A Champ Fleuri :

Rassemblement de soutien aux Chagossiens


Publié / Actualisé
Le Mouvement Réunionnais Pour La Paix et le Comité de Solidarité Chagos Réunion (CSCR) organisait un rassemblement ce samedi 1er septembre sur le parvis des Droits de l'Homme et du Citoyen à Champ Fleuri. Expulsés de leur archipel afin d'installer la base militaire américaine Diego Garcia dans l'océan Indien, les Chagossiens bataillent toujours pour leur droit au retour. Du 3 au 6 septembre, une quarantaine de pays débattront au tribunal international de La Haye des intérêts de ce peuple.
Le Mouvement Réunionnais Pour La Paix et le Comité de Solidarité Chagos Réunion (CSCR) organisait un rassemblement ce samedi 1er septembre sur le parvis des Droits de l'Homme et du Citoyen à Champ Fleuri. Expulsés de leur archipel afin d'installer la base militaire américaine Diego Garcia dans l'océan Indien, les Chagossiens bataillent toujours pour leur droit au retour. Du 3 au 6 septembre, une quarantaine de pays débattront au tribunal international de La Haye des intérêts de ce peuple.

Depuis un demi-siècle, les Chagossiens luttent pour le retour sur leurs terres. Les Réunionnais ont toujours été engagés dans la cause ce petit peuple, c'était de nouveau le cas ce matin. Le CSCR et le Mouvement Réunionnais pour la Paix s'étaient donnés rendez-vous à 10h à Saint-Denis, place des Droits de l’homme à Champ-Fleuri.

Lire aussi => Appel de soutien aux Chagossiens

"C'est un petit rassemblement, hautement symbolique ", annonce Georges Gauvin, président du C.S.C.R. Une cinquantaine de personnes étaient réunies : certaines ont lu des messages de soutien, apporté quelques témoignages et rappelé les dernières péripéties des Chagossiens.

Sensibiliser l'opinion

Alors qu’en 2015 David Cameron premier ministre britanique validait le retour des quelques 10 000 réfugiés, Thérasa May un an plus tard annonçait préférer les indemniser. "Comme si une patrie s’achetait", déplore le président du C.S.C.R. L’année dernière, le gouvernement mauricien décide d’interpellé l’Assemblée Générale des Nations-Unies qui préfère porter l’affaire devant la cour internationale de Justice de la Haye.

Olivier Bancoult, le leader du Groupe Réfugiés Chagossiens ira à La Haye avec huit autres Chagossiens (natifs de Diega Garcia, des Îles Salomon et des Îles de Peros Banhos). Ils relateront leurs histoires, devant les représentant de 40 Etats. Ils espèrent donner un plus grand retentissement à leur cause. "L'opinion internationale réalisera les conditions dans lesquelles les Mauriciens ont été dépossédés de leurs terres et les Chagossiens explusés de chez eux, souhaite Georges Gauvin. Sans parler du mépris dans lequel les Britaniques et les Américains ont agi."

Pour la décision du tribunal, il faudra attendre encore plusieurs mois.

Petit rappel : en 1965, le gouvernement américain a loué à La Grande-Bretagne, les îles des Chagos qui bénéficiaient d'une position idéale dans l'Océan Indien. Débarrassé de ses 3000 habitants entre 1967 et 1973, l’archipel accueille la base militaire Diego Garcia. Les Chagossiens, exilés en grande partie à l'Île Maurice, aux Seychelles ou dans les environs de Londres attendent de pouvoir rentrer sur les terres où ils sont nés.

Lire aussi => Une délégation de Chagossiens en visite à La Réunion

nt/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !