Boycott :

Pas de sport à La Réunion ce week-end... ou presque


Publié / Actualisé
Les organisations sportives, suivies par les collectivités boycottent la journée Sport instituée par l'État, pour dénoncer les baisses de subventions et l'incertitude de financement du sport en 2019. Ce week-end du 22 et 23 septembre est donc "No Sport", les structures sportives étant fermées, les clubs, les ligues et les comités en pause. Les seuls évènements qui auront lieu seront deux matchs des demi-finales de la coupe régionale de football... Avec une polémique à la clef.
Les organisations sportives, suivies par les collectivités boycottent la journée Sport instituée par l'État, pour dénoncer les baisses de subventions et l'incertitude de financement du sport en 2019. Ce week-end du 22 et 23 septembre est donc "No Sport", les structures sportives étant fermées, les clubs, les ligues et les comités en pause. Les seuls évènements qui auront lieu seront deux matchs des demi-finales de la coupe régionale de football... Avec une polémique à la clef.

L’initiative, lancée par le Comité Régional Olympique et Sportif (CROS) est soutenue par la Région et sera très suivie : Le Port, Saint-Denis, Saint-André, Sainte-Marie, Saint-Leu, Saint-Benoît, Saint-Pierre… dans presque toutes les communes de La Réunion les journées seront sans sport. Pas de compétition et fermeture des équipements. A La Réunion  il y a 145.000 sportifs licenciés, 67 ligues et Comités sportifs, 1.400 clubs sportifs. "Quand les subventions d’Etat ou des collectivités territoriales ne sont pas au rendez-vous, c’est sur la collectivité locale,  sur la mairie donc, que les associations tombent," nous expliquait il a y quelques semaines un élu, présent à une rencontre entre le CROS et des maires du département.

Lire aussi => Le CROS mobilise autour de la Journée NO Sports

Lire aussi => Annulation du Village Sportif et Associatif du Port et Week-end No Sport à Saint-Denis

Tout le monde semble se sentir concerné par le manque de subventions et les suppressions d’emplois… ou pas. La Ligue Réunionnaise de Football, conduite par son président Yves Ethève a décidé de maintenir deux matchs des demi-finales de coupe régionale  : Tamponaise-St-Denis FC samedi à Saint-Joseph et Jeanne d’Arc-St-Pauloise dimanche à Bras-Panon. Adolphe Pépin, vice président du Cros le déplore : " Je suis déçu par le comportement du président de la Ligue. Il a déclaré aux élus des mairies qu’il n’a pas été approché par le Cros pour la journée No Sport, ce qui est absolument faux ! "

Courrier "scandaleux" et coup de pression

Le 14 avril dernier, lors de l’Assemblée Générale du Cros, les ligues et comités présents avaient décidé à l’unanimité de mettre en place cette journée No Sport en signe de protestation. Et en effet, la Ligue de Football était bien présente. Son président Yves Ethève n’en démord pas : " des efforts ont déjà été bien fournis ", à savoir l’avancement d’environ 350 rencontres du 22 et 23 septembre au week-end du 14 et 15 septembre. " Ce n’est pas suffisant",  répond Adolphe Pépin. 'D’autant plus qu’au début, il était motivé, il voulait manifester et envoyer des courriers à la Région et au Département. Aujourd’hui nous avons l’impression qu’il joue seul, qu’il ne se sent pas concerné par les baisses de financements ", poursuit le représentant du Cros

Pour Yves Ethève, impossible de supprimer les deux matchs des demi-finales pour des impératifs de calendrier : " Ce sont des épreuves fédérales, nous avons des dates à respecter ", explique-t-il. Et de poursuivre : " Sur quatre gros matchs, deux ont été supprimés. Comment va-t-on faire pour les replacer ? Le Cros a fait pression sur les élus et les clubs pour ces conneries."

La Ligue du Football a également envoyé un courrier, jugé " scandaleux " par le Cros aux élus soutenant le mouvement No Sport. Dans celui-ci, il écrit (ici au Maire du Port) : " en cas de fermeture de votre stade les 22 et 23 septembre 2018, votre Club fanion à savoir la SS Jeanne d’Arc sera automatiquement pénalisée de perte de match par forfait. Pour être clair, aucun club ne pourra être qualifié pour le 7ème Tour de la Coupe de France pour la F.F.F. si les terrains ne sont pas mis à disposition. " Des propos ressentis par le Cros comme des pressions sur les maires : " la Ligue prend l’équipe de la Ville en otage par un odieux chantage, " s’énerve le vice président du Cros.

Samedi 22 septembre, le Cros, les ligues et les comités manifesteront devant la Préfecture de Saint-Denis pour solliciter le Préfet.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !