Assises territoriales à la préfecture :

Un "modèle réunionnais de l'Islam " fort et républicain


Publié / Actualisé
Ce mardi 21 août 2018, le préfet Amaury de Saint-Quentin a réuni les représentants locaux et les acteurs engagés du culte musulman pour une restitution des ateliers menés dans le cadre des assises territoriales. La troisième et dernière phase d'une large consultation qui avait débuté le 10 juillet dernier. Un Islam réunionnais "exemplaire" confronté à quelques inquiétudes.
Ce mardi 21 août 2018, le préfet Amaury de Saint-Quentin a réuni les représentants locaux et les acteurs engagés du culte musulman pour une restitution des ateliers menés dans le cadre des assises territoriales. La troisième et dernière phase d'une large consultation qui avait débuté le 10 juillet dernier. Un Islam réunionnais "exemplaire" confronté à quelques inquiétudes.

"La religion musulmane a une histoire toute particulière avec La Réunion aujourd’hui. C’est un des piliers de cet équilibre sociétal réunionnais et de ce vivre ensemble" a déclaré le préfet de La Réunion Amaury de Saint-Quentin à la fin des Assises territoriales de l’Islam. La large consultation voulue par le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb s’est achevée ce mardi à la préfecture de Saint-Denis. Un temps de partage et d’échange avec les représentants institutionnels, les acteurs associatifs ou encore économiques du culte musulman pour mieux organiser l’islam dans le cadre des institutions républicaines. Quatre groupes de travail étaient organisés autour de cinq thématiques : gouvernance des lieux de culte, financement, initiatives locales et spécifiques prises dans les départements, formation des acteurs cultuels et la sensibilisation à la prévention de la radicalisation et enfin propositions et commentaires concernant les échéances prochaines de renouvellement des institutions représentatives de l’Islam de France.

Préserver les acquis

"Nous sommes dans une situation où il n’y a pas de problème", a scandé avec conviction Houssen Amode. Structuration de l’Islam, contrôle des financements et des investissements, accompagnement culturel… des dimensions acquises et le président du Conseil régional du culte musulman (CRCM) a tenu à rappeler qu’il s’agissait avant tout de les préserver. L’Islam à La Réunion est "incontestablement  un modèle" a également souligné le préfet, réunissant plus d’une cinquantaine de mosquées et près de 80 000 pratiquants

"N’ayons pas une laïcité qui va trop loin !"

Mais si ce dernier a tenu à mettre en avant l’exemplarité de la religion musulmane réunionnaise, le président du CRCM a fait part de quelques inquiétudes. "Nous sommes dans un pays multiculturel, nous sommes Pour la laïcité. Mais n’ayons pas une laïcité qui va trop loin, qui dépasse le signe ostentatoire religieux pour aller chez des attributs culturels." Car, même si l’Islam a une longue histoire avec La Réunion, le préfet a tenu a répéter que "rien n’est jamais acquis. Il nous impose à tous, à l’Etat et à ses acteurs de travailler ensemble à son équilibre pour le stabiliser au quotidien et régler les éventuels problèmes qui peuvent ponctuellement émerger."

Les synthèses des assises devraient être transmises dans les jours à venir et les propositions seront présentées avant le 15 septembre au Président de la République.


 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !