IFSI : la réforme qui va faire mal ! :

Il n'y a plus de concours mais une sélection sur dossier via ParcoursSup


Publié / Actualisé
A partir de 2019, les bacheliers désirant devenir infirmiers ne devront plus leur avenir à la réussite du concours d'entrée en IFSI mais au hasard de la sélection Parcours Sup. Un soulagement pour certains réfractaires au stress des examens... mais une catastrophe annoncée aussi pour les instituts de formation et de préparation au concours qui risquent de devoir licencier leurs personnels.
A partir de 2019, les bacheliers désirant devenir infirmiers ne devront plus leur avenir à la réussite du concours d'entrée en IFSI mais au hasard de la sélection Parcours Sup. Un soulagement pour certains réfractaires au stress des examens... mais une catastrophe annoncée aussi pour les instituts de formation et de préparation au concours qui risquent de devoir licencier leurs personnels.

Dès la rentrée 2018, les actuels étudiants en soins infirmiers intègreront l’Université, avec un statut étudiant et un accès aux services universitaires.  C’est le résultat d’une convention passée entre les Instituts de Formation en Soins Infirmiers (IFSI) et l’Université. Pour la session à venir en 2019, qui était jusqu’ici recrutée par concours, la sélection se fera via ParcoursSup. Fini le concours, place au dossier qui tiendra compte de l'ensemble des compétences des candidats et de la valorisation de leurs parcours, notamment pour ceux qui auront effectué une année de prépa IFSI. Et si vous étiez inscrits en prépa IFSI à la rentrée ? Pas de panique : ces prépas ne vont pas forcément disparaître du jour au lendemain mais demande leur a été faite de mettre l’accent sur la réflexion sur l’orientation vers les métiers de la santé puisqu’il n’est plus besoin d’une préparation aux épreuves du concours, désormais moribond.

Vers plus d'abandon en cours de cursus ?

L’intérêt de cette réforme pour les futurs infirmiers, c’est d’obtenir un diplôme de grade master avec la possibilité d’évoluer dans la filière santé et de nouvelles perspectives de carrière, notamment avec la mise en œuvre de la pratique avancée, qui devrait permettre l’émergence d’infirmiers cliniciens, comme c’est déjà le cas au Québec par exemple. Mais le talon d’Achille existe aussi : l’algorythme de ParcoursSup peut-il vraiment mesurer la motivation d’un futur étudiant à évoluer dans le secteur du soin ?

Car il en faut de la motivation pour entrer dans ce métier qui relève parfois du sacerdoce ! Quel sera le taux d’abandon en cours de cursus avec ce mode de recrutement ? La question mérite d’être posée. Et quelles seront les chances, pour des candidats très motivés par ce métier exigeant mais refoulés en première étude de dossier, de pouvoir être sélectionnés par la suite ? Là aussi, des réponses sont attendues tant par les candidats que par la Coordination des enseignants et des étudiants, plutôt dubitatifs sur cette réforme qu’elle estime précipitée.

Et les candidats en reconversion professionnelle non bacheliers ?

Les candidats non bacheliers en reconversion professionnelle (aides-soignants, auxiliaires de puériculture…) conserveront une voie d’accès. Reste à éclaircir les conditions de financement car ces professionnels de santé pouvaient jusqu’ici bénéficier d’une indemnisation par Pôle Emploi durant toute leur formation, un soutien financier qui n’est en principe pas possible avec le statut étudiant. A l’heure actuelle, nous ne connaissons pas les modalités de prise en charge qui seront éventuellement affectées à ces professionnels en recherche de formation diplômante. 

