Selon l'Insee depuis trois ans :

La croissance est solide à La Réunion


Publié / Actualisé
L'Insee, l'Institut d'émission des départements d'outre-mer (IEDOM) et l'antenne Réunion de l'Agence Française de Développement (AFD), qui collaborent collégialement aux Comptes économiques rapides de La Réunion (CEROM), ont présenté vendredi matin un panorama très positif de l'activité économique sur l'île. Depuis trois ans la croissance ne se dément pas : elle a progressé de 3,2% en 2017, un résultat quasiment comparable aux deux années écoulées.
L'Insee, l'Institut d'émission des départements d'outre-mer (IEDOM) et l'antenne Réunion de l'Agence Française de Développement (AFD), qui collaborent collégialement aux Comptes économiques rapides de La Réunion (CEROM), ont présenté vendredi matin un panorama très positif de l'activité économique sur l'île. Depuis trois ans la croissance ne se dément pas : elle a progressé de 3,2% en 2017, un résultat quasiment comparable aux deux années écoulées.

Après un pic exceptionnel de 6,8% en 2014, boosté par le chantier de la NRL, puis une progression de 2,18% en 2015 et de 3,1% en 2016, l’année 2017 conforte les bons résultats économiques de La Réunion avec 3,2% de croissance.

La raison de cette embellie ? " La consommation des ménages en hausse de 3,1% en 2017 (vs 1% en moyenne nationale) et le regain des dépenses des administrations publiques (+3,2% en 2017 à opposer à 1,6% en 2016), constituent les principaux moteurs de cette croissance ", analysent les observateurs économiques, soulignant entre autre le rôle de la prime d’activité (137 millions d’euros), et de l’augmentation du nombre de bénéficiaires des prestations sociales. Résultats qui tiennent compte d’une hausse du pouvoir d’achat (2,3%) et d’une inflation contenue (+0,4%). Le CERNOM note notamment une hausse de 6% des immatriculations de voitures particulières neuves.

La construction neuve enregistre du mieux en 2017 (+5% d’autorisations, +1% de mises en chantier) et la moitié de ces projets concerne des maisons individuelles. Du côté du logement social, le CEROM annonce une hausse de 19% de logements neufs en chantier et une livraison de 2800 logements réalisés. Le secteur de la réhabilitation de logements sociaux n’échappe pas à cette poussée : 650 logements ont été rénovés en 2017, soit deux fois plus qu’en 2016. 

Port Réunion s’affirme comme le quatrième port français en terme de trafic conteneurisé et le premier port maritime de l’outremer français.

Malgré cette conjoncture porteuse, le revenu brut moyen à La Réunion s’élève à 18 100 euros par habitant, soit seulement 87% du niveau national mais avec trois points de progression par rapport à 2016, ce qui réduit peu à peu l’écart avec la moyenne nationale.
 

Les importations, coup de frein à l’économie locale

Mais à ces bonnes nouvelles, il faut bien quelques bémols pour faire bonne mesure : les importations (+3,5%) pèsent négativement sur la croissance, mais moins cependant que lors des années précédentes. Le CEROM note également un coup de frein sur l’investissement et les exportations qui restent néanmoins en progression : +3,2% en 2017 contre 6,1% en 2016, mais avec un bon taux de réalisation dans le bâtiment (+7,3%), ce qui a permis des embauches dans le secteur de la construction, et sur l’investissement de la NRL (271 millions contre 248).

Pas d’embellie sur le chômage

En toute conséquence, la croissance économique, pourtant solide et constante, se ressent hélas peu sur l’emploi : " Le chômage se stabilise à 23% de demandeurs d’emploi, mais la dynamique de l’emploi salarié décélère depuis 2016 ", constate le CEROM. Sauf dans les secteurs de l’hôtellerie-restauration, portés par la belle embellie du tourisme sur l’île : +9,5% de touristes, +5% de fréquentation pour les hôtels et 324 millions d’euros injectés dans l’économie locale par les touristes (vs 294 millions en 2016). Autre secteurs porteurs  d’emploi : l’industrie, la construction et l’intérim. Dans les secteurs non marchands, la stagnation est de mise, la progression étant plombée par la baisse des contrats aidés (-25%) dans les services publics, associations… Quant à la création d’entreprises, elle ne concerne en 2017 que les services aux particuliers et les services aux entreprises. La Réunion, avec 11,4% de créations est  moins dynamique que la France entière (13,2%).

Quelles promesses pour 2018 ?

Dans ce contexte de croissance solide de l’économie, et malgré une certaine atonie sur l’emploi (seuls 51% des Réunionnais en âge de travailler occupent un emploi), tous les voyants sont-ils au vert pour 2018 ? Pour les trois acteurs économiques, l’IEDOM, l’INSEE et l’AFD, aucun doute : l’économie réunionnaise se porte bien. L’indicateur du climat des affaires (ICA) atteint en moyenne 104 points contre 100 points en 2016, soit son plus haut niveau depuis dix ans.

ml/www.ipreunion.com
 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !