Lutte contre la dengue :

Nouvelle campagne de sensibilisation "Pouack a li avan li pik a ou"


Publié / Actualisé
6 604 cas de dengue autochtones confirmés au 2 octobre dernier. Plus que jamais la lutte contre la dengue est d'actualité à l'approche de l'été. Au total 141 malades ont été hospitalisés et quatre décès (dont trois directement liés) à cause de la dengue dans notre département. Pour lutter contre cette épidémie, la fondation Ravate à lancé depuis le vendredi 5 octobre une campagne de sensibilisation dans tout le département, intitulée "Pouack a li avan li pik a ou"
6 604 cas de dengue autochtones confirmés au 2 octobre dernier. Plus que jamais la lutte contre la dengue est d'actualité à l'approche de l'été. Au total 141 malades ont été hospitalisés et quatre décès (dont trois directement liés) à cause de la dengue dans notre département. Pour lutter contre cette épidémie, la fondation Ravate à lancé depuis le vendredi 5 octobre une campagne de sensibilisation dans tout le département, intitulée "Pouack a li avan li pik a ou"

"Il est vital que les acteurs des secteurs privé et public se serrent les coudes dans la riposte contre la dengue à La Réunion" lance Farouk Ravate, porte parole de la Fondation d'Entreprise Issop Ravate. Cette fondation a décidé de ne pas se limiter son rôle à la sensibilisation seulement. "Nous courons un gros risque d'explosion de la dengue à la Réunion à l'approche imminente de l'été et ne rien faire n'était pas une option. Nous avons donc voulu apporter notre humble contribution dans la lutte contre la dengue, à travers cette campagne : Pouack a li avan li pik a ou" souligne-t-il.

Depuis novembre 2006, la Fondation d'Entreprise Issop Ravate oeuvre dans le but de pourvoir à l'amélioration de la santé et de l'éducation des enfants, des jeunes et des personnes défavorisées en situation précaire. Au fil des années, la protection de l'environnement est aussi venue se greffer aux actions de la fondation. "Nous avons à cœur la santé et le bien-être de nos compatriotes, ainsi que le développement durable de notre île. Nous espérons ainsi que notre campagne contribuera à inciter les gens à adopter les bons gestes pour prévenir la propagation du virus. Nous tenons, également, à lancer cette campagne en interne avec nos collaborateurs. Nous leur offrirons un kit de prévention et avons relayé les consignes dans notre newsletter" soutient le porte-parole de la fondation.

Le kit de prévention, sera distribué à l'ensemble des collaborateurs du groupe, comprend une brochure avec explications simples et claires ainsi que des conseils et un bon de commande pour l'achat de répulsifs anti-moustiques. Pour la deuxième partie de la campagne, des vidéos ont été réalisées avec l'humoriste Johny Guichard et seront publiées sur les réseaux sociaux et autres plateformes digitales. Les consignes de prévention y sont mises en avant sur le ton de l'humour.

La campagne est un exemple de travail collaboratif avec plusieurs acteurs : le groupe SIPR, l'Union Régionale des Professionnels de Santé (UPRS) regroupant les Pharmaciens de la Réunion, le Dr Coulombel qui a validé les textes de la brochure et le script des sketchs et, l'ARS qui soutient la démarche.

Le médecin a tenu à apporter son aide car la prévention est un élément essentiel de notre système de santé. " Dans le cas de la dengue, elle doit impérativement s’organiser en amont de l’été austral, saison propice à une recrudescence du moustique vecteur et, par son biais, d’une propagation exponentielle de la maladie. Cette affection virale peut être particulièrement délétère pour les sujets les plus fragiles mais chacun d’entre nous est susceptible de la contracter. Des complications notamment hémorragiques, rares mais graves, peuvent survenir et sont potentiellement mortelles. Ces phénomènes peuvent être accentués par la prise de certains médicaments comme les anti-inflammatoires, fréquemment utilisés pour lutter contre la fièvre et dont certains sont délivrés sans ordonnance. Il est donc primordial d'éviter l'automédication et de se rapprocher de son médecin en cas de symptôme évocateur ", conclut le Dr Coulombel.

jb/www.ipreunion.com

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !