[LIVE - PHOTOS/VIDEO] La tension retombe (actualisé) :

Saint-Leu - Fin de moblisation (pour le moment) des partisans de la carrière de Bois Blanc


Publié / Actualisé
Des transporteurs, ainsi que des représentants des syndicats ouvriers du BTP et des planteurs se sont rassemblés depuis tôt ce vendredi matin 20 juillet 2018 sur le parking de la Ravine Saint-Leu. Ils se song ensuite rendues en mairiepour rencontrer le commissaire enquêteur chargé de l'enquête publique sur l'ouverture ou non de la carrière de Bois Blanc. L'objectif est d'arriver à faire pencher la balance en faveur de la mise en exploitation de cette carrière d'où seront extraites les roches massives nécessaires à la partie Grande Chaloupe - la Possession de la nouvelle route du littoral. Sur place ils sont heurtés aux opposants de la carrière menés par Thierry Robert. La tension a duré jusqu'à la fermeture de la mairie à la mi journée Suivez notre live
Des transporteurs, ainsi que des représentants des syndicats ouvriers du BTP et des planteurs se sont rassemblés depuis tôt ce vendredi matin 20 juillet 2018 sur le parking de la Ravine Saint-Leu. Ils se song ensuite rendues en mairiepour rencontrer le commissaire enquêteur chargé de l'enquête publique sur l'ouverture ou non de la carrière de Bois Blanc. L'objectif est d'arriver à faire pencher la balance en faveur de la mise en exploitation de cette carrière d'où seront extraites les roches massives nécessaires à la partie Grande Chaloupe - la Possession de la nouvelle route du littoral. Sur place ils sont heurtés aux opposants de la carrière menés par Thierry Robert. La tension a duré jusqu'à la fermeture de la mairie à la mi journée Suivez notre live
  • IPR

    Ce live est à présent terminé. Merci d'avoir suivi cette actualité avec Imaz Press Réunion

  • IPR

    Le maire de Saint-Leu n'est pas content

    En miieu d'après-midi, le maire de Saint-Leu, Bruno Domen, a publié le communiqué suivant : "actuellement hors du département, j’ai appris qu’une centaine de transporteurs, menée par Jean Bernard CAROUPAYE, est venue dire à Saint-Leu ce matin  qu’ils sont pour l’ouverture d’une  carrière sur notre commune.
    Je veux rappeler aux transporteurs qui s’inquiètent de la NRL et de l’ouverture de carrières, qu’il existe bien, à quelques mètres du porte parole des transporteurs de la Région Réunion, une carrière qui les attend, depuis décembre 2015, pour être exploitée.

    Je suis choqué de savoir que des transporteurs qui viennent majoritairement  du Sud et de l’Est viennent narguer les Saint-Leusiens, les Avironnais et les Etang- Saléens en bande et troubler ainsi le bon déroulement de cette enquête publique à quelques jours de sa clôture, dans le but de faire pression.

    Ont-ils préalablement à leur venue, pris connaissance des milliers de pages de ce dossier à l’enquête publique  où ont-ils été téléguidés ce matin pour venir pour la deuxième fois, ici à Saint-Leu en délégation ?

    Jamais les transporteurs ne se sont invités à une autre enquête publique à la Réunion  et dans aucune autre ville de la sorte.

    Ainsi donc les transporteurs aussi ont fait le choix, comme la Région Réunion, de défendre  les intérêts privés du groupe Colas alors que le groupe NGE, qui  a obtenu depuis longtemps toutes les autorisations de l’Etat pour sa carrière, les aurait déjà fait travailler….

    D’ailleurs, on a pu noter ce matin, aux côtés des transporteurs, la présence de la Région Réunion…

    Je déplore ici l’instrumentalisation des réunionnais contre des réunionnais et ce climat de tension organisé.

    La carrière de Bois Blanc n’est pas d’intérêt général par contre ce qui est certain c’est que l’intérêt général est bafoué.

    J’espère que les représentants de l’Etat ont pleinement conscience de la tension maximale qui règne autour de ce projet. Un passage en force contre les habitants serait susceptible de provoquer des réactions non maitrisables ce qui serait préjudiciable pour notre vivre-ensemble".

