Une femme a été enlevée vendredi 6 juillet :

Kidnapping : un "business de l'horreur" à Madagascar


Publié / Actualisé
Vendredi 6 juillet 2018, aux alentours de 12h30, un énième kidnapping a été signalé à Ivandry (Antananarivo). Sur le parking d'un immeuble, Sabera Vasram, femme du directeur de la société Sodiama, âgée de 40 ans, a été enlevée par cinq hommes cagoulés et armés de kalachnikov. La Cellule mixte d'enquête a été saisie. Un internaute vivant à Madagascar s'insurge : "l'insécurité atteinte de nouveaux sommets!". Voici son courrier :
Vendredi 6 juillet 2018, aux alentours de 12h30, un énième kidnapping a été signalé à Ivandry (Antananarivo). Sur le parking d'un immeuble, Sabera Vasram, femme du directeur de la société Sodiama, âgée de 40 ans, a été enlevée par cinq hommes cagoulés et armés de kalachnikov. La Cellule mixte d'enquête a été saisie. Un internaute vivant à Madagascar s'insurge : "l'insécurité atteinte de nouveaux sommets!". Voici son courrier :

"Après une vague sans précédent de quatre enlèvements en deux semaines le mois dernier un nouveau cas inacceptable de kidnapping est survenu ce vendredi 6 juillet 2018, à Ivandry, en plein jour aux alentours de 12 heures 30, avec une femme pour victime.

La communauté d’origine indienne de Madagascar a de nouveau été la cible d’un acte odieux de kidnapping. La situation est d’autant plus grave que les ravisseurs ont enlevé une femme, femme d'un important opérateur économique de Tananarive.

L’enlèvement s’est déroulé dans des circonstances particulièrement brutales : cinq ravisseurs dont trois porteurs d'armes de guerre ont brisé la vitre de la voiture de la victime avant de l'embarquer dans un véhicule aux vitres fumées. Les agents de sécurité ont tenté de riposter en fermant tous les portails, mais sous la menace des armes, ils ont été contraints de laisser filer les malfaiteurs.

Face à cette violence sans nom, ni les vigiles, ni les passants n’ont finalement pu réagir pour la secourir. 

Avec plus de 113 cas de tentatives ou d’actes d’enlèvements recensés depuis 1991, le kidnapping est devenu un véritable "business de l'horreur" ces derniers temps. Alors que la dernière victime enlevée à Tamatave vient tout juste d’être libérée au terme de 26 jours de détention, la plus longue période connue à ce jour, ce nouveau cas défraie la chronique.

En effet, il s’agit là du kidnapping d'une femme qui intervient après le rapt d'enfants mineurs (Firoze, âgé de 16 ans et Nathan de 14 ans seulement) et d'une personne âgée (M.Kalidas âgé de près de 70 ans) sur le territoire.

Alors que le pays se targue d’entamer une stabilité politique, l’insécurité ne cesse de croître."

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !