Egalité femme-homme :

Chancégal, lauréate de l'appel à projets de Marlène Schiappa


Publié / Actualisé
L'association réunionnaise vient de remporter l'appel à projets de la Secrétaire d'Etat Marlène Schiappa pour mener une action de sensibilisation à l'égalité des sexes au courant de l'année 2019. Une consécration supplémentaire pour Fabienne Rubira et Sophie Leroux qui travaillent depuis 2001 à changer les mentalités et défendre la place de la femme réunionnaise dans la société.
L'association réunionnaise vient de remporter l'appel à projets de la Secrétaire d'Etat Marlène Schiappa pour mener une action de sensibilisation à l'égalité des sexes au courant de l'année 2019. Une consécration supplémentaire pour Fabienne Rubira et Sophie Leroux qui travaillent depuis 2001 à changer les mentalités et défendre la place de la femme réunionnaise dans la société.

D’année en année, Chancégal entonne la même chanson : les Réunionnaises sont moins présentes sur le marché du travail que les Réunionnais, plus souvent, confrontées au chômage et aux emplois précaires... " La situation s’améliore certainement mais la femme réunionnaise est aujourd’hui encore peu présente sur le marché du travail, surtout quand elle est jeune ", explique Sylvie Leroux.  Selon l’Insee, en effet, les jeunes femmes étaient 38% à travailler en 2017 contre 49% des hommes.
Autre sujet de courroux pour Chancégal, les violences conjugales : " La Réunion est en troisième position en France pour les violences faites aux femmes, derrière la Guyane et la Corse ".  Et de citer quelques faits divers qui ont agité l’île ces dernières semaines au Chaudron, à Sainte Marie, à Saint Louis... " Il faut arrêter de dire que ce sont des crimes passionnels, s’indigne Sylvie Leroux. Tuer son conjoint, ce n’est pas un acte d’amour "

Lire aussi Miss Réunion 2014 rejoint Fam dobout

Prévenir en sensibilisant les ados

Pour amener sa pierre à l’édifice de l’égalité femmes-hommes, Chancégal depuis bientôt 20 ans travaille dans les établissements scolaires pour sensibiliser les élèves. " Nous touchons environ 7000 jeunes par année et adaptons les animations de sensibilisation à l’âge des élèves. Cela va des jouets qui n’ont pas de raison d’être genrés à la perception des métiers accessibles selon le genre, une idée préconçue qui est encore très prégnante sur l’île. "

Chancégal organise aussi des CinéToil’Egalité dans les écoles autour de films présentant la situation des femmes dans différents pays du monde pour encourager le débat et la prise de conscience. 
Avec ces actions de prévention en collèges et lycées, Chancégal travaille sur l’avènement d’une génération moins exposée à la discrimination et aux violences contre les femmes. " A partir de la classe de seconde, nous travaillons sur la prévention des violences conjugales, car la classe d’âge la plus exposée à entrer dans ce cercle vicieux est celle des 18-25 ans. Quand nous leur demandons si la jalousie est une preuve d’amour, 98% répondent que oui ! Ici, peut-être plus qu'en métropole en raison de la culture réunionnaise encore patriarcale, le viol dans le couple est encore trop souvent considéré comme un devoir conjugal subi. Il y a un énorme travail à faire auprès de la jeunesse pour que les mentalités changent ! "

Lire aussi Les violence sexuelles en augmentation

Prévenir en sensibilisant les ados

Si les jeunes sont au cœur de l’action de l’association, leurs parents aussi. " En classe, nous repérons vite les jeunes qui concernés par la violence contre les femmes à la maison. En faisant passer les messages auprès d’eux, nous leur permettons de les faire passer auprès de leurs mères. " L’association intervient aussi dans des ateliers de parents dans les établissements scolaires.

Chancégal siège aussi dans les instances qui travaillent à faire évoluer la société en matière de sexisme. " Nous étions à la réunion de bilan des Etats généraux des violences faites aux femmes jeudi 30 août 2018 à la préfecture. Nous avons demandé que des études Insee soient menées pour établir le profil socio-culturel des femmes victimes de violences à La Réunion. Actuellement, il existe des études généralistes sur ce sujet, mais il n'y en a pas au niveau local. "

Prévenir en sensibilisant les ados

Autre axe de travail pour Chancégal, l’égalité professionnelle. " La femme réunionnaise est encore trop souvent réduite à rester à la maison ou à exercer des métiers moins qualifiés, peu à peu remplacés par les automatismes, ce qui l’expose au chômage ou au temps partiel. A La Réunion, les métiers technologiques à valeur ajoutée sont encore peu visés par les femmes. On élève les garçons dans l'offensive légitime et les filles dans l'empathie obligatoire. Très jeunes, elles comprennent qu’elles doivent s’occuper des autres, alors qu’on ne tient pas ce discours aux garçons. Pourquoi s'étonner de retrouver les femmes dans les métiers payés au SMIC, de soins, d’aide à la personne, de garde d'enfants, de ménage, de secrétariat ? "

Lire aussi Mixité : quand le genre ne dicte plus les carrières

Pour lutter contre ces images d’un autre temps, Chancégal a lancé en 2016 le Concours réunionnais de la mixité qui met à l’honneur des jeunes ayant choisi une filière professionnelle où leur genre est peu représenté et soutient la création d’entreprises par les femmes, notamment à travers du Prix Julie Mas.
Sélectionnée lors de l’appel à projets du Secrétariat d’Etat à l’égalité hommes-femmes, Chancégal va donc mener en 2019 sur l'ensemble de l'île une action de sensibilisation auprès du grand public tant sur l’égalité professionnelle que contre les violences et le harcèlement moral et sexuel.

ml/www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Jo27, depuis son mobile, Posté
Bjr!
Aucun moment, on ne vous entend pas parler de la loi Schiapa, concernant les enfants à l'école.
Complètement faux, certaines Femmes ne veulent pas travailler. elles aiment s'occuper de leurs maisons et regarder leurs feuilletons.