Législative partielle :

La 7ème circonscription retourne aux urnes ce dimanche


Publié / Actualisé
Ce dimanche 23 septembre 2018 les 110 000 électeurs de la 7ème circonscription seront appelés aux urnes. Il s'agira de voter pour désigner le successeur de Thierry Robert (LPA) invalidé et déclaré inéligible inéligible pour trois ans par le Conseil Constitutionnel pour ne pas avoir payé ses impôts dans les temps. Etat des forces en présence
Ce dimanche 23 septembre 2018 les 110 000 électeurs de la 7ème circonscription seront appelés aux urnes. Il s'agira de voter pour désigner le successeur de Thierry Robert (LPA) invalidé et déclaré inéligible inéligible pour trois ans par le Conseil Constitutionnel pour ne pas avoir payé ses impôts dans les temps. Etat des forces en présence

Au total, 13 candidats sont en lice pour cette législative partielle.

Si Thierry Robert ne peut pas être lui-même candidat, l’ancien député bat la campagne depuis le 3 septembre dernier pour soutenir le candidat désigné par son parti  La Politique Autrement , à savoir son frère, Pierrick Robert. Pour Thierry Robert, il s’agira clairement de tester sa popularité et son influence sur une circonscription où il a été élu largement député à deux reprises, en 2012 (66,9% des  voix) et en 2017 (60,78% des voix).

Pierrick Robert trouvera sur sa route Jean-Luc Poudroux (Divers Droite), ancien maire de la ville de Saint-Leu et ancien président du Conseil général de La Réunion. L’homme qui s’était retiré de la vie politique depuis sa défaite aux municipales de 2008 face à… Thierry Robert, fait ainsi son grand retour sur la scène politique et médiatique.

Soutenu par le président du Conseil régional de La Réunion, Didier Robert, Jean-Luc Poudroux affirme être "le candidat de la droite réunionnaise", défendant ainsi une posture de rassemblement de toutes les sensibilités de droite.

Michelle Lartin-Graja se présentera sous l’étiquette du Rassemblement National (ex FN) lors de cette élection. A noter qu’elle avait recueilli 4,09% des voix lors du scrutin de 2017.

A gauche, Emmanuel Séraphin portera la bannière du parti Pour La Réunion fondé par la députée Huguette Bello suite à la scission avec le Parti Communiste Réunionnais (PCR). Ce dernier sera quant à lui représenté par le jeune Gilles Leperlier.

La voix de La France Insoumise sera défendue par Perceval Gaillard qui avait recueilli 11,87% des voix lors des législatives de 2017. Jean-François Nativel (Sans Etiquette) a quant à lui la ferme volonté d’inscrire la question de la crise requin au cœur des débats dans cette circonscription particulièrement secouée par cette problématique.

Les autres prétendants à ce poste de député de la 7ème circonscription de La Réunion sont : Aurélien Centon (Sans Etiquette), Fabien Dijoux (Union Populaire Républicaine), Mathieu Hoarau (Sans Etiquette), Jean-Pierre Marchau (Europe Ecologie les Verts), Ulrich Quinot (Sans Etiquette), Jonathan Rivière (Sans Etiquette).

Au niveau national, cette élection présente deux enjeux : d’une part mesurer la popularité d’Emmanuel Macron et de son gouvernement à La Réunion,  près d’un an et demi après son élection à la présidence de la République. D’autre part, de savoir si la majorité  parlementaire sera confortée ou si elle perdra un siège, sans que cela n’ait d’impact particulier au sein de l’Assemblée Nationale.

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

THOR, Posté
POUDROUX c'est qui celui là ! même pas vu dans les hauts de Saint-leu ! à part ramasses papiers sur la plage avec T-Shirt trop petit pour lui....profites la retraite et laisse band jeunes travailler.