Un programme financé par le premier Odhirathon :

Insuffisance rénale : deux chercheurs étudient les spécificités réunionnaises


Publié / Actualisé
Lors d'une conférence de presse vendredi 10 août, l'équipe organisatrice d'Odhirathon a révélé les noms des deux chercheurs (notre photo, au centre et à droite) retenus après appel d'offres pour étudier les causes alimentaires et génétiques de l'hypertension artérielle à La Réunion ainsi que les pistes de traitement qu'offriraient des molécules issues de la biodiversité végétale réunionnaise. Leur programme de recherche est financé par les dons récoltés lors de la première édition de l'Odhirathon, en juin 2017.
Lors d'une conférence de presse vendredi 10 août, l'équipe organisatrice d'Odhirathon a révélé les noms des deux chercheurs (notre photo, au centre et à droite) retenus après appel d'offres pour étudier les causes alimentaires et génétiques de l'hypertension artérielle à La Réunion ainsi que les pistes de traitement qu'offriraient des molécules issues de la biodiversité végétale réunionnaise. Leur programme de recherche est financé par les dons récoltés lors de la première édition de l'Odhirathon, en juin 2017.

On n’est jamais si bien servi que par soi-même ! Devant le manque de fonds pour la recherche en France, le meilleur moyen de faire avancer la science consiste à solliciter soi-même les mécènes et les donateurs.

C’est en tout cas la conviction des organisateurs de l’Odhirathon, un événement créé en 2017 pour soutenir la recherche contre les maladies chroniques à La Réunion que sont l’obésité, le diabète, l’hypertension et l’insuffisance rénale (ODHIR). " Au moins un Réunionnais sur cinq est concerné par ces maladies, un nombre trois fois plus élevé qu’en métropole, souligne Bernard Fontaine, président de Philancia, un fonds d’investissement créé par l’Aurar en 2011, qui soutient des actions de santé. Comprendre pourquoi ces maladies explosent ici est essentiel pour pouvoir mieux les prévenir et les guérir. "

C’est pourquoi l’an dernier Philancia a organisé le premier Odhiraton pour collecter les fonds nécessaires à la recherche. " Des entreprises mais surtout beaucoup de Réunionnais ont adhéré au projet de financer de la recherche médicale pour La Réunion et ici à La Réunion. Nous étions plus de 25 000 l’an dernier pendant les quatre jours de l’opération et nous avons pu récolter, grâce à la générosité de tous, de quoi financer cette année deux programmes de recherches pour 100 000 euros ", explique Jean-Max Labonté.

Des pistes de traitement, tirées de la végétation réunionnaise

En effet, après la première édition de l’Odhiraton a été lancé un appel à projets autour de l’insuffisance rénale, pathologie qui touche à La Réunion 1900 personnes, diabétiques ou/et hypertendues ou encore souffrant de maladies génétiques. Les noms des deux chercheurs retenus pour faire avancer la science sur ces pathologies endémiques à La Réunion ont été dévoilés ce vendredi 10 août.

Le premier projet, conduit par le Dr Nicolas Cornière, néphrologue, membre du service d’exploration fonctionnelle au CHU, vise à rechercher des facteurs de risques alimentaires et génétiques à l’origine de la lithiase rénale à l’Ile de La Réunion.

Le second, dirigé par le Dr Jean-Loup Bascands, directeur de recherches à Toulouse (Inserm) mais venu travailler dans l’île pour cette étude, a pour mission d’établir le potentiel anti-inflammatoire/antioxydants d’extraits riches en polyphénols provenant des molécules issues de la biodiversité végétale réunionnaise.

4 jours de mobilisation en septembre 2018

La deuxième édition de l’Odhiraton aura lieu du 6 au 9 septembre 2018 selon le même principe : des collectes dans une grande surface partenaire, des animations nutritionnelles dans quatre magasins de l’enseigne avec des diététiciennes, des stands d’information et des concerts et spectacles le dernier jour, 9 septembre, sur le front de mer de Saint Leu avec le soutien de nombreuses associations qui feront la démonstration de leur talent en matière de salsa, bachata, kizumbu, maloya, danse africaine, danses en ligne, danse orientale, Street Danse, Funny Dance, Tango argentin pour finir par du KuduroFit et une Zumba géante. Pour participer à cette grande fête, il suffira d’acheter le tee-shirt Odhirathon, au prix de 5 euros.

" Nous espérons que cette seconde édition sera encore mieux suivie que la première et que l’Odhirathon va s’installer durablement dans le paysage de la prévention des maladies ODHIR (obésité, diabète, Hypertension, insuffisance rénale) ", conclut Bernard Fontaine. Un certain Téléthon n'a-t-il pas commencé comme ça ?
Cette année encore, deux artistes réunionnais ont accepté de parrainer l’Odhirathon : Nicole Dambreville et Tiloun. " Je suis heureux de soutenir cette manifestation, en tant que personne touchée par l’obésité. J’ai perdu 80 kilos mais je suis toujours obèse. Je connais bien les affres de cette maladie. J’ai aussi perdu un ami cher des conséquences de ces maladies ODHIR… ", termine Tiloun Ramoune.

ml/www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Bambam974g, Posté
On vient de me diagnostiquer une insuffisance rénale á cause de rein de petites tailles,c'est super que notre île prenne les devant pour soigner ses marmailles! Merci la réunion lé lá.😃