Inquiétude dans les IFSI et les centres de préparation aux concours

La Fédération nationale de l’enseignement privé (qui représente notamment 200 instituts de formation privés impliqués dans les métiers de la santé), a fait connaître ses craintes dès l’annonce de l’intégration à l’Université de la formation des futurs infirmiers : cette réforme aura forcément des conséquences économiques à très court terme pour les IFSI et pour les organismes de cursus préparatoire aux professions de santé qui salarient 4 500 personnes. Rien que la préparation au concours d’entrée en IFSI concerne 13 000 étudiants et plus de 1 000 salariés dont 930 enseignants. Inutile de préciser que la disparition du concours et donc de la nécessité de s’inscrire en prépa pour doper les chances de réussite va provoquer un tsunami économique sans précédent dans ce secteur. La Fédération nationale de l’enseignement privé évoque la perspective de 1 000 licenciements pour la filière IFSI et en appelle à la Présidence de la République pour sauvegarder l’emploi dans cette filière.

Mise en ligne le 07/07/18 à 13h. Actualisé à 18h06

ml / www.ipreunion.com

   

7 Commentaire(s)

Maïlys, Posté
Je viens d’avoir mon bac, jetait inscrite dans une prépa résultat j’en n’ai plus rien... merci d’avoir pensée à nous et de nous avoir prévenu aussi tardivement.
Maïlys, Posté
Je viens d'avoir mon bac, jetait inscrite dans une prépa résultat j'en n'ai plus rien... merci d'avoir pensée à nous et de nous avoir prévenu aussi tardivement.
Alnoma, Posté
Je suis dans la même position que Mme Garcia ma fille est inscrite depuis 3 mois dans un centre de formation pour faire une prépa. On aurai étais mis au courant avant on aurai peu être pas fait ce choix on aurai pris une fac dans parcourt sup .et elle aurai mis dans c choix école infirmière. La c est abuse tous c est pauvre gamins content vendredi d avoir leur bac et plus rien la moindre des choses il aurais pu prévenir cette année pour la rentrée 2020 .merci a nos ministre et président au Mom avis le fait de payer 120 euro chaque concourt prouve la motivation des personnes
Tata, Posté
Ma fille vient aussi d’avoir son bac. La prépa dans laquelle elle s’est inscrite pour une année pourra t’elle être bénéfique pour son dossier en parcours sup en 2019 ? Surtout également que l’on sait que ces prepas ne bénéficient pas de la bourse...donc en résumé pas de concours, pas de bourse, mais une prépa pour préparer quoi ? Un bon dossier d’admission sur parcours sup ???? Qu’est ce qui sera pris en compte dans ce dossier ? J’ai compris que le parcours répondra « oui » ...c’est bon... »oui, si » compétences à renforcer dans le domaine...oui mais et après ???
Tata, Posté
Ma fille vient aussi d’avoir son bac. La prépa dans laquelle elle s’est inscrite pour une année pourra t’elle être bénéfique pour son dossier en parcours sup en 2019 ? Surtout également que l’on sait que ces prepas ne bénéficient pas de la bourse...donc en résumé pas de concours, pas de bourse, mais une prépa pour préparer quoi ? Un bon dossier d’admission sur parcours sup ???? Qu’est ce qui sera pris en compte dans ce dossier ? J’ai compris que le parcours répondra « oui » ...c’est bon... »oui, si » compétences à renforcer dans le domaine...oui mais et après ???
Mme Garcia Aix-en -Provence, Posté
Ma fille vient de réussir son Bac Santé Sanitaire et Social , elle est inscrite depuis 4 mois dans 1 prépa .afin d'avoir 1 place à la rentrée 2018 pour préparer son concours d'infirmière pour 2019 qui aujourd'hui disparait .
Elle n'a plus accès à Parcours Sup puisqu'elle quitte le lycée .
Qu'elle est la solution Refaire 1 Terminal et redoubler alors qu'elle vient d'avoir son Baccalauréat, afin d'accéder à nouveau à Parcours Sup et redevenir étudiant .Beaucoup de questions sans réponse et une démotivation totale pour des élèves motivés à réaliser ce beau métier .On a pas de solution ...
merci .
Mimipat , Posté
Une hérésie de supprimer le concours. Car le concours permettait quand même de mieux cible les étudiants motivés pour suivre cette formation très exigeante.