Le torchon brûle entre les deux structures (actualisé) :

Ligue contre le cancer et Run Odysséa : l'envers du décor


Publié / Actualisé
Le climat semblait au beau fixe entre Run Odysséa et la Ligue contre le cancer. Une idylle vieille de 10 ans qui se concrétise chaque année par une manifestation incontournable : la course Run Odysséa, à l'Etang-Salé en novembre. Un partenariat certes, non officiel, mais bien ancré. A tel point que dans l'esprit d'une majorité de réunionnais, les deux entités n'en font qu'une. En fait, c'est Run Odyssée qui est aux manettes et ce, depuis le départ. La Ligue contre le cancer est un partenaire historique du dispositif. Les quatre première années, elle était d'ailleurs le seul bénéficiaire des dons de Run Odysséa. Aujourd'hui, selon une information de Réunion 1ere ensuite confirmée à Imaz Press, la romance entre les deux institutions est terminée. Depuis plusieurs mois déjà, un désaccord profond les oppose. Le point de discorde : une convention.
Le climat semblait au beau fixe entre Run Odysséa et la Ligue contre le cancer. Une idylle vieille de 10 ans qui se concrétise chaque année par une manifestation incontournable : la course Run Odysséa, à l'Etang-Salé en novembre. Un partenariat certes, non officiel, mais bien ancré. A tel point que dans l'esprit d'une majorité de réunionnais, les deux entités n'en font qu'une. En fait, c'est Run Odyssée qui est aux manettes et ce, depuis le départ. La Ligue contre le cancer est un partenaire historique du dispositif. Les quatre première années, elle était d'ailleurs le seul bénéficiaire des dons de Run Odysséa. Aujourd'hui, selon une information de Réunion 1ere ensuite confirmée à Imaz Press, la romance entre les deux institutions est terminée. Depuis plusieurs mois déjà, un désaccord profond les oppose. Le point de discorde : une convention.

C’est la Ligue contre le cancer qui met le feu aux poudres. En avril 2018, la présidente départementale de l’association refuse de signer la convention tripartite entre sa structure ( la Ligue contre le cancer ) , Run Odyssea et Odysséa national. Une convention pourtant facilement renouvelée jusque là.

Cette fois, la Ligue contre le cancer tique sur une clause du contrat, celle du "Rezo rose". Ce dernier, mis en place en 2016 par Run Odyssea est un annuaire de prestataires recommandés par l’association. Le signer c’est y adhérer et s’engager à promouvoir le réseau auprès des malades.

Cette "clause Rezo rose" est inscrite dans la convention depuis trois ans, ce qui, jusqu’ici n’avait pas empêché la Ligue de signer la convention. Mais cette année, coup de théâtre, la Ligue fait marche arrière. Plusieurs arguments sont invoqués par Léopoldine Settama-Vidon, la présidente de la Ligue contre le cancer à La Réunion.

"Régie par plusieurs protocoles drastiques, la Ligue contre le cancer ne peut en aucun cas promouvoir une autre association" dit-elle. "Mettre certains prestataires en avant au détriment d’autres est une forme de favoritisme" ajoute-t-elle. Elle émet également des doutes quant à l’efficacité du "Rezo rose" " j’ai reçu des avis très négatifs de certains prestataires " affirme-t-elle.

Autant d’arguments pour ne pas intégrer le "Rezo rose" et encore moins le promouvoir pour la Ligue.

Un autre élément a fait pencher la balance. L’information vient cette fois de la Ligue contre le cancer au niveau national. Selon l’un des cadres de l’association, Run Odysséa aurait demandé que la Ligue contre le cancer de lui transmette les dossiers médicaux de malades. Selon notre interlocuteur. "ces exigences vont totalement à l’encontre de l’étique de la Ligue. Cela pose aussi un gros souci au niveau du RGPD (Réglement Général sur la Protection des Données* ndlr) renforcé en mai dernier".

Ce dernier élément aurait été crucial dans la décision de la Ligue contre le cancer de ne pas signer la convention.

La réponse de Run Odysséa est très simple "ne pas signer la convention, c’est ne plus recevoir de dons de notre part".

Concernant les remarques faites par la présidente de la Ligue à l'encontre du "Rezo rose", Nathalie Bourcier, la présidente de Run Odysséa se pose bien des questions. "Pourquoi avoir signé la convention en 2015, 2016 et 2017 alors que la clause " Rezo rose " y était déjà inscrite dans les mêmes termes qu’en 2018  ? Pourquoi aujourd’hui ?"

