(Actualisé) Banqueroute, abus de bien social... :

L'ex-avocat Saïd Larifou jugé le 25 avril 2019


Publié / Actualisé
Inscrit sur la liste des personnes recherchées pour n'avoir jamais répondu aux quatre convocations de la Justice, l'ancien avocat Saïd Larifou a été interpellé à sa descente d'avion lundi 10 septembre 2018 à l'aéroport Roland Garros. A l'issue de deux jours de garde à vue, Saïd Larifou (photo d'archives) s'est vu signifier par le Parquet de Saint-Pierre des chefs d'accusation qui le conduiront le 25 avril 2019 devant le tribunal correctionnel pour abus de bien social, banqueroute par détournement d'actifs et banqueroute par tenue de comptabilité incomplète ou irrégulière.
Inscrit sur la liste des personnes recherchées pour n'avoir jamais répondu aux quatre convocations de la Justice, l'ancien avocat Saïd Larifou a été interpellé à sa descente d'avion lundi 10 septembre 2018 à l'aéroport Roland Garros. A l'issue de deux jours de garde à vue, Saïd Larifou (photo d'archives) s'est vu signifier par le Parquet de Saint-Pierre des chefs d'accusation qui le conduiront le 25 avril 2019 devant le tribunal correctionnel pour abus de bien social, banqueroute par détournement d'actifs et banqueroute par tenue de comptabilité incomplète ou irrégulière.

Placé en garde à vue, l’ancien avocat saint-pierrois devait répondre à quelques questions dans le cadre d’une procédure pour " banqueroute par tenue d'une comptabilité manifestement incomplète, abus de confiance et abus de biens sociaux ".
L’affaire n’est pas récente : à l’époque, c’est à dire en 2013, l'ex-l’avocat encore en fonction aurait demandé des honoraires à des clients bénéficiant de l’aide juridictionnelle. Lesquels auraient porté plainte. D’où le chef d’accusation d’abus de confiance dont il avait finalement été relaxé. Il doit aussi s’expliquer sur l’utilisation des fonds de sa société pour des dépenses personnelles. Gestion approximative qui a conduit à la liquidation judiciaire de sa société en 2015, qui laissait derrière elle un passif d’environ 600 000 euros. Ce serait sur ce dossier que l'ancien avocat serait auditionné. Saïd Larifou a aussi été visé par une procédure de la Caisse nationale des barreaux en raison de cotisations annuelles jamais réglées depuis plusieurs années, bien qu'obligatoires pour pouvoir exercer sa profession d'avocat. Saïd Larifou avait donc été exclu – mais non radié - du barreau de Saint-Pierre, décision confirmée en avril dernier par la cour d’appel de Saint-Denis. Des affaires anciennes mais qui rattrapent actuellement Saïd Larifou. Il devra donc s'en expliquer devant le tribunal le 25 avril 2019.

Lire aussi  L’avocat Saïd Larifou frappé de liquidation judicaire et d’interdiction d’exercice

 

ml/www.ipreunion.com

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !