Ils ont pris l'avion sous escorte mardi en fin d'après midi :

La préfecture renvoie les huit Sri Lankais dans leur pays


Publié / Actualisé
Les huit Sri Lankais qui avait été interceptés au large du Port ce samedi 6 octobre 2018 ont été renvoyés dans leur pays ce mardi. Donnée par Réunion 1èe, l'information a ensuite été confirmé les Autorités. La décision de renvoi a été prise par la préfecture. Les huit hommes avaient été placés au centre de rétention de leur l'aéroport Roland Garros dès leur arrivée au port de la Pointe des Galets. Les ressortissants sri lankais, âgés de 16 à 30 ans, avaient ou avaient l'intention de demander le statut de réfugiés.
Les huit Sri Lankais qui avait été interceptés au large du Port ce samedi 6 octobre 2018 ont été renvoyés dans leur pays ce mardi. Donnée par Réunion 1èe, l'information a ensuite été confirmé les Autorités. La décision de renvoi a été prise par la préfecture. Les huit hommes avaient été placés au centre de rétention de leur l'aéroport Roland Garros dès leur arrivée au port de la Pointe des Galets. Les ressortissants sri lankais, âgés de 16 à 30 ans, avaient ou avaient l'intention de demander le statut de réfugiés.

 La décision de renvoyer les huit hommes au Sri lanka aurait été prise dès lundi soir après que le Sri Lanka ait confirmé leurs identité et leur nationalité. Escortés par les hommes de la police de l'air et des frontièes, les Sri Lankais, ont décollé à 17h54 à bord d'un vol en direction de Maurice. Après cette escale, ils prendront, toujours sous escorte, un vol vers leur pays. Ils sont

A leur retour au Sri Lanka, les huit hommes encoureront une lourde peine de prison pour avoir - selon les lois sri lankaise -, illégalement quitter leur île. C'est d'ailleurs le sort qui devait être réservé aux 90 personnes interceptées par la marine du Sri Lanka le mardi 11 septembre 2018. Ces 89 hommes et une femme voyageaient illégalement dans un chalutier à destination La Réunion.

Les Sri-Lankais candidats à l’émigration sont prêts à payer des milliers de dollars à des passeurs qui leur arrangent des voyages à haut risque vers l’Europe, l’Australie ou la Nouvelle-Zélande. Néanmoins, le nombre de migrants a considérablement diminué depuis que Canberra a fermé ses frontières et mis en place une politique de tolérance zéro en 2013. Ainsi, plus de trente bateaux ont été refoulés.

La politique anti immigration très stricte de l'Australie prévoit que les demandeurs d'asile qui tentent d'atteindre le pays par bateau sont déportés dans des camps offshore à Nauru et en Papouasie-Nouvelle-Guinée où ils survivent dans des conditions de pauvreté extrême.

Lire aussi => La vie de désespoir des réfugiés relégués par l'Australie sur une île du Pacifique

Pour rappel, ce n'est pas la première fois que La Réunion attirent des ressortissants du Sri Lanka. Le mercredi 21 mars 2018, six Sri Lankais ont été retrouvés en mer au large de Saint-Gilles (notre photo). Ils étaient à bord d'un radeau bricolé et ont été retrouvés en bonne santé par le Cross (Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage). Ils avait alors indiqué avoir quitté leur pays une vingtaine de jours plus tôt et leur navire aurait sombré deux jours plus tôt.

Lire aussi => Des Sri Lankais retrouvés en mer au large de Saint-Gilles

Les six marins Sri Lankais ont demandé l'asile et l'obtention du statut de réfugiés. La procédure est toujours en cours. Ce type de requête est fait rare à La Réunion, classée parmi les 12 départements français recevant le moins de demandes d'asile.

Lire aussi => La Réunion, loin d'être une terre d'asile

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Squaw, Posté
Une décision logique il me semble...