     

     

  • IPR

    Retour au parking

    Ça sent la fin de mouvement. Les partisans de la carrière de Bois quittent les abords de la mairie et retournent sur le parkiong dela Ravine Saint-Leu 

  • IPR

    On ferme

    Le commissaire enquêteur a prié tout le monde de quitter son bureau et la mairie. L'Hôtel de ville a fermé ses portes. La foule attend dehors au son d'une grosse sono lancée à fond Thierry Robert en profite pou kraz in ti séga avec une habitante de Bois blanc

     

  • IPR

    [ANNULATION] Selon Karine Nabeneza, directrice de cabinet du maire de Saint-Leu, si les registres d'enquête sortent de la salle attribuée au commissaire enquêteur, il y a là "un motif serieux d'annulation de toute l'enquête".

    Le commissaire enquêteur téléphone au sous-préfet de Saint-Paul pour lui demander son avis sur la question

  • IPR

    [VIDEO] Les personnes qui ne peuvent pas entrer dans la salle ont réclamé le droit de remplir les carnets à l'extérieur. Thierry Robert s'y est oposé disant que les registres ne peuvent pas être sortis. Le commissaire enquêteur a, à son tour, répliqué : "les registres ne seront pas sortis. On va mettredes tables dans le couloir pour que les autres personnes puissent les remplir puisque cela reste dans l'enceinte du pôle amènement"

    Le commissaire a ajouté : "j'assume la responsabilité de mettre à disposition les registres dans l'enceinte du pôle aménagement". Mais Thierry Robert déclare qu'il y a une jurisprudence qui l'interdit. Voici sa réaction, en vidéo :

  • IPR

    [LAISSE A NOU RENTÉ NOU LA FAIM] C'est ce que disent certains transportent que se trouvent à l'extérieur de la mairie. Ce à quoi le commissaire enquêteur répond : "il ne faut pas laisser rentrer trop de monde au risque d'étouffer la salle". Un habitant réplique : "ça fait quand même près d'un mois que l'enquête publique est ouverte et accessible sur internet..."

    Alors qu'ils sont à la mairie depuis presque deux heures, très peu de transporteurs ont pu entrer dans la salle pour s'exprimer. Néanmoins, ils restent patients et continuent d'attendre dans le couloir. 

    Pendant ce temps, cinq personnes sont assises autour de la table et continuent de noircir les pages.  

  • IPR

    [NON NON NON] Une habitante de Bois-Blanc, qui est assise dans la salle depuis une heure, a recouvert la page du registre en écrivant : "NON, NON, NON, NON, NON"

  • IPR

    Vous savez quoi ? Il n'y a plus de papier !

    Il n’y a plus assez de papier, tous les registres dont disposait le commissaire enquêteur sont pleins. Thierry Robert s’oppose à ce que se soit la mairie qui fasse des copies. "C’est à l’état de fournir les registres" s'exclame-t-il

    Le commissaire enquêteur fait une demande en urgence auprès de la sous préfecture de Saint-Paul pour avoir d’autres registres

    Les regisgtres sont en cours d’acheminement. La foule de transporteurs attend toujours dans le couloir
     

  • IPR

    Longue écriture

    Thierry Robert continue de noter des remarques sur le registre de l'enquêt publique. Il écrit depuis presque une heure et demie. Les transporteurs qui patientent à l'extérieur, trouvent le temps long et commencent à s'énerver

  • IPR

    Revirement

    Jonathan Rivière, dirigeant de l'entreprise du même nom, dit qu'il a été le le premier transporteur à livrer des roches pour le chantier de la NRTL, aujourd’hui il est venu car il s’oppose "totalement à la carrière de Bois Blanc qui est inutile". ll n'a pas toujours été de cet avis

  • IPR

    Calme relatif

    Le ton baisse un peu entre les pros et anti carrière. La tension  retombe dans la petite salle de la mairie. Ceux qui ont déjà consignés leur avis sur les registres de l'enquête publique sont sortis, les autres dont la queue dans le couloir derrière les gendarmes qui les font entrer un par un

    Le bureau devait fermer à midi mais face à la tension et à l’affluence le commissaire enquêteur a proposé de prolonger la permanence cette après-midi pour permettre à chacun de donner son avis

    La file d’attente de transporteurs s'étend jusqu’à l’extérieur du bâtiment

     

  • IPR

    La tension ne baisse pas dans le bureau du commissaire enquêteurs. Certains veulent en venir aux mains.

