Le combat de Rémi Sanchez, un père obstiné (actualisé) :

Harcelé, Louka n'a pas trouvé la force de faire sa rentrée en seconde


Publié / Actualisé
Il y a trois mois, Louka, 16 ans, élève de troisième au collège de la Pointe des Châteaux à Saint-Leu, est victime de violences. Dans une salle de cours où deux enseignants sont présents. Son calvaire dure trois jours. Louka n'en parle pas à ses parents. Pour ne pas les inquiéter, parce que ses agresseurs disent qu'ils leur feront du mal si il " balance ". Atteint de troubles autistiques, le marmaille se renferme sur lui même. Son père, Rémi, finit par apprendre ce que son fils a subi.
Il y a trois mois, Louka, 16 ans, élève de troisième au collège de la Pointe des Châteaux à Saint-Leu, est victime de violences. Dans une salle de cours où deux enseignants sont présents. Son calvaire dure trois jours. Louka n'en parle pas à ses parents. Pour ne pas les inquiéter, parce que ses agresseurs disent qu'ils leur feront du mal si il " balance ". Atteint de troubles autistiques, le marmaille se renferme sur lui même. Son père, Rémi, finit par apprendre ce que son fils a subi.

Et maintenant ?

Passés le choc et la douleur, aujourd’hui c’est la colère qui domine. Rémi Sanchez est remonté. De la rage contre un système qui a laissé faire. De la rage contre un système qui aujourd’hui encore est aux abonnés absents. Ce vendredi matin 17 août 2018, le tortionnaire de son fils a repris le chemin de l’école. Louka, lui, est rongé par ses peurs. Il n’a pas pu aller en cours ce matin. L'adolescent aurait dû passer en seconde.

 

Louka, un garçon pas comme les autres

 

Une violence extrême

#ActualitésdelaRéunion #Lecombatdunpère #Pasderentréepoursonfils #Harcèlementscolaire #974 pic.twitter.com/ttYfFtZwlX

Des poursuites judiciaires - le combat de David contre Goliath

 

 

Louka doit d'abord se soigner avant de retourner en cours

Il faudra du temps à Louka pour reprendre le chemin de l’école. Le jeune homme est accompagné par des spécialistes, pour mettre des mots sur ce qui lui est arrivé. Ses parents n’ont plus confiance en l’Education nationale. Aujourd’hui, Rémi Sanchez se bat pour que le statut de victime de son fils soit reconnu et pour que justice soit faite. A tous les niveaux.

fh/www.ipreunion.com publié à 3:00 la 18/08/2018 actualisé à 9:34

   

4 Commentaire(s)

Lili, Posté
Tout de même bizarre cette histoire, ne pas juger trop vite dans connsitre le fun fond de l histoire. Il existe plusieurs zones d ombre comme par exemple, pourquoi le père a rapidement fait partie Loukz hors de la Reunion avant que je commence l enquête, il aurait du être entendu ! Et puis il semblerait que ce jeune homme n était pas tout à fait un ange, et passait son temps à insulter les autres...
Ton ancienne animatrice en arts plastiques, Posté
Je suis triste et surtout en colère. Louka . De tout cœur avec vous et s'il faut venir vous soutenir pour une marche nous serons là.
AvecVous, Posté
Ne lâchait rien! L’éducation Nationale détruit les enfants différents qui ne rentrent pas dans le moule. Les pseudos dispositifs qui doivent en principe aider à intégrer ses enfants ne servent à rien sauf à donner bonne conscience aux enseignants. Je vous parle en connaissance de cause, j’ai vécu un cauchemar avec mon fils malade. Bon courage à vous et à votre garçon pour qu’il se remette très vite de cette épreuve.
Krista, Posté
Notre fils aussi qui présente des troubles autistiques a été victime de maltraitance psychologique de la part des enseignants de sa premiere école primaire mais l institution protege ses membres... puis de coups violences intimidation et harcèlement au lycée par 1 autre élève . La plainte en gendarmerie a été classée puisque le lycée a "puni" l élève en l excluant qq jours .... peut être se regrouper ?