Taxe d'habitation, taxe foncière, les communes dans le viseur de la majorité (actualisé) :

Faut-il vraiment #BalancerSonMaire...


Publié / Actualisé
C'est le dernier hashtag à la mode, utilisé pour dénoncer... les maires des communes. #BalanceTonMaire agite la toile depuis quelques jours. En cause, les quelques 6.000 communes qui n'ont pas joué le jeu du gouvernement et ont décidé d'augmenter leurs taux d'imposition. A La Réunion, deux communes sont concernées : Le Port, qui passe d'un taux de 29,73 à 34,49% pour la taxe foncière et Saint-Leu qui passe son taux de 22,82% à 28% pour la taxe d'habitation. Mais est-ce vraiment utile de les "balancer" et les incriminer ? Stéphane Fouassin, président de l'Association des maires de La Réunion (AMDR) et maire de Salazie réagit.
C'est le dernier hashtag à la mode, utilisé pour dénoncer... les maires des communes. #BalanceTonMaire agite la toile depuis quelques jours. En cause, les quelques 6.000 communes qui n'ont pas joué le jeu du gouvernement et ont décidé d'augmenter leurs taux d'imposition. A La Réunion, deux communes sont concernées : Le Port, qui passe d'un taux de 29,73 à 34,49% pour la taxe foncière et Saint-Leu qui passe son taux de 22,82% à 28% pour la taxe d'habitation. Mais est-ce vraiment utile de les "balancer" et les incriminer ? Stéphane Fouassin, président de l'Association des maires de La Réunion (AMDR) et maire de Salazie réagit.

"La taxe d'habitation a effectivement baissé pour 80% des contribuables. Sauf lorsque des communes ont choisi, librement sans doute, de remonter leur taux..." a déclaré en ne mâchant pas ses mots le Premier ministre Edouard Philippe jeudi 11 octobre à l’Assemblée nationale.

Ni d'une, ni deux, Gérald Darmanin, son ministre des Comptes publics en rajoute une couche sur Twitter en rendant public un fichier  recensant les taux votés par les communes en 2016, 2017 et 2018.

Repris de toute part, ce document sert de base à la campagne lancée sur les réseaux sociaux par les proches de la République en Marche. Avec le hashtag #BalanceTonMaire, les internautes dénoncent les élus qui ont choisi d’augmenter la taxe d’habitation.

Des déclarations ont provoqué de vives critiques des élus à droite comme à gauche. Pour l’Association des Maires de France, le hashtag est vécu comme une "insulte personnelle", et "le gouvernement et le parti majoritaire" portent une "responsabilité majeure" dans ce "dérapage insupportable".

Stéphane Fouassin, de l'AMDR n'en revient tout simplement pas : "J’ai l’impression de revenir à 50 ans en arrière, quand on dénonçait son voisin pendant la guerre." Ce débat est pour lui à replacer dans le contexte des prochaines échéance électorales : "On est entré dans une phase politique à un an et demi des municipales. L’Etat dénonce des maires pour essayer plus tard de les remplacer par des maires macronistes." Une erreur monumentale pour le maire de Salazie :"C’est très peu élégant de la part de l’Etat de jouer à ce jeu là. Même si les maires sont montrés du doigt et remplacés par des maires macronistes, ceux-ci ne tiendront pas longtemps sous la pression actuelle."

Ces augmentations étaient nécessaires

Il rappelle que la taxe d’habitation, si elle est perçue par l’Etat, revient aux communes et aux intercommunalités. Elle contribue notamment au financement des dépenses sociales et scolaires (crèches, cantines, établissements scolaires, centres de loisirs), au ramassage des ordures, aux activités culturelles, à l’entretien de la voirie…"Ces baisses ont un impact direct sur le vie quotidienne de la population, poursuit le maire de Salazie. Si le maire dépense 100 euros pour faire tourner son budget et que l'Etat ne lui donne que 95 euros, il doit trouver les 5 euros ailleurs. Les communes n’ont pas le droit d’être en déficit. Jamais. Si vous enlevez des fonds à une commune, elle doit bien aller les chercher ailleurs pour compenser la perte !"

Coups de rabot, suppression des contrats aidés, baisse des dotations, les différentes réformes menées depuis plusieurs années pèsent lourd sur les finances des communes. Les augmentations menées par les 6.000 communes étaient plus un acte de nécessité qu’un acte de résistance au gouvernement Macron. "Il faut savoir que quand l’Etat baisse son accompagnement, explique Stéphane Fouassin, les maires sont obligés d’aller chercher des fonds auprès de leurs administrés. Ils sont coincés." L’Etat a pourtant bien promis des compensations, à l’euro près, afin de ne pas impacter les finances des communes et des intercommunalité… Une chimère pour le président de l’ADMR :  "On nous dit qu’on va nous rembourser à l’euro prêt…. Je suis maire depuis près de vingt ans : à chaque fois l’Etat baisse des dotations ou supprime quelque chose, on ne retrouve jamais nos billes. Il se débrouille toujours pour en enlever plus qu’avant pour faire des économies sur le dos des communes."

"Nous naviguons à l'aveugle"

Le plus effrayant pour Stéphane Fouassin, c'est le manque de visibilité pour composer le budget des communes pour les années à venir. "Gérer c’est prévoir. C’est impossible avec ce gouvernement. Je n’ai jamais vu ça, c’est la première fois que nous ne pouvons pas prévoir ce qui va arriver : je suis incapable de préparer ni le budget 2019, ni celui de 2020. Nous naviguons à l’aveugle sans connaître nos dotations, sans rien savoir. Avant nous avions une visibilité sur 4-5 ans, nous travaillions avec les comptables… C’est fini." En moyenne, la taxe d'habitation représentait un tiers des recettes fiscales des communes... Un manque à gagner qu'il faut bien compenser.

nt/www.ipreunion.com

   

3 Commentaire(s)

Ti pol, Posté
Les impôts augmentent la faute aux maires comme les collectivités trop d agents trop des chefs trop , trop des cadres, dans tout cela personne n écoute plus personne il y a celui qui reste à ça maison qui bricole l autre qui travail au noir ça leur fait deux payes au mois les maires devaient par réduire les trains vies des cadres voitures ,essences ,téléphone dernier cris , restaurants réduire les dépenses investis dans du concret utile pour la ville .les impôts n augmenterait moins ,non les contribuables sont là pour payer nous sommes leurs vaches à lait un jour à force de trop tirer le lait il y en aura plus de lait qui sortira serait le sang.gerer votre dépense triche pas sur les appelles d offres Et toujours les mêmes artisans qui gagne les marchés
Lol, Posté
Laisse la place à un autre , arr^eter de cumuler les postes M. FOUASSIN. Maire , Président de l' IRT, Président de celà, etc... Vous ne penser qu'à gaspiller l'argