Cherté de la vie :

Et on nous parle d'égalité réelle...


Publié / Actualisé
Vivre à La Réunion, c'est chouette. Le soleil, les randonnées, la Nature, le Piton de la Fournaise, les plages; la vie est douce et agréable... Mais cette qualité de vie exceptionnelle a un prix. Oui, oui, un prix. L'écart global entre les prix métropolitain et réunionnais atteint 7,1% en 2015. Le résultat est sans appel : vivre à La Réunion coûte cher. Pourtant, le département est trois fois plus touchée par la pauvreté que l'hexagone. Concernant l'alimentation, l'écart entre notre île et l'Hexagone est astronomique : 37%. Plusieurs études ont démontré que la pauvreté est un facteur d'obésité. Plus on est pauvre, moins on se nourrit bien. À La Réunion, le surpoids et ses conséquences (diabète, maladies cardio-vasculaire, hypertension) sont bien plus importantes qu'en métropole. Alors l'égalité réelle, on en parle ou pas ?
Vivre à La Réunion, c'est chouette. Le soleil, les randonnées, la Nature, le Piton de la Fournaise, les plages; la vie est douce et agréable... Mais cette qualité de vie exceptionnelle a un prix. Oui, oui, un prix. L'écart global entre les prix métropolitain et réunionnais atteint 7,1% en 2015. Le résultat est sans appel : vivre à La Réunion coûte cher. Pourtant, le département est trois fois plus touchée par la pauvreté que l'hexagone. Concernant l'alimentation, l'écart entre notre île et l'Hexagone est astronomique : 37%. Plusieurs études ont démontré que la pauvreté est un facteur d'obésité. Plus on est pauvre, moins on se nourrit bien. À La Réunion, le surpoids et ses conséquences (diabète, maladies cardio-vasculaire, hypertension) sont bien plus importantes qu'en métropole. Alors l'égalité réelle, on en parle ou pas ?

Pour beaucoup de Réunionnais, l’égalité réelle, c’est dans le caddie au moment de passer en caisse qu’elle commence. Et ceux qui ont sauté la mer ou qui ont simplement vu les pubs défiler sur leur poste de télévision le savent : les prix sont bien plus bas en métropole. C’est frustrant et surtout injuste. Qui n’a jamais entendu cette phrase "c’est bien moins cher en métropole" que ce soit pour parler d’une voiture, d’un déodorant, d’une paire de chaussures, de yaourts ? La grande distribution se cache derrière les taxes d’importation pour justifier cette écart de prix mais pour des produits acheminée par bateau, ça paraît un peu excessif, non ?

Alors les Réunionnais les plus modestes se rabattent sur les produits du bouclier qualité prix. Une liste d’articles de consommation courante vendus à un prix réduit dans les supermarchés. Mais dans l’ère du "bien manger", où on peut scanner ses articles pour débusquer les produits sains et ceux qui sont loin de l’être, l’ère où on nous dit que tous ces "E quelque chose" sont cancérigènes, l’ère du "ne manger pas trop gras, trop sucré ou trop salé" ces articles du bouclier qualité prix son-ils vraiment bons pour la santé ?

Nous avons posé la question autour de nous. Que pensent les consommateurs de ces produits ? Le constat est sans appel : pas terribles. Des morceaux de viande trop gras, des produits trop sucrés, trop salés, fades, ou de piètre qualité. Bref, des produits, en général, boudés. Les consommateurs préfèrent se rabattre sur la marque distributeur même si ça fait un peu plus mal au porte-monnaie. Le combat était pourtant juste mais le résultat décevant. Les articles du bouclier qualité ne sont pas satisfaisants.

Et parlons, sans trop s’attarder, des abonnements internet et téléphonique. Certes, l’accès aux nouvelles technologie s’est démocratisé. Plusieurs opérateurs ont fait leur entrée sur le marché, ce qui a fait baisser les prix. Mais quoi qu’il en soit, ces abonnements internet, les smartphones, les produits technologiques nous coûtent plus chers ici à La Réunion par rapport à La Métropole. Paradoxalement, de plus en plus de services publics se sont lancés dans une course effrénée à la dématérialisation. Et si les Réunionnais les plus modestes ne pouvaient pas suivre ? Ne pouvaient pas se payer le luxe d’acheter un smartphone ou un ordinateur ?

Cette cherté de la vie a une autre conséquences. Une polarisation de la société. Il y a les fonctionnaires et les autres. Il ne faut pas l’oublier, la surrémunération des fonctionnaires, à la base, elle est dédiée à cela. À compenser la cherté de la vie. Mais pour certains, c’est l’une des raisons qui expliquent que la grande distribution fait monter les prix. Sauf qu’aujourd’hui, plus personne n’est à l’abris.  Le gouvernement remet en cause cette surrémunération. Faut-il s’attendre à une baisse des prix en cas de suppression, rien n’est moins sûr…

Un pouvoir d’achat plus faible qu’en métropole, des produits plus chers que dans l’hexagone, un bouclier qualité prix qui ne convainc pas. Il y 40 ans, lorsque les premières grandes surfaces ont fait leur apparition sur l’île pour que La Réunion rattrape son retard en proposant des produits similaires à ceux de la Métropole, les Réunionnais ont crié " victoire " mais avec le recul, ne sommes-nous pas encore les dindons de la farce ?
 

fh/www.ipreunion.com

   

Mots clés :

    1 Commentaire(s)

    Moi président, Posté
    Critiquer, c'est bien, proposer des solutions c'est mieux.
    Les petites épiceries sont plus chères que les grandes surfaces.
    Les agriculteurs pays subissent les conditions climatiques et ça s'en ressent sur les prix.
    Alors on fait quoi ?