Au large de la côte ouest du Sri Lanka :

90 migrants sri-lankais arrêtés sur un chalutier à destination de La Réunion


Publié / Actualisé
La marine sri-lankaise a arrêté ce mardi 11 septembre 2018 90 personnes qui voyageaient illégalement dans un chalutier à destination du territoire français de l'île de la Réunion, dans l'océan Indien, a indiqué un porte-parole. de la marine sri lankaise (Photo archives - En mars 2018, six marins Sri Lankais avaient été retrouvés sur u radeau au large de Saint-Gilles )
La marine sri-lankaise a arrêté ce mardi 11 septembre 2018 90 personnes qui voyageaient illégalement dans un chalutier à destination du territoire français de l'île de la Réunion, dans l'océan Indien, a indiqué un porte-parole. de la marine sri lankaise (Photo archives - En mars 2018, six marins Sri Lankais avaient été retrouvés sur u radeau au large de Saint-Gilles )

Intercepté au large de la côte ouest du Sri-Lanka, le bateau de pêche a été escorté vers Colombo, la capitale du Sri Lanka, avec à son bord 89 hommes et une femme. "Selon les premiers éléments de l'enquête, le bateau se dirigeait vers l'île de La Réunion", a déclaré le commandant Dinesh Bandara. "De là, il est possible qu'ils aient prévu de se rendre vers une autre destination".

Les Sri-Lankais candidats à l’émigration sont prêts à payer des milliers de dollars à des passeurs qui leur arrangent des voyages à haut risque vers l’Europe, l’Australie ou la Nouvelle-Zélande. Néanmoins, le nombre de migrants a considérablement diminué depuis que Canberra a fermé ses frontières et mis en place une politique de tolérance zéro en 2013. Ainsi, plus de trente bateaux ont été refoulés.

La politique anti immigration très stricte de l'Australie prévoit que les demandeurs d'asile qui tentent d'atteindre le pays par bateau sont déportés dans des camps offshore à Nauru et en Papouasie-Nouvelle-Guinée où ils survivent dans des conditions de pauvreté extrême.

Lire aussi => La vie de désespoir des réfugiés relégués par l'Australie sur une île du Pacifique

En mai dernier, 131 Sri-Lankais ont été arrêtés par les autorités malaysiennes alors qu’ils tentaient de rejoindre la Nouvelle-Zélande. Renvoyés au Sri-Lanka, ils sont passibles de poursuites judiciaires pour avoir illégalement quitter leur île.

Pour rappel, ce n'est pas la première fois que La Réunion attirent des ressortissants du Sri Lanka. Le mercredi 21 mars 2018, six Sri Lankais ont été retrouvés en mer au large de Saint-Gilles (notre photo). Ils étaient à bord d'un radeau bricolé et ont été retrouvés en bonne santé par le Cross (Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage). Ils avait alors indiqué avoir quitté leur pays une vingtaine de jours plus tôt et leur navire aurait sombré deux jours plus tôt.

Lire aussi => Des Sri Lankais retrouvés en mer au large de Saint-Gilles

Les six marins Sri Lankais ont demandé l'asile et l'obtention du statut de réfugiés. La procédure est toujours en cours. Ce type de requête est fait rare à La Réunion, classée parmi les 12 départements français recevant le moins de demandes d'asile.

Lire aussi => La Réunion, loin d'être une terre d'asile

www.ipreunion.com avec l'AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !