Sans surprise :

Ericka Bareigts n'accède pas à la présidence de l'Assemblée Nationale


Publié / Actualisé
Elle faisait partie des cinq candidats en lice pour le perchoir. Mais l'élection de Richard Ferrand faisait peu de doute. Dans un suspens limité, le candidat de La République En Marche s'est donc imposé au premier tour, avec la majorité absolue avec 254 voix sur 484. La députée réunionnaise, ancienne ministre des Outre-mer présentée par le groupe PS a obtenu 31 voix.
Elle faisait partie des cinq candidats en lice pour le perchoir. Mais l'élection de Richard Ferrand faisait peu de doute. Dans un suspens limité, le candidat de La République En Marche s'est donc imposé au premier tour, avec la majorité absolue avec 254 voix sur 484. La députée réunionnaise, ancienne ministre des Outre-mer présentée par le groupe PS a obtenu 31 voix.

Les députés du groupe socialiste avaient proposé le mardi après-midi 11 septembre 2018 la candidature de la Réunionnaise Éricka Bareigts pour la présidence de l'Assemblée nationale. En fin d'après-midi l'ex ministre des Outre-mer a déclaré qu'elle acceptait cette proposition "avec responsabilité " (et peut-être sans grande illusion). C'est à l'unanimité que les députés PS réunis à Toulouse ont proposé sa candidature.

Lire aussi : Présidence de l'Assemblée nationale : Ericka Bareigts accepte d'être la candidate du groupe socialiste

Les trois autres candidats malheureux Annie Genevard (LR) remporte 95 voix, Mathilde Panot (LFI) 18 et Marc Fesneau (MoDem) 86.

fh/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !