Les syndicats dénoncent les coupes budgétaires (actualisé) :

Volée de bois vert pour la direction de l'ONF


Publié / Actualisé
Depuis plusieurs années, l'Office National des Forêts affiche un déficit structurel important d'environ 40 millions d'euros sur le plan national. Cette situation ne cesse de s'enliser. En 2016 et 2017, selon les syndicats, le Ministère de l'Agriculture n'aurait pas versé la subvention de 12,5 millions d'euros pour charges de service public. Ils estiment donc que "le déficit de l'ONF est aggravé sciemment par des décisions gouvernementales". Aujourd'hui, la direction de la structure a décidé d'opérer des coupes budgétaires drastiques. À La Réunion, moins 500.000? par an ces trois prochaines années. Mais aussi des suppressions de postes. Selon les syndicats, la masse salariale serait la variable d'ajustement. Les agents de l'ONF local accusent le coup et font appel aux Parlementaires pour leur venir en aide. Plusieurs députés et élus réunionnais se sont d'ores et déjà engagés. Ericka Bareigts entre dans la danse.
Depuis plusieurs années, l'Office National des Forêts affiche un déficit structurel important d'environ 40 millions d'euros sur le plan national. Cette situation ne cesse de s'enliser. En 2016 et 2017, selon les syndicats, le Ministère de l'Agriculture n'aurait pas versé la subvention de 12,5 millions d'euros pour charges de service public. Ils estiment donc que "le déficit de l'ONF est aggravé sciemment par des décisions gouvernementales". Aujourd'hui, la direction de la structure a décidé d'opérer des coupes budgétaires drastiques. À La Réunion, moins 500.000? par an ces trois prochaines années. Mais aussi des suppressions de postes. Selon les syndicats, la masse salariale serait la variable d'ajustement. Les agents de l'ONF local accusent le coup et font appel aux Parlementaires pour leur venir en aide. Plusieurs députés et élus réunionnais se sont d'ores et déjà engagés. Ericka Bareigts entre dans la danse.

A La Réunion, plus de 900 km de sentiers répartis sur 10.000 hectares de forêt sont entretenus par les agents de l’ONF. Aujourd’hui, les suppressions de postes dans la structure ont déjà des conséquences. Certains sentiers sont déclassés ou fermés parce qu’il n’est plus possible pour les agents de s’en occuper. Sur l'île, l’ONF est passé de 346 agents en 2003 à 240 en 2018 selon les syndicats. Ils parlent aussi d'une diminution d’un tiers des effectifs sur le niveau national qui serait envisagé par la Direction Générale de la structure publique.

 

Certains Parlementaires et élus réunionnais se sont d’ores et déjà emparés du dossier. Leur principale préoccupation : une privatisation des forêts réunionnaises, comme cela se fait déjà dans de nombreux pays anglo-saxons. Car aujourd’hui, c'est bien de cela dont il est question, de la rentabilité de la structure. Pour Ericka Breaigts, ce n’est pas la mission première de l’ONF. C’est d’ailleurs, un objectif inaccessible.

 

Les représentants syndicaux ont aussi insisté sur les conséquences que pourraient avoir ces coupes budgétaires et ces suppressions de postes à La RéunIon. Les termes "désastre écologique"  et "risques sanitaires" ont été employés à plusieurs reprises. Ils envisagent aussi de mener des opérations durant le Grand Raid pour sensibiliser la population. 

 

fh/www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Grondin, Posté
je trouve bien que les députés se mobilisent. ce serait une catastrophe pour la réunion si l'onf disparaissait. faut arrêter
de casser les organismes qui marchent bien et qui rendent service aux territoires. bravo mme bareight, heusement qu'ou lé la pour défendre les injustices, c pas les macros de la régions qui se bougeraient pour défnedre la nature et les hommes qui s'en occupent (ils préfèrent faire de la "com").