Suite au drame conjugal survenu au Chaudron :

"Non aux violences faites aux femmes"


Publié / Actualisé
Ce lundi 16 juillet 2018, une femme de 42 ans, mère de trois enfants, a de nouveau été victime d'un drame conjugal : elle a été poignardée à mort par son compagnon vers 16 heures. Le meurtre a eu lieu dans l'appartement du couple, au Chaudron. Et l'homme âgé de 46 ans, a ensuite tenté de se suicider. Suite à ce dramatique fait divers, le collectif pour l'élimination des violences intrafamiliales a tenu à réagir.
Ce lundi 16 juillet 2018, une femme de 42 ans, mère de trois enfants, a de nouveau été victime d'un drame conjugal : elle a été poignardée à mort par son compagnon vers 16 heures. Le meurtre a eu lieu dans l'appartement du couple, au Chaudron. Et l'homme âgé de 46 ans, a ensuite tenté de se suicider. Suite à ce dramatique fait divers, le collectif pour l'élimination des violences intrafamiliales a tenu à réagir.
"Une société unie dans la joie, la cohésion, voire l’harmonie, telle est l’image rapide et superficielle qui pouvait être retenue dans la facilité, ces derniers jours, à l’occasion des succès de l’équipe de France de football. Hélas, cette vision idyllique se trouve profondément altérée par les sombres zébrures qui, par la simple observation de l’actualité récente, viennent la marquer de façon indélébile.

Que l’on en juge ! Une femme lâchement poignardée par son " compagnon " lundi dernier au Chaudron. Une autre atrocement et sadiquement torturée pendant plusieurs jours, ceux de la " Fête Nationale ", symbolisant paraît-il l’avènement et l’accomplissement de la liberté ; des hommes ivres et en rut se croyant autorisés à agresser sexuellement des femmes, sous prétexte de célébrer la victoire de l’équipe de France : quel triste symbole ! Telle est l’image peu reluisante qu’ont donnée la société réunionnaise et la société française ces derniers jours.

Des faits "révélateurs de l'état d'une société"

Est-ce un hasard ? Nous ne le croyons pas. Ces faits, dans leur froide sécheresse sont révélateurs de l’état d’une société. Ne devons-nous pas nous interroger sur les résultats de cette étude réalisée en Grande-Bretagne et récemment publiée, selon laquelle les violences contre les femmes augmentent en même temps que se déroulent les compétitions sportives comme le football ?

Ne devons-nous pas nous questionner sur la réalité quotidienne de notre société, dont le vernis superficiel, brutalement éclaté à l’occasion des évènements les plus dramatiques, dissimule de plus en plus mal les innombrables souffrances quotidienne des femmes méprisées, humiliées, battues, violentées sexuellement dans le secret des alcôves familiales ?

Appel aux politiques

Une réalité ne faisant que concrétiser cette inacceptable conception de la femme comme genre inférieur à celui de l’homme ; genre prétendument inférieur voué à la soumission, à l’obéissance, la domination, à la seule jouissance sexuelle en tant que jouet et objet appartenant à l’homme !

Quand, nos politiques, si experts en grandes proclamations, prétendant faire de la "lutte pour l’égalité des droits des femmes et des hommes, la grande cause nationale du quinquennat ", nous donneront ils véritablement les moyens et manifesteront ils réellement une volonté politique indiscutable pour lutter contre les fondements idéologiques et les errements d’une société, qui continue imperturbablement de discriminer ses membres sur des critères de genre proprement inacceptables?"

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !