Saint-Paul - L'Autorité environnementale n'autorise pas le projet :

Chauves-souris et oiseaux 1 - carrière de Bellevue 0


Publié / Actualisé
Le projet de carrière de Bellevue "ne peut être autorisé sans obtention d'une dérogation au régime d'interdiction stricte portant sur les espèces protégées" a a décidé l'Autorité environnementale (Ae) lors de sa séance du mercredi 25 juillet 2018. La haute instance estime en effet que des "espèces protégées, dont les chiroptères (chauves-souris - ndlr) et certaines espèces d'oiseaux" présents occasionnellement ou en permanence "sur le site ou à proximité" de la carrière seront "très probablement" perturber par l'activité d'exploitation et d'extraction des roches massives. Cette décision de l'Autorité environnementale est un nouveau coup dur pour le chantier de la Nouvelle route du littoral (NRL) qui voit s'éloigner encore un peu plus la perspective d'être alimenté en roches massives, indispensables pour construire le tronçon la Possession - Grande Chaloupe
Le projet de carrière de Bellevue "ne peut être autorisé sans obtention d'une dérogation au régime d'interdiction stricte portant sur les espèces protégées" a a décidé l'Autorité environnementale (Ae) lors de sa séance du mercredi 25 juillet 2018. La haute instance estime en effet que des "espèces protégées, dont les chiroptères (chauves-souris - ndlr) et certaines espèces d'oiseaux" présents occasionnellement ou en permanence "sur le site ou à proximité" de la carrière seront "très probablement" perturber par l'activité d'exploitation et d'extraction des roches massives. Cette décision de l'Autorité environnementale est un nouveau coup dur pour le chantier de la Nouvelle route du littoral (NRL) qui voit s'éloigner encore un peu plus la perspective d'être alimenté en roches massives, indispensables pour construire le tronçon la Possession - Grande Chaloupe

Dans une argumentation détaillée, l'Autorité environnementale commence par rappeler que "le projet de création d’une carrière de roche massive au lieu-dit " Bellevue " sur la commune de Saint-Paul, présenté par la société Grands Travaux de l’Océan Indien (GTOI) est lié à la réalisation de la nouvelle route du littoral (NRL) à La Réunion. Cette nouvelle route nécessite environ 19 millions de tonnes (Mt) de matériaux dont environ 9 Mt d’enrochements massifs"

L’étude d’impact de l'exploitation de la carrière, "mériterait d’être complétée sur certains points pour mieux apprécier les impacts liés aux transports des matériaux extraits et les impacts de l’exploitation sur les chiroptères (chauves-souris  - ndlr) estime ensuite l'Ae.

Elle recommande aussi "d’actualiser les estimations de quantités de matériaux nécessaires à la construction de la NRL et les apports attendus des différentes sources identifiées pour fournir les enrochements ainsi que la temporalité de ces apports, car elle est déterminante dans le besoin d’ouvrir ou non de nouvelles carrières".

Une demande particulièrement difficile à renseigner. En effet pour le moment aucune roche massive n'est prête à sortir de quelles que "sources identifiées" que ce soit puisque en mai dernier la cour d'appel de Bordeaux a annulé le schéma départemental des carrières tel que défini en 2014. Ce schéma, validé par le préfet, incluait l'exploitation de quatre nouvelles carrières dans le cadre du chantier de la NRL (Bois Blanc, l'Ermitage, Bellevue et Dioré).

Lire aussi: Coup dur pour la NRL : Abrogation du schéma départemental des carrières de 2014

Poursuivant son argumentaire, l'Autorité environnementale "recommande également de compléter l’analyse des impacts sur l’environnement liés au trafic sur les voiries reliant la carrière au chantier de la NRL, en particulier concernant le bruit et les pollutions de l’air et de renforcer les dispositions qui seront prises pour lutter contre les espèces exotiques envahissantes pendant l’exploitation de la carrière et après la remise en état, qu’il conviendrait de compléter".

Et vient la touche finale : "étant donnée la présence avérée occasionnelle ou permanente sur le site ou à proximité d’espèces protégées, dont les chiroptères et certaines espèces d’oiseaux, que la présence de la carrière et son activité d’exploitation perturberont très probablement malgré les mesures (nécessaires) prévues, l’Ae considère que le projet ne peut être autorisé sans obtention d’une dérogation au régime d’interdiction stricte portant sur les espèces protégées".

Sachant, et c'est heureux pour la biodiversité, que l'obtention d'un telle dérogation semble fortement hypothétique, autant dire que les chauves-souris et les oiseaux sont en passe de gagner le combat.

Pour rappel, le projet de carrière de Bellevue avait connu un premier coup d'arrêt le 17 janvier 2018. A la suite d'une décision du Conseil d'Etat l'arrêté préfectoral d'ouverture d'enquête publique préalable à l'autorisation d'exploiter la carrière avait été abrogé.

Lire aussi : Sursis pour la carrière de Bellevue, l'enquête publique est annulée

Ou lorsque l'hypothèse de livraison d'une demie NRL - avec une portion la Possession - Grande Chaloupe à finir... un jour -, devient  de plus en plus plausible.... même pour Didier Robert, c'est dire...

Lire aussi : En 2020, il ne devrait y avoir qu'une demi-NRL

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !