Plan Santé - Réaction de Nassimah Dindar :

"Des mesures attendues qui vont dans le bon sens"


Publié / Actualisé
Dans un communiqué de presse, la sénatrice Nassimah Dindar estime que les mesures du plan santé dévoilé par le président de la République Emmanuel Macron "vont dans le bon sens", indiquant par ailleurs avoir invité la ministre des Solidarités Agnès Buzyn à venir à La Réunion "afin qu'elle se rende compte par elle-même des enjeux que notre département doit relever notamment en termes de dépendance et de vieillissement".
Dans un communiqué de presse, la sénatrice Nassimah Dindar estime que les mesures du plan santé dévoilé par le président de la République Emmanuel Macron "vont dans le bon sens", indiquant par ailleurs avoir invité la ministre des Solidarités Agnès Buzyn à venir à La Réunion "afin qu'elle se rende compte par elle-même des enjeux que notre département doit relever notamment en termes de dépendance et de vieillissement".

Le président Macron vient de présenter le plan Santé ayant pour objectif de garantir la continuité des soins et l’accès des soins à tous.

 

Ce plan comprend des mesures qui vont dans le bon sens telles que la création de 4.000 postes d'assistants médicaux, ou l'envoi de 400 médecins dans les déserts médicaux qui devraient permettre un véritable accès des soins à tous. De même que la mise en place de communautés territoriales de santé ouvertes jusqu'à 20 heures, et qui devraient pouvoir soulager des urgences saturées. 

 

Enfin je tiens à saluer l’annonce de la fin du numerus clausus en facultés de médecine. C’est une annonce cohérente par rapport aux besoins en médecins que connaît notre pays et qui va soulager nombre de familles confrontées de manière injuste à cette limitation abusive. J’étais d’ailleurs personnellement intervenue au sénat sur ce sujet et je me réjouis donc de cette annonce. 

 

Ma collègue Viviane Malet et moi-même avons par ailleurs invité la ministre Agnès Buzin à La Réunion, afin qu’elle se rende compte par elle-même des enjeux que notre département doit relever notamment en termes de dépendance et de vieillissement. Elle pourra de la même manière juger de certains dispositifs novateurs que nous avons mis en œuvre comme le chèque santé pour les personnes âgées les plus pauvres ou les maisons d’accueillants familiaux, nouveau maillon de la prise en charge situé entre le domicile et l’établissement médico-social.

 

Nassimah DINDAR

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !