Gare aux méduses et autres espèces dangereuses :

Kelonia appelle à éradiquer les "monstres marins"


Publié / Actualisé
A Kelonia, on est sensible aux espèces dangereuses qui mettent en danger l'écosystème dans l'Océan Indien. Le centre de préservation des tortues, en cette fin de vacances,signale une campagne de sensibilisation lancée par le site Argos Junior en direction des plus jeunes, mais qui s'adresse en fait à tous. De manière humoristique, Argos Junior liste quelques "poissons" et autres monstres marins nuisibles que nous avons forcément rencontrés sur nos plages... et que nous avons peut-être aussi contribué à mettre à flot.
A Kelonia, on est sensible aux espèces dangereuses qui mettent en danger l'écosystème dans l'Océan Indien. Le centre de préservation des tortues, en cette fin de vacances,signale une campagne de sensibilisation lancée par le site Argos Junior en direction des plus jeunes, mais qui s'adresse en fait à tous. De manière humoristique, Argos Junior liste quelques "poissons" et autres monstres marins nuisibles que nous avons forcément rencontrés sur nos plages... et que nous avons peut-être aussi contribué à mettre à flot.

Vous l'aurez compris, quand Argus Junior parle d'espèces dangereuses, ce ne sont pas que des espèces animales. Les méduses, par exemple, ça brûle, mais ça peut faire pire encore quand elles sont en plastique et vouées normalement à protéger les petons sensibles. Autre nuisible bien connu et pourtant indispensable, le préservatif, qui une fois utilisé et tourne-bouchonné, peut ressembler à un petit poisson. Il protège au moment idoine, mais après usage, s'il s'en va mener le reste de sa vie au gré des flots, ça peut faire mal... aux poissons, aux tortues...

Canettes, capsules de bouteilles, papier alu, bidons d'eau en plastique, sacs en papier,les piles de lampes de poche, morceaux de verre issus d'une bouteille, les mégots de cigarettes... La campagne de sensibilisation les énumère tous, ces nuisibles, avec une estimation de leur durée de nuisance. Des millénaires pour certains (fluides des piles, verre...), 200 à 500 ans pour d'autres (récipients plastique, canettes), 25 à 60 ans pour les moins tenaces (serviettes hygiéniques, couches bébé, sac plastique, préservatifs...). Même un banal mégot de cigarette a la vie longue : dix ans !  

La campagne rappelle que chaque jour les océans reçoivent huit millions de tonnes de déchets générés par l'activité humaine. Et que ce n'est pas sans risque pour la vie marine.

Alléger son quotidien, son sac de plage, prendre quelques bonnes habitudes citoyennes qui, en plus, rendent le paysage plus beau... il y a urgence !
La campagne Argus Junior, qui représente chaque déchet compacté de manière ludique en forme de poissons, homards, raies, baleines, anguilles, poulpes... devrait marquer les esprits des petits. Reste à s'y mettre tous....

www.ipreunion.com
 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !