A Saint-Leu dimanche 9 septembre 2018 (actualisé) :

Une chaîne humaine contre la carrière de Bois Blanc


Publié / Actualisé
Et de trois. Après le succès des deux premières chaînes humaines, les collectifs Touch Pa Nout Roche (TPNR) et Touch Pa Nout Marmailles, en organisent une troisième. Elle aura lieu à 9h30 le dimanche 9 septembre sur la plage de Bois Blanc (Avirons). "La population est énervée, explique Elodie Marais, porte-parole de TPNR. Nous ne sommes pas écoutés : ni par le Préfet ni par La Région. Mais on ne baissera pas les bras." Le combat contre le projet de carrière d'extraction de roches pour la construction de la NRL, située à Bois-Blanc se poursuit donc pour les habitants.
Et de trois. Après le succès des deux premières chaînes humaines, les collectifs Touch Pa Nout Roche (TPNR) et Touch Pa Nout Marmailles, en organisent une troisième. Elle aura lieu à 9h30 le dimanche 9 septembre sur la plage de Bois Blanc (Avirons). "La population est énervée, explique Elodie Marais, porte-parole de TPNR. Nous ne sommes pas écoutés : ni par le Préfet ni par La Région. Mais on ne baissera pas les bras." Le combat contre le projet de carrière d'extraction de roches pour la construction de la NRL, située à Bois-Blanc se poursuit donc pour les habitants.

"Tout le monde main dans la main, tous opposés au projet de la carrière", résume Elodie Marais. La chaîne humaine géante sera composée de responsables associatifs, d’élus, de collectifs pour l’environnement, de citoyens engagés. Parrainé par TPNR, l’évènement est à l’initiative du collectif Touch Pa Nout Marmailles, composé des mamans des Avirons, de l'Etang-Salé et de Saint-Leu. Les années précédentes, ces dernières avaient symboliquement protesté en marchant sur le sentier des pêcheurs entre la Pointe des Avirons et Bois Blanc.

Lire aussi => Carrière de Bois Blanc: "Donnez une heure de votre temps pour La Réunion", ce dimanche

Eaux polluées, poussières, circulation de poids-lourds, bruits, risques sanitaires… La carrière de 55 hectares peut avoir de graves conséquences pour l’environnement, la santé et la tranquillité des habitants selon le collectif TPNR. D’autant plus que six établissements scolaires seront à proximité, dans un périmètre de moins d’un kilomètre. "La mobilisation marche : en trois ans et demi, il n’y a pas eu un seul coup de pelle sur le site," explique la porte-parole de TPNR.

Lire aussi => Touch pa nout roche renouvelle son appel aux dons

Si l’enquête publique s’est achevée le 25 juillet dernier, l’avis du Commissaire enquêteur n’a toujours pas été rendu officiel. Le projet devrait ensuite passer entre les mains de la Commission départementale de la nature, des sites et des paysages afin qu'elle émette également un avis sur l'exploitation de la carrière de Bois Blanc. Néanmoins, rappelons-le : ces deux avis restent consultatifs pour le préfet Amaury de Saint-Quentin qui prendra sa décision à l'issue.

Lire aussi => Enquête publique de Bois Blanc : plus de 1 750 personnes ont participé

"Nous ne savons pas combien de personnes seront présentes, nous en espérons beaucoup. A chaque édition, nous créons la surprise" confie Elodie Marais. En effet, la première chaîne avait attiré près de 4000 personnes alors que seulement 400 s’étaient inscrites sur Facebook. Pour la seconde, même chose, 6000 participants contre 600 prévus. "Du jamais vu à La Réunion pour un mouvement environnemental," s’amuse la porte-parole. "Et qu’on soit dix, cent ou mille, le message reste le même : nous ne voulons pas de ce projet," poursuit-elle.

nt/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !