Social :

9 licenciements économiques chez British American Tobacco


Publié / Actualisé
Dans un communiqué, la CGTR annonce que British American Tobacco (BAT), un des leaders du marché dans la distribution de cigarettes à La Réunion dont le siège est basé au Port, a lancé un plan de licenciement économique de 9 salariés. Le syndicat s'interroge quant à un "acharnement" du groupe qui ne rencontrerait pourtant, toujours selon la CGTR, "aucune difficulté financière". Contactée, l'entreprise s'est engagée à apporter une réponse dans les prochaines heures.
Dans un communiqué, la CGTR annonce que British American Tobacco (BAT), un des leaders du marché dans la distribution de cigarettes à La Réunion dont le siège est basé au Port, a lancé un plan de licenciement économique de 9 salariés. Le syndicat s'interroge quant à un "acharnement" du groupe qui ne rencontrerait pourtant, toujours selon la CGTR, "aucune difficulté financière". Contactée, l'entreprise s'est engagée à apporter une réponse dans les prochaines heures.

Selon la CGTR, BAT n'en serait pas à sa première tentative. En février 2018, elle aurait essayé de mettre en place une rupture conventionnelle collective concernant 15 salariés. Elle aurait finalement décidé de modifier les contrats de travail de ces salariés, avec changement de poste et baisse de rémunération, indique encore le syndicat. "Se voyant opposer un refus catégorique de la part de 7 salariés, les dirigeants se lancent à corps perdu dans un plan de licenciement économique concernant 9 salariés" constate Georges Caro, secrétaire général de la CGTR, précisant que parmi eux figurent 2 représentants du personnel.

Le syndicat s'interroge, alors que BAT occupe une position de leader sur le marché de la cigarette à La Réunion et qu'elle ne montre aucune difficulté financière. "BAT a même déclaré que le licenciement économique est mis en place pour préserver sa compétivité, en d'autres termes, BAT veut tout simplement dégager plus de profit pour les actionnaires", souligne la CGTR dans son communiqué, dénonçant un "coup de force des dirigeants".

Contactée, l'entreprise s'est engagée à apporter une réponse dans les prochaines heures.

 

www.ipreunion.com

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !