[LIVE/PHOTOS/VIDEO] Pique-nique partage pour la fermeture des paillotes (actualisé) :

"Nous soutenons le préfet pour libérer la plage de l'Hermitage"


Publié / Actualisé
Ce samedi 14 juillet 2018 sur la plage l'Hermitage une centaine de personnes a répondu présent à l'appel de l'Union des Réunionnais en colère, dont le collectif de défense du domaine public maritime. Au cours de ce rassemblement "pacifique et festif" autour d'un pique-nique partage une motion a été signée. Les signataires apportent soutien au préfet afin de "libérer la plage" "illégalement occupée par les paillotes".
Ce samedi 14 juillet 2018 sur la plage l'Hermitage une centaine de personnes a répondu présent à l'appel de l'Union des Réunionnais en colère, dont le collectif de défense du domaine public maritime. Au cours de ce rassemblement "pacifique et festif" autour d'un pique-nique partage une motion a été signée. Les signataires apportent soutien au préfet afin de "libérer la plage" "illégalement occupée par les paillotes".
  • IPR

    [FIN] Ce live sur le "pique-nique partage" des Réunionnais en colère à l'Hermitage est à présent terminé.

    Merci de l'avoir suivi.

  • IPR

    [SIGNATURE] Sous le son du maloya, les Réunionnais en colère signent tour à tour la motion qui sera remise au préfet pour que celui-ci applique la loi et libère la plage en fermant les paillotes de l'Hermitage.

    Lire aussi : Pique-nique partage de l'Hermitage, une motion pour la fermeture immédiate de paillotes

  • IPR

    [APPLIQUER LA LOI] "On demande l'application des lois, le juge des référés a dit qu'il y a urgence à libérer cet espace". Karl Bellon revient sur la chronologie de la bataille juridique entre le collectif de défense du DPM contre les paillotes de plage.

    "Ils n'ont plus d'AOT (autorisation d'occupation temporaire) et ils sont toujours là !" s'exclame Karl Bellon. "Jaimerais voir leur permis de construire ! Quand vous voyez tous les fils électriques qui se baladent".

    Le TGI a renvoyé au tribunal administratif la responsabilité de déterminer si les constructions sont ou non sur le DPM, est-ce qu'il sont sur les 50 pas géométriques ?

    Lire aussi : l'affaire a été mis en suspens - Les paillotes sur le domaine public ? Le tribuna doute

    "On est tous avec le préfet aujourd'hui, on soutient le préfet pour qu'il libère le DPM !"

  • IPR

    [PAS RACISTE] "On me menace, on m'insulte, quand on parle de Réunionnais, on me traite de raciste", déclare Karl Bellon. Il s'exclame "on est tous des Réunionnais, cette terre ne nous a pas été donnée par nos parents, elle nous a été prêtée par nos enfants.

    "On a tous grandi ensemble, c'es ça qui fait La Réunion, je permets à personne de me traiter de raciste !"

  • IPR

    [PARTI PRIS ? ] Après l'intervention de Philippe Cadet, les intervenants soulignent le "parti pris" de certains médias.

  • IPR

    [CONTRE LA DISCRIMINATION] Les personnes présentes se sont rassemblées autour de quelques intervenants qui prennent successivement la parole.

    "Nou subi le racisme"dit M. Cadet. Il dénonce certaines prises de positions et le public présent applaudit. Il explique la raison de leur présence "nou na mar dan nout péi néna autant de discrimination"

    Les représentants des associations organisatrices de ce rassemblement prennent tour à tour la parole pour expliquer les raisons de leur mouvement. Regardez :

  • IPR

    [BIENVENUE] En ce samedi 14 juillet 2018, le collectif de défense du domaine public maritime et l'Union des Réunionnais en colère a convié la population à une "pique-nique partage" sur la plage de l'Hermitage. Une centaine de personnes a répondu présent. Des familles se sont rassemblées sur la plage.