    Le commissaire enqueteur ne tentent de ramener le calme

  • IPR

    [VIDEO] Le collectif Touch pa nout roche, qui s'oppose à l'ouverture de la carrière de Bois-Blanc, est sur place aux côtés de Thierry Robert. Un de ses membres a filmé les tensions actuelles à la mairie. Regardez :

     

  • IPR

    Démission

    Pierrick Robert, frère de Thierry Robert, démission en public de son poste de premier vice président de la FNTR. "Il est contre la carrière et les méthodes de Caroupaye qui met la pression sur les transporteurs"

  • IPR

    Grosse tension

    Le commissaire enquêteur menace de suspendre la consulation si les échanges vifs entre oppsoants et partisans de la carrière continuent. Le ton monte encore

  • IPR

    Echanges vifs

    Thierry Robert, ancien maire et ancien député de Saint-Leu, est présent dans le bureau du commissaire enquêteurs avec des opposants à la carrière. Il dénonce "la provocation de ces gens qiu ne pensent qu'à leur intéret". Suive notre live

  • IPR

    A la mairie

    Les transporteurs et les autres arrivent devant la mairie de Saint-Leu ou un groupe de personnes ooposées à l'ouverture de la carrière est rassemblée. Il n'y a de tension pour le moment

  • IPR

    Le rassemblement en faveur de l'ouverture de la carrière de Bois Blanc en live Facebook avec notre journaliste

     

  • IPR

    [EMBOURBÉ] Un bus rempli de cinquante manifestants, s'est embourbé dans la carrière Teralta. Cinquante transporteurs sont donc coincés au Port alors qu'ils étaient en direction de la Ravine Saint-Leu. Jean-Bernard Caroupaye n'est pas content et il envisage, avec les professionnels mobilisés de se rendre à la mairie sans attendre leurs collègues bloqués. 

  • IPR

    Bruno Robert, dirigeant des Jeunes agriculteurs, est favorable à l'ouverture de la carrière de Bois Blanc.

     

  • IPR

    Didier Hoareau, transporteur, explique pourquoi il veut l'ouverture de la carrière de Bois Blanc "indispensable pour finir le chantier de la NRL". Regardez

     

  • IPR

    Fermé

    Le parking de la Ravine Saint-Leu est fermé. "Apparement la mairie a eu peur que l'on vienne avec nos camions" lâche un transporteur. "Nous ne sommes pas venus casser, nous exercons notre droit de citoyens, nous venons donner notre avis sur la carrière de Bois Blanc" explique Jean-Bernard Caroupage de la FNTR (fédération nationale des transporteurs routiers.

     

    L'ancien maire et député de Saint-Leu, Thierry Robert, a en effet publié un appel à la mobilisation "de la popuolaiton" sur sa page Facebook car "nous ne pouvons pas nous laisser marcher dessus sans réagir" par ceux qui veulent l'ouverutre de la carrière

     

     

    "Des camions ont été installés par Thierry robert pour bloquer l'acces à la Ravine Saoint-Leu. On est venu exercer notre droits de citoyens, la ville de Saint Leu n'est pas une dictature. On est venu donner notre avis dans le cadre de l'enquête publique. qui se termine à 12 heures à Saint-Leu" commente Jean-Bernard Caroupaye

  • IPR

    Rassemblement

    Répondant à l'appel de la plateforme transporteurs, syndicats ouvriers du BTP et des planteurs, quelques dizaines de professionnels sont déjà rassemblés près du parking de la Ravine Saint-Leu

À propos

• Deuxième mobilisation

Il s'agit de la deuxième grande mobilisation de la plateforme réunissant les syndicats salariés du BTP (CGTR et CFDT), la filière agricole (CGPER, FDSEA et CDJA) et les transporteurs (FNTR, Unostra, FTOI et SRTT). A la mi mai 2018, ils ont adressé à Didier Robert un courrier dans lequel ils exprimaient leur inquiétude face " à l'arrêt total des extractions d'andains " prévu à la fin du mois de mai. Faute de carrière ouverte, les syndicats ont rappelé au président de Région son engagement à maintenir les extractions d'andains pour alimenter le chantier de la nouvelle route du littoral. 

