Patrick Mallet veut continuer à gérer sa commune :

Saint-Louis : les agents communaux "ne sont pas d'accord avec les agissements du maire"


Publié / Actualisé
Depuis le début de la semaine, le maire de Saint-Louis mène une croisade pour dénoncer une éventuelle mise sous tutelle de sa commune par le préfet. Le maire a présenté un "bilan positif" des comptes de la commune alors que la Cour régionale de comptes émet des réserves. L'opposition municipale avait dénoncé les actions du maire qualifiées de "violentes et disproportionnées". Pour le syndicat FO, les agents communaux "ne sont pas d'accord avec les agissements du maire" qui ferme les services communaux. Pour eux, "nul besoin de fermer la mairie pour rencontrer le préfet". Ils dénoncent les méthodes de la municipalités qui "met en porte-à-faux les agents". Le mouvement citoyen réunionnais et ses élus aussi a dénoncé l'attitude "cynique et irresponsable" du maire.
Depuis le début de la semaine, le maire de Saint-Louis mène une croisade pour dénoncer une éventuelle mise sous tutelle de sa commune par le préfet. Le maire a présenté un "bilan positif" des comptes de la commune alors que la Cour régionale de comptes émet des réserves. L'opposition municipale avait dénoncé les actions du maire qualifiées de "violentes et disproportionnées". Pour le syndicat FO, les agents communaux "ne sont pas d'accord avec les agissements du maire" qui ferme les services communaux. Pour eux, "nul besoin de fermer la mairie pour rencontrer le préfet". Ils dénoncent les méthodes de la municipalités qui "met en porte-à-faux les agents". Le mouvement citoyen réunionnais et ses élus aussi a dénoncé l'attitude "cynique et irresponsable" du maire.

Le syndicat FO a demandé à être reçu par le maire de Saint-Louis, Patrick Mallet concernant les conditions de travail des agents communaux et le plan de titularisation. Pour la syndicaliste Marina Amony, "le maire fait preuve de mépris envers les agents, on lui a envoyé un courrier et il n'a toujours pas donné de réponse".

Dans un contexte où le maire de Saint-Louis déclare vouloir "auto-gérer" la commune face à la menace d'une mise sous tutelle, le syndicat dénonce un comportement "manipulateur" et soupçonne ses déclarations "pas sincères" auprès de la Cour régionale des comptes.

Le syndicat a reçu "tous les jours depuis lundi", des courriers dans lesquels "le maire demande au syndicat de soutenir son action". Marina Amony déclare "je le mets devant ses responsabilités, on n'est pas d'accord avec ses actions. Il ferme la mairie et les agents sont mis en porte-à-faux". Elle parle de "manipulation" et déclare "les agents ont reçu un courrier dans lequel le maire leur dit que si leur carrière est bloquée, c'est  cause de la Cour régionale des comptes".

- Une réunion d'information "aux allures de concerts" -

La syndicaliste pointe du doigt les méthodes du maire de Saint-Louis  et ses dépenses "il organise une réunion d'information pour la population, en disant que la Cour régionale des comptes veut nous enlever le sourire, on va le garder. Tout cela en grandes pompes avec des têtes d'affiche, annoncé sur Facebook, alors que la commune est menacée d'une mise sous tutelle pour sa gestion des comptes".

 

Poure elle, c'est un "mépris" des agents et des administrés.

Le syndicat attend une réponse du maire de Saint-Louis jusqu'à ce vendredi 13 juillet, passé ce délai, il envisage "de cadenasser la mairie" à son tour pour être reçu. La mairie de Saint-Louis a été contactée, nous attendons sa réponse.

-Le mouvement citoyen réunionnais et ses élus dénonce l'attitude irresponsable du maire -

Le Mouvement citoyen réunionnais (MCR) a publié un communiqué dans lequel il signale  "l'irreponsabilité du maire" qu'il dénonce depuis 2014. Ci après un extrait du communiqué :

"Depuis 2014, les élus MCR au conseil municipal de Saint Louis n’ont eu de cesse de dénoncer l’iniquité et l’insincérité
des budgets successifs présentés par le maire et sa majorité, qui ont toujours fait fi des recommandations de la Chambre Régionale des Comptes (CRC). [...] Comment en est-on arrivé là ? La faute en revient uniquement au maire et à sa majorité, qui ont eu une attitude irresponsable face à la situation financière catastrophique de la commune. En effet, les embauches électoralistes n’ont jamais cessé et ont fait exploser les dépenses de fonctionnement. Par ailleurs, à cause de l’absence de vision et de gestion globales, c’est la gabegie dans les différents services. Pour couronner le tout, la commune n’a pas encore sorti la tête de l’eau que déjà, les élus de la majorité ont augmenté leurs indemnités".

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !