Le groupe est toujours en attente de la décision de la Cour d'appel :

Apavou - Une offre à 130 millions de la CDC Habitat fait bondir les créanciers


Publié / Actualisé
Le groupe Apavou, deuxième fortune de La Réunion est en liquation judiciaire. Le groupe a fait appel de cette décision en juin dernier devant la cour d'appel et la décision était mise en délibéré pour le 22 août. Armand Apavou avait évoqué des négociations avancées avec la Caisse des dépôts et consignations Habitat (CDC Habitat). Selon une information du site laparisien.fr, la CDC Habitat a fait une offre à 130 millions d'euros pour reprendre les logements du groupe. Une offre plancher qui a fait bondir les créanciers.
Le groupe Apavou, deuxième fortune de La Réunion est en liquation judiciaire. Le groupe a fait appel de cette décision en juin dernier devant la cour d'appel et la décision était mise en délibéré pour le 22 août. Armand Apavou avait évoqué des négociations avancées avec la Caisse des dépôts et consignations Habitat (CDC Habitat). Selon une information du site laparisien.fr, la CDC Habitat a fait une offre à 130 millions d'euros pour reprendre les logements du groupe. Une offre plancher qui a fait bondir les créanciers.

Armand Apavou souhaitait vendre une partie de ses actifs pour payer ses créanciers. C'est l'idée qu'il avait évoqué à la sortie du tribunal après l'audience en appel le 20 juin dernier. Apavou était en négociations avec la CDC habitat.

Le groupe espérait se séparer de 1800 logements représentant 150 millions d'euros d'actifs.

Lire aussi : Groupe Apavou, liquidation judiciaire ou pas, réponse le 22 août.

Selon une information de nos confrères du site leParisien.fr , alors que les juges de la cour d’appel sont en train de délibérer sur l’avenir du groupe Apavou, CDC Habitat a transmis ces derniers jours une offre de 130 M€ " prix plancher " et " net vendeur " pour la totalité du parc immobilier du groupe réunionnais, soit 2 500 logements. Il y a encore quelques mois, le groupe estimait à plus de 200 millions d'euros son parc immobilier.

Selon les avocats des créanciers, " La CDC profite du désarroi d’Apavou pour proposer un prix plancher scandaleux, estiment les avocats du cabinet DTA. La CDC habitat essaie de contourner tout le monde. C’est une tentative d’appropriation de ces biens, à bas prix. "

Pour eux, la CDC aurait dû attendre la décision de la Cour d'appel.

Lire ici l'intégralité de l'article du site leParisien.fr

Lire aussi : l'Hôtel le Saint-Denis est liquidé

Lire aussi : Hôtel le Saint-Denis, le personnel et les clients priés de quitter les lieux

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !