ils vont partir dans le privé !". La perte de professionnels experts en raison de conditions de travail dégradées ou d'absence de titularisation inquiète particulièrement les syndicats. "Il faut considérer la difficulté que le CHU a eu à recruter un médecin oncologue à Saint Pierre !, souligne Expédit Lock Fat. Nous devons avoir le personnel que le CHU mérite et ne pas laisser partir dans le privé ces experts. Or cette problématique bien réelle de démobilisation des personnels pour le public au profit du privé n'a pas été abordée dans le Plan de Retour à l'Equilibre !".

La mobilisation se poursuit au CHU dans l'attente des propositions du Ministère de la Santé pour les établissements de santé qui seront connues en septembre. "Nous espérons qu'en haut-lieu, on saura tenir compte des spécificités liées à l'insularité", conclut le secrétaire général de la CFDT, qui s'apprête à faire le bilan de cette journée de mobilisation lors du Comité technique mardi prochain. Et prépare des propositions concrètes, notamment en termes de temps de travail. "Ce qui est clair, c'est qu'on ne va pas signer un accord pour la suppression de 40 postes, tel que c'est prévu." Des propos qui ont le mérite de la clarté... 

ml / www.ipréunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !