Demi-finale du Mondial 2018 :

France - Belgique : bien plus qu'un duel entre deux voisins


Publié / Actualisé
C'est ce mardi soir, 10 juillet 2018 à 22 heures (heure de La Réunion) que la France affrontera la Belgique dans le cadre du Mondial 2018. Un duel fratricide entre deux pays dont les liens ne se résument pas seulement à une frontière. Les deux équipes, à bien des égards, partagent de nombreux points communs.
C'est ce mardi soir, 10 juillet 2018 à 22 heures (heure de La Réunion) que la France affrontera la Belgique dans le cadre du Mondial 2018. Un duel fratricide entre deux pays dont les liens ne se résument pas seulement à une frontière. Les deux équipes, à bien des égards, partagent de nombreux points communs.

- Une génération dorée -

La France, comme la Belgique comptent dans leurs rangs des joueurs extrêmement talentueux. D’un côté, Kylian Mbappé, Antoine Griezmann ou encore Paul Pogba portent avec brio le renouveau français, rappelant non sans nostalgie cette génération 1998 – 2000, avec son lot de joueurs ultra brillants, Zinédine Zidane, David Trezeguet ou encore, Thierry Henry qui sera d’ailleurs assis sur le banc adverse ce soir, en tant qu’entraîneur adjoint de la Belgique.

Chez nos voisins belges, Jean-Marie Pfaff, Jan Ceulemans ou Eric Gerets a fait vibrer le peuple belge dans les années 80. Encore en rodage il y a quelques années, la sélection belge actuelle est particulièrement redoutable, et à tous les niveaux en commençant par le gardien, Thibaut Courtois, qui a effectué des arrêts décisifs contre le Brésil en quart de finale. Mais le danger viendra incontestablement de l’attaque, avec Eden Hazard et Romelu Lukaku, deux joueurs géniaux capables de faire toute la différence. Incontestablement, ces deux équipes impressionnent tant par leur vivacité, leur talent que leur jeunesse (26,4 ans de moyenne pour la France contre 27 ans de moyenne pour la Belgique).

- Un état d’esprit irréprochable -

Nous étions habitués à une équipe de France nonchalante, aux déclarations fracassantes et à l’image peu reluisante. Ces Bleus là ont surpris en faisant preuve d’exemplarité et de solidarité, tant sur le terrain qu’en dehors, créant un élan de sympathie inédit partout en France.

Cette équipe Belge fait sensiblement preuve du même état d’esprit. Pas de vague, pas de polémique, un groupe soudé qui travaille dans la même direction, sans animosité ni rivalité. Eux aussi sont soutenus par tout le peuple du royaume belge, réunis autour d’une même passion pour le ballon rond : "we are Belgium" peut-on lire sur des affiches placardées dans tout le pays, faisant ainsi fi, le temps  de ce Mondial, de cette division entre Wallons et Flamands. Comme quoi, le sport est bel est bien un langage universel.

- Une équipe issue de la diversité -

La France et la Belgique sont des équipes où les joueurs sont fortement issus de la diversité. En France, chacun se rappelle, en 1998 déjà, de cette équipe " black blanc beur " championne du monde. 20 ans après, c’est la même image de métissage, de multiculturalité et de fraternité que donnent à voir ces Bleus. La diversité belge quant à elle ne se résume pas qu’aux Wallons et aux Flamands même si cette unité rejaillit évidemment sur tout le pays.

Les Diables Rouges comptent eux aussi des joueurs issus de la diversité, tels que Marouane Fellaini et Nacer Chadli dont les performances sont fortement suivies au Maroc. On peut aussi citer Axel Witsel, né d’un père franco-martiniquais, ou encore l’attaquant star Romelu Lukaku, dont les parents sont d’origine belgo-congolaise.

"Certains disent que la Belgique est un pays complexe et que les différences de culture peuvent être un problème. Pour moi, c’est tout à fait l’inverse. La Belgique a un avantage incroyable d’avoir plusieurs cultures et l’équipe nationale en profite pleinement", avait déclaré Roberto Martinez, le sélectionneur espagnol de cette équipe, le 29 juin dernier.

Tout est dit. Fermez le ban et... allez les Bleus (une fois !).

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !