Polémique :

Saint-André - La brigade anti-criminalité mise en cause


Publié / Actualisé
L'enquête est de nos confrères du Journal de l'Ile. Ce mercredi 29 août, le quotidien, affiche une "Une" polémique " Saint-André : viols, proxénétisme, faux PV... les sales méthodes de la BAC ". La réactions des syndicats de police est épidermique. Levée de boucliers, les trois syndicats principaux parlent de " lynchage médiatique ".
L'enquête est de nos confrères du Journal de l'Ile. Ce mercredi 29 août, le quotidien, affiche une "Une" polémique " Saint-André : viols, proxénétisme, faux PV... les sales méthodes de la BAC ". La réactions des syndicats de police est épidermique. Levée de boucliers, les trois syndicats principaux parlent de " lynchage médiatique ".

Le Journal de l’île se fend d’un dossier de trois pages sur le sujet. Rappelant plusieurs affaires dans lesquelles des officiers de police de Saint-André sont ou ont été impliqués ces cinq dernières années. Le journaliste du JIR révèle les deux dernières " bavures "  en date : une affaire de faux PV et un autre dossier, celui de Cédric Cazal.

" J’ai cru mourir "

Cédric Cazal accuse. Ce saint-andréen de 33 ans ans reproche à une équipe de la BAC de Saint-André de l’avoir passé à tabac sans raison valable. " ils m’ont martyrisé " dit-il. Les faits se seraient déroulés le 30 avril dernier, peu de temps après la tempête tropicale Fakir. Certains réseaux routiers de la régions Est ont souffert. Ce jour-là, Cédric Cazal rentre du travail, à une centaine de mètres du domicile familial, l’homme contourne une barrière et sort de sa voie pour passer l’obstacle. Le trentenaire se sent observé. La voiture le suit. Cédric Cazal reconnaît la BAC. Arrivé dans la cour de la maison familiale, un homme descend et l’interpelle " tu n’as pas vu la barrière ? ", Cédric Cazal n’a pas le temps de répondre. Il est extirpé de son véhicule puis roué de coups par les trois hommes. Alors qu’il est au sol, " le déchaînement de violence semble sans fin " souffle-t-il.

Cédric Cazal est ensuite menotté et emmené au poste. Là-bas, les officiers ne prennent pas sa déposition. Seule condition pour qu’il puisse sortir : qu’il s’excuse. Cédric Cazal s’exécute. " je pensais que j’allais mourir, ils m’ont insulté, ont insulté mes parents, m‘ont menacé ". Suite à cela, l’homme se voit prescrire 12 jours d’ITT. Il a une jambe fracturée, des traces d’étranglement, des dermabrasions, des douleurs au dos, au thorax. Le trentenaire est traumatisé et ose à peine sortir de chez lui.  Il affirme avoir subi des pressions les semaines qui ont suivi " ils appelaient chez mes parents tout le temps en disant que j’allais finir en taule ". Cédric Chazal  explique aussi avoir voulu porter plainte mais sa plainte n’a jamais été retenue. Ni à Saint-André, ni à Sainte Suzanne, ni même à Bras-Panon.

" Mon client aurait pu y passer "

L’avocat de Cédric Cazal, maître Alex Vardin, insiste " vous savez, c’est une coalition. Ils se couvrent les uns, les autres. Mon client a envoyé une lettre au procureur. De mon côté, un signalement à l’IGPN (ndlr l’Inpection Générale de la Police Nationale) va partir la semaine prochaine. Ce qui s’est passé est inadmissible. S’en prendre gratuitement à un citoyen, c’est honteux. De plus, mon client est handicapé. Nous allons nous battre pour que toute la lumière soit faite sur cette affaire et que chacun assume ses responsabilités"

Cédric Cazal et son avocat se disent déterminés. Ils vont même plus loin. Tous deux affirment que l’un des policiers de la BAC impliqué a une réputation de caïd à Saint-André " Monsieur D. est connu pour sa violence extrême, il contrôle tout ici et tout le monde a peur. " Son avocat d’ajouter " avant même que cet article ne paraisse, j’ai reçu plusieurs personnes qui souhaitaient porter plainte contre la BAC de Saint-André "
De plus, un autre des trois policiers impliqués dans cette affaire est un haut gradé. L’homme a été condamné, il y a peu, à quatre mois de prison avec sursis pour une histoire de faux procès verbal d’interpellation. Les faits remontent à juin 2017.

