[VIDÉO] Des baigneurs repoussés par Méréva :

Un réflexe de protection de la baleine


Publié / Actualisé
Méréva et son baleineau sillonnent les côtes réunionnaises depuis le début de la saison des baleines. Une saison assez exceptionnelle au vu du nombre de cétacés observés. Mais le comportement de cette baleine femelle interpelle. Les associations Centre d'Etude et de Découverte des Tortues Marines (CEDTM) et Globice tirent le signal d'alarme. Depuis plusieurs semaines, Méréva se montre hostile envers les baigneurs qui se mettent à l'eau dans son environnement. L'équipe de sensibilisation " Quiétude " de la CEDTM " est intervenue à plusieurs reprises pour récupérer des baigneurs sonnés après s'être mis à l'eau avec Méréva ".
Méréva et son baleineau sillonnent les côtes réunionnaises depuis le début de la saison des baleines. Une saison assez exceptionnelle au vu du nombre de cétacés observés. Mais le comportement de cette baleine femelle interpelle. Les associations Centre d'Etude et de Découverte des Tortues Marines (CEDTM) et Globice tirent le signal d'alarme. Depuis plusieurs semaines, Méréva se montre hostile envers les baigneurs qui se mettent à l'eau dans son environnement. L'équipe de sensibilisation " Quiétude " de la CEDTM " est intervenue à plusieurs reprises pour récupérer des baigneurs sonnés après s'être mis à l'eau avec Méréva ".

Une vidéo forte

Les images parlent d’elles même. On y voit la baleine femelle balayer les baigneurs d’un coup de nageoire pectorale. Des images impressionnantes et rares postées sur Youtube par un anonyme. Les commentaires sous la vidéo ont été désactivés. Mais depuis que nous l’avons relayée sur les réseaux sociaux, cette vidéo fait réagir. Des commentaires, pour la plupart, de personnes indignées qui pointent du doigt le comportement des baigneurs. Ces derniers sont taxés d’empiéter sur l’espace vital de Méréva et de son petit.

La vidéo à retrouver ici

Plusieurs incidents

Pour le moment, aucun accident grave n’a été remonté au CEDTM, ni à Globice. Mais plusieurs incidents ont été signalés : " paniques, hématomes, combinaisons de plongée déchirées… " Le samedi 22 septembre, un baigneur a été traîné sur une quinzaine de mètres par la nageoire pectorale de Méréva. Plus de peur que de mal mais le comportement du cétacé suscite des interrogations. La femelle baleine se serait rapprochée volontairement du baigneur avant de le charger.

Comment expliquer ce comportement ?

Laurent Mouysset, le responsable de l’association Globice explique que c’est la première fois que les observateurs sont confrontés à une baleine qui charge de manière systématique. Avant cela, il y avait eu des signalements sur des cas isolés. L’équipe " Quiétude " explique avoir vu le comportement de Méréva évoluer au fur et à mesure de la saison. Parfois même sur une journée. Le CEDTM explique " dans le cas de Méréva, cette réaction systématique envers les baigneurs et les bateaux pourrait être une réponse à la pression d’observation accumulée depuis le début de la saison ".

Une attitude qui semble agressive mais qui ne serait en fait qu’un comportement de défense et de protection de son petit. Une posture naturelle que la baleine à bosse adopte face à un danger, un prédateur ou un adversaire. Dans ces cas là, le cétacé donne des coups de nageoire pectorale ou caudale.

Pourquoi Méréva se sent-elle menacée ?

Comme l’explique le CEDTM sur son site, le comportement de la baleine est certainement dû " à la pression d’observation sur cette baleine et son baleineau ". C’est la fin de la saison des baleines, une période de forte fréquentation du plan d’eau. Trop nombreux, trop près, trop bruyants, ces comportements de baigneurs dans l’eau peuvent agacer les cétacés et leur récurrence provoquer des réactions d’agacement comme celles de Méréva.

Les mises à l’eau doivent-elles être interdites ?

Le CEDTM et Globice ne remettent pas en cause cette pratique. Ni celle de l’observation en bateau des baleines à bosse. Selon Laurent Mouysset " il ne faut pas instrumentaliser un cas particulier pour ouvrir le débat. " Pour les deux associations, ce qui pose problème, ce sont les conditions dans lesquelles ces activités sont pratiquées. Elles doivent être améliorées. Selon l’équipe " Quiétude " l’année dernière, seulement 30% des mises à l’eau respectaient les recommandations de la charte d’approche des animaux marins et 80% des bateaux.

Regardez cette vidéo réalisée par la CEDTM pour se mettre à l'eau en respectant la charte d'observation des animaux marins

Comment mieux encadrer les mises à l’eau

L’équipe " Quiétude " le précise : " il y a des conditions possibles de la pratique qui limite la perturbation de ces animaux. Cette année, nous pensons atteindre les 40% de mises à l’eau respectant la charte. Il y a encore des progrès à faire mais ça évolue. " Plusieurs projets sont actuellement menés dans ce sens localement mais aussi dans l’ensemble des Outre-mer.

Retrouvez plus d'informations sur le sujet sur le site de l’association Centre d’Etude et de Découverte des Tortues Marines

fh/www.ipreunion.com

 

   

1 Commentaire(s)

Jacinthe, Posté
Une consigne a transmettre à Mereva : qu'elle éloigné très fermement tous ces humains qui ne respectent rien. Ces gens aimeraient que Mereva entre dans leur cour sans

leur consentement ?