Une conférence de presse pour rien :

Observatoire des prix: "Un journaliste, ça ne retient que le négatif"


Publié / Actualisé
Mercredi 16h30, quand tu as du taff au bureau mais que tu es un gentil petit soldat, tu prends ton bloc-notes, ton stylo, ta caméra, ton dictaphone pour le son et tes jambes à ton cou et tu files fissa à la Préfecture pour la conférence de presse à laquelle ton support est dûment convié par l'Observatoire des Prix, des Marges et des Revenus. Là, avec les copains de la télé qui ont un créneau retenu pour dans 2 heures à l'antenne, on aurait bien aimé filmer deux ou trois questions avant la conf, vu que le monsieur il sait déjà de quoi il va causer dans le poste.
Mercredi 16h30, quand tu as du taff au bureau mais que tu es un gentil petit soldat, tu prends ton bloc-notes, ton stylo, ta caméra, ton dictaphone pour le son et tes jambes à ton cou et tu files fissa à la Préfecture pour la conférence de presse à laquelle ton support est dûment convié par l'Observatoire des Prix, des Marges et des Revenus. Là, avec les copains de la télé qui ont un créneau retenu pour dans 2 heures à l'antenne, on aurait bien aimé filmer deux ou trois questions avant la conf, vu que le monsieur il sait déjà de quoi il va causer dans le poste.

Bah non… Télé ou web, même combat, c’est pas d’interview avant la conf. Ca grogne mais bon… on est bien élevés, nous, les journalistes, on mouche son nez, on s’assied gentiment et on écoute le monsieur. Sébastien Fernandes, il s’appelle, ce monsieur mutique (sauf pendant la conf). Qui passe ensuite la parole à son prestataire pour nous expliquer les grandes lignes d’une étude sur le prix des voitures à La Réunion et nous révéler si, réellement ou pas, nos petites automobiles coûtent plus cher ici qu’en métropole.

Et là, mes z’amis, je suis un peu coincée pour vous dire si c’est le cas ou pas parce qu’à la fin de la conférence de presse, alors qu’on astiquait tous nos objectifs en vue des fameux plans serrés de trois minutes chrono, ben voilà que le monsieur, il redit… non. Pas d’interview. Et pourquoi non, mon bon monsieur, vu que vous avez là la fine fleur des cameramen (et women) de l’île venus tout spécialement pour vous faire faire risette ? Et bien, qu’il a dit le monsieur, parce que " les journalistes, ça prend des rushes et après ça coupe  et ça recoupe et ça monte pour qu’il ne ressorte que le négatif du propos. "

Ben voyons…  celle-là, le seul qui me l’avait faite, c’est un syndicaliste éméché de la SNCF en 1995, pendant les grandes grèves en métropole, qui m’avait arraché ma pellicule de mon appareil photo " parce que la presse, ça fait 30 ans qu’elle nous fait ch… ! " En français dans le texte. Là, le monsieur était un peu plus aimable, il n’a pas dit de gros mots (encore que… vous comprendrez en lisant la suite), mais aux efforts de la chargée de communication de la préfecture pour trouver un modus vivendi,  évoquant la tête de nos patrons quand on reviendrait au bercail bredouilles, sans sons et sans images, il a juste répondu, sous mes yeux : " ça, c’est pas mon problème ! ".

A chacun ses problèmes

Alors, moi, si, j’ai un problème… Est-ce que c’est ne retenir que le négatif d’avoir noté que la probablement coûteuse étude 2016-2017, qu’on nous a présentée là, le 18 juillet 2018, sera déjà obsolète en septembre prochain car les nouvelles normes anti-pollution vont tout modifier ? Après tout, vous l’avez bien dit, Monsieur Sébastien Fernandes, un journaliste, ça ne retient que le négatif. Mais là, je vous promets, je n’ai rien coupé au rush. Mon dictaphone a tourné pendant la conf de presse et je veux bien vous le prêter pour que vous le fassiez analyser.

Bref, alors la probablement coûteuse étude, quand on aura le temps, on y reviendra  mais en gros, ça coûte 7% plus cher, une fois ôté l’octroi de mer, et entre 10 et 14% plus cher qu’en métropole, mais tout dépend des cylindrées, ce n’est qu’une moyenne, la fourchette la plus haute serait de 16% plus cher. Rien que ne savait déjà, et d’ailleurs, c’est vous-même qui l’avez dit, en début de conférence, Monsieur Fernandes. Encore une étude qui valait la peine de perdre une heure de notre temps, surtout vu l’obsolescence programmée des dites infos. Un simple envoi du dossier de presse par mail aurait été suffisant.

Vous voyez, Monsieur Fernandes, si un journaliste ne voit que le négatif, il sait aussi proposer des solutions efficaces…

ml/www.ipreunion.com

   

3 Commentaire(s)

Zakodo, Posté
J’ai bien rigolé après avoir lu votre article ! Ces gens de l’Observatoire n’ont jamais payé une voiture de leur poche, ils ont tous des voitures de fonctions !!!
CHABAN, Posté
14% + cher ?

Il se foute de qui ?

Prenez une marque site france prenez un modèle et le prix et faite la même chose sur le site Réunion et vous verrez la différence.

C'est valable pour toutes les marques pas la peine de faire appel à des experts.

BRAVO pour votre compte rendu !
Bien dit, Posté
Excellent article