Dans ce courrier, les syndicats s’inquiétaient de la "forte baisse" des prestations de transport qu’entraînerait "l’arrêt total des extractions d’andains" annoncé par le groupement SBTPC/VINCI et GTOI qui construit la NRL. Cette baisse serait estimée à 70% à partir de septembre selon les informations qui ont été dévoilées au syndicat le 12 avril dernier.

Le lundi 28 mai la plateforme décidait de bloquer les trois accès du chantier de la Nouvelle route du littoral  à La Possession, à Saint-Denis et la Grande Chaloupe

Lire aussi : NRL - Les transporteurs suspendent leur mouvement, le travail reprend

• Encore une enquêe publique

La troisième enquête publique portant sur le projet d'ouverture de la carrière de Bois Blanc nécessaire, selon la Région, au bon déroulement du chantier de la Nouvelle route du littoral (NRL) a commencé le lundi 25 juin 2018.

Cette enquête publique fait partie de la procédure obligatoire pour autoriser ou interdire, l'ouverture et l'exploitation d'une carrière comme celle de Bois Blanc. Le responsable adjoint de la DEAL l'explique :  "Ces délais sont incompressibles. Il y a une enquête publique d'un mois. Une fois réalisée, la commission d'enquête a un mois pour rendre son rapport. Elle peut donner un avis favorable, un avis favorable avec réserve(s) ou un avis défavorable". 

A l'issue, le projet de carrière "doit passer devant la commission départementale de la nature, des sites et des paysages (CNDPS)". Il s'agit d'une commission paritaire au sein de laquelle sont représentés l'Etat et les Villes concernées (Saint-Leu, Les Avirons et L'Etang-Salé). Cette CNDPS "va émettre un avis sur le projet d'exploitation de la carrière". 

Une fois que ces deux avis consultatifs seront communiqués, le préfet Amaury de Saint-Quentin prendra, ou non, un arrêté préfectoral autorisant l'ouverture et l'exploitation de la carrière de Bois-Blanc.  "Ça s'est déjà vu, des préfets qui signent un arrêté malgré des avis défavorables mais c'est très difficile explique Ivan Martin. Le projet sera fragilisé et suscceptible de faire l'objet de recours devant le tribunal administratif".

Lire aussi : Carrière de Bois-Blanc : rien n'est encore joué

• Annulation du schéma départemental des carrières

Fin mai 2018 la Cour d'appel de Bordeaux a décidé d'annuler cette décision et l'arrêté du préfet qui, pour rappel, incluait l'exploitation de quatre nouvelles carrières dans le cadre du chantier de la Nouvelle route du littoral (Bois Blanc, l'Ermitage, Bellevue et Dioré).

Lire aussi => Coup dur pour le chantier de la NRL : Abrogation du schéma départemental des carrières de 2014

   

4 Commentaire(s)

Lineda , Posté
Caroupaille va payer tes impots- tes amendes- tes camions- tes employés..... tu n’as plus rien tu me fais pitié! Du moins, tu n’auras plus rien bientôt, la justice te veille au grain.
Dezoeuf, Posté
Que Thierry Robert alias « la grande gueule sans diplôme » aille régulariser ses impôts impayés et s’occupe de son cas personnel concernant sa destitution avant de s’occuper des projets ayant pour but de développer l’île.
Caca piment , Posté
Anda copain du commissaire enquêteur! Anda : dites vous? C’est le nouveau clown de la pyramide inversée avec son super poste de directeur d’agence de l’antenne sud pour mette MFontaine dehors. Lève grand matin Anda, tu n’es qu’un minable fusible
Depain , depuis son mobile, Posté
Méthode de kaniar, qui devient une habitude dans cette corporation...