 

Par ailleurs le JIR revient sur d’autres affaires.

• En août 2014, une femme de 32 ans accuse trois membres de la BAC de Saint-André de lui avoir imposé des rapports sexuels. Les trois hommes sont mis en examen pour viol en réunion. Trois ans après les faits, la décision du parquet devrait tomber incessamment et selon plusieurs sources, cette affaire aboutirait sur un non-lieu pour les trois membres de la BAC.

• Une autre affaire de moeurs, cette fois en février dernier. Un réseau de prostitution est démantelé. Les enquêteurs découvriront qu’un haut gradé du commissariat de Saint-André est mouillé. L’affaire est toujours en cours d’instruction.

• Cet autre dossier concerne un ancien de la BAC de Saint-André. Il aurait gardé entretenu des contacts téléphoniques avec un caïd de la ville. Le hic, le voyou est incarcéré. Pourquoi l’officier de police est-il en contact avec le délinquant emprisonné ? Le policier dira que l’homme est son informateur et qu’il ne savait pas que les téléphones sont interdits dans les prisons. Le fontionnaire de police est relaxé en première et en seconde instance.

Les syndicats de police parlent de "diffamation" et de "lynchage médiatique"

Le syndicat Unité SGP Police-FO est le premier à réagir. Gilles Clain, le secrétaire départemental de l'organisation est consterné " on a l’impression que cette Une est basée uniquement sur des accusations, des allégations. Aujourd’hui, aucun de nos collègues, dans les différentes affaires concernées, n’a été condamné par la justice. C’est un article à charge où la parole n’est pas donnée aux policiers ni aux institutions policières. On a l’impression que le seul but de cet article est de salir la police et de mettre en danger les fonctionnaires de police en citant leurs noms. Pourquoi taper sur la BAC de Saint-André gratuitement, sans preuve ?  Pourquoi taper sur les fonctionnaires de police, gratuitement, sans preuve ? Pourquoi faire un article uniquement à charge sans jamais donner la parole au  fonctionnaires de police, nous ne comprenons pas. "

Sur ce point, Gilles Clain est rejoint par Idriss Rangassamy, le secrétaire département du syndicat Alliance Police Nationale 974. " Nous sommes dubitatifs. Pourquoi un tel acharnement, sans rien de concret ? J’ai rencontré certains policiers pointés du doigt dans l’article du JIR, l’équipe est soudée et solidaire mais ils sont tombés de haut ce matin (ndlr mercredi 29 août). Ca jette l’opprobre sur la profession, sur l’institution. Tant qu’ils ne sont pas jugés, ils sont présumés innocents. Ils continueront à faire leur travail avec force et courage. Ce qui est dommage, c’est qu’il y a eu violation du secret d’instruction. Et à qui profite tout ça ? Sans doute le règlement de compte d’une personne faible dans la maison. Nous, on attend que notre hiérarchie, notamment Monsieur Lebon (ndlr le directeur départemental de la sécurité publique)  prenne une position claire et franche, il doit protéger ses effectifs et défendre notre institution."

A ce stade, il n'a pas été possible de joindre la direction départementale de la police

Le syndicat UNSA, lui, parle d’une " démagogie la plus abjecte […] il est incontestable que nous sommes dans le cadre d’un délit de diffamation publique ". Le syndicat rappelle le principe de " présomption d’innocence ".  Et apporte son soutien à l’ensemble des fonctionnaires de police de ce site et plus particulièrement à ses collègues de la brigade anti-criminalité. Le syndicat va encore plus loin " si les fonctionnaires visés par cet article qui s’apparente plus à un torchon journalistique, entendent ester en justice, nous les accompagnerons dans cette démarche ".

Le commandant du commissariat de Saint-André, Bertrand Dubuc ne s’est pas étalé sur le sujet " Absolument rien à communiquer là-dessus. On respecte la liberté de la presse. C’est sûr que ça ne nous fait pas plaisir mais on verra quelle suite donner à l’affaire ".

Des suites, les trois syndicats espèrent qu’il y en aura. Quant à Cédric Cazal, sa ténacité se résume à cette phrase " je n’ai pas tort, je ne lâcherai pas ".

fh/www.ipreunion.com
 

   

1 Commentaire(s)

Jacques, Posté
La populace racaille a déteint sur la police...