    Certaines paillotes ont fait appel à un service de sécurité privé avec des agents et des chiens en laisse.

À propos

Néanmoins, hier, vendredi 13 juillet, le tribunal de grande instance (TGI) de Saint-Denis a affirmé qu'il existait un doute quant à l'appartenance ou non, des paillotes de l'Ermitage au domaine public. Un doute qui permettrait aux restaurateurs de la plage de continuer leurs activités jusqu'à ce que le tribunal administratif apporte une réponse claire au TGI.

Lire aussi => [VIDEO] L'affaire a été mise en suspens (actualisé) - Les paillotes, sur le domaine public? Le tribunal doute

Ce doute devrait faire sursauter les associations et collectifs qui luttent contre la présence des restaurateurs sur la plage et qui sont à l'origine du pique-nique partage prévu ce jour. Parmi ces organismes, on retrouvera ceux qui ont organisé un rassemblement le 8 avril 2018, sur la plage de l'Ermitage. Un rassemblement qui visait à dénoncer la situation des paillotes, jugées trop proches du lagon, et qui a dégénéré. 

Lire aussi => [LIVE] Grogne anti paillotes - La protestation bat son plein sur le sable

Depuis, la Ville de Saint-Paul n'a pas renouvelé les autorisations d'occupation temporaire des restaurateurs, et le préfet leur a demandé de déménager. Mais rien n'y fait.

Les paillotes continuent leur activité

Les paillotes ont continué leur activité, même après avoir été verbalisées par la préfecture.

D'ailleurs, le 9 juillet dernier, le collectif DPM n'a pas hésité à avertir la gendarmerie et le maire de Saint-Paul, Joseph Sinimalé. "Nous mettrons tout en œuvre pour la réussite et la bonne tenue de cet événement. Cependant, le maintien de l’activité des paillotes sur les plages de l’Ermitage et l’annonce de notre manifestation amène à la provocation de la part des opposants et peut même donner l’idée aux paillotes d‘organiser le dérapage pour discréditer la journée festive" a rédigé le collectif dans son courrier. 

"Eviter tout incident"

"De ce fait, nous souhaitons que les mesures soient prises pour que ce pique-nique puisse se dérouler dans de bonnes conditions" ont démandé les manifestants qui veulent "éviter tout incident".

Pour s'en assurer, ils ont "conseillé" au maire "la fermeture administrative de ces établissements.

Pas sûr que la Ville et que les restaurateurs accèdent à cette demande.

www.ipreunion.com

   

5 Commentaire(s)

Sinapa, Posté
A l'attention de Jose : Insulter les gens ad hominem sans apporter aucun argument, c'est plutôt ça être un "bouffon". Déjà nous sommes 860 000 et non pas un million et qualifier La Réunion de "Caillou" c'est minable, voire irrespectueux. A part ça 86 % des réunionnais qui soutiennent l'action de Karl Bellon et de son collectif, ça vous va ? Autrement, un rassemblement digne de près de 500 personnes au plus fort à 15H00 mais les "journalistes" avaient depuis longtemps quitté le lieux.
Bayou, depuis son mobile, Posté
sur st Paul ville sur le front de mer il y a de super kiosques servant de restaurant pourquoi ne pas faire les mêmes à l’Hermitage,et crée des kiosques avec tables de différentes dimensions pour les pic nic afin que tout le monde trouvent son compte, surtout ne pas oublié les poubelles
N, Posté
Bonjour M, serais-tu une voyageuse du futur ? Samedi 14 juillet 2019 !
Bises (Nos doigts ont visiblement couru plus vite que le temps sur le clavier; C'est corrigé grâce à vous, merci beaucoup - Webmaster)
Jose, Posté
100 signatures ne représentent rien par rapport au million d'âmes peuplant ce petit caillou !

Mr Bellon, vous êtes un bouffon !
Jp68, Posté
que notre plage redevienne plus ecologie + despace vert pas des construction sauvages,eloigner tout restauration des plages,