Run Odyssée se pose aussi des questions sur le timing de la médiatisation de cette affaire "juste au moment des inscriptions, comme par hasard " L’association cherche également à comprendre les motivations de Léopoldine Settama-Vidon "  nous l’avons déjà dit, Run Odyssée ne va pas manger la Ligue contre le cancer " s'agace Nathalie Bourcier.

Run Odysséa voit aussi d’un très mauvais oeil la non adhésion de la Ligue au "Rezo ros", "ne pas y adhérer, c’est ne pas la jouer collectif, c’est une petite contre partie, nous ne sommes pas juste la banque de la Ligue contre le cancer".

Quant à la question de la transmission des données médicales de patients, la présidente de Run Odysséa nie en bloc le fait que cela ait motivé la décision de la Ligue contre le cancer. "Il y a bien eu une demande de transmission de dossiers mais la Ligue avait déjà dénoncé la convention, nous voulions juste ces dossiers pour qu’il n’y ait pas d’arrêt sur les aides des malades".

Un véritable imbroglio. Deux versions s’opposent. Mais deux faits sont incontestables : la Ligue contre le cancer ne sera pas présente à la course-marche Run Odysséa les 3 et 4 novembre prochains à l’Etang Salé. Et pour la Ligue, se passer des dons de Run Odysséa c’est faire l’impasse sur la moitié des dons qu'elle récolte sur une année. En dix ans, Run Odysséa aura reversé plus de 352 000 euros à la Ligue contre le cancer. 

fh/www.ipreunion.com (mis en ligne mercredi 22 août 2018 à 03h - actualisé à 05h24)

   

7 Commentaire(s)

Nai, Posté
Grâce a Odysséa j'ai pu avoir des contacts pleins de bienveillance, des produits de qualités durant mon parcour. Surtout dans le sud de la Réunion il n'y avait rien pour nous. Quand on a pas forcément les moyens, et l'énergie merci a Odysséa d'avoir été la.
Momo, Posté
Je suis consternée... comment peut-on détruire avant de construire.. dans certaines régions de France les personnes malades sont obligées de se débrouiller toutes seules et quel parcours !! Et ici à la réunion une organisation rodée qui montre la solidarité des réunionnais pour aider les malades.. un réseau qui donne sans compter et qui accompagne avec passion engagement et conviction et là une dame ... politique... qui d’un revers de main fou tout en l’air !! Mme qd vous touchait le rsa et que la chimio vous décape et ben sans crème sans produit .. vous fait quoi !! Vous me dégoûtez
Raoul, Posté
il faudrait que chaque association soit indépendante,ce sera ainsi plus facile de les contrôler et on pourra mieux savoir ce qu'elles font des dons.Moi je préfère donner à la ligue en métropole car je ne fais pas confiance aux personnes qui font de la politique et qui font partie d'une association à but humanitaire.
Naira, Posté
@Ana,il y en a qui s'accroche à leur petit pouvoir et qui ne voudrait pour rien au monde céder leur place.Je pense qu'il faut laisser la place à quelqu'un de plus jeune et faisant partie du milieu médical.Il faut toujours se retirer sur la pointe des pieds avant d'être éjecté si on a un minimum de dignité.Moi depuis un moment j'envoie mon don directement à la ligue nationale.
Ana, Posté
J'estime qu'il faut de temps en temps changer de présidente,elle est là depuis trop longtemps et elle est fachée avec d'autres associations.J'aimerais bien connaître les raisons...La ligue ne serait-elle pas en manque d'argent ?Je sais qu'une association qui s'occupe d'enfants malades qui est très appréciée à l'hôpital et qui ramenait de l'argent à la ligue a préféré quitter à cause d'une mauvaise entente avec elle.
Handireunion, Posté
Ce n'est pas à Odyssea de jouer ce rôle :"nous voulions juste ces dossiers pour qu’il n’y ait pas d’arrêt sur les aides des malades"…
Un dossier médical n'a pas a être transmis de cette manière à une association. Il faut le consentement du malade, au minimum, car cela relève de la vie privée et du secret médical. Une personne malade, âgée, ou handicapée est avant tout une personne.
Si l'intention part sans doute d'un bon sentiment, c'est maladroit ou mal formulé.
ANONYME, Posté
MOI JE PENSE QUE C'EST UNE HISTOIRE DE SOUS.. ILS ONT TROP A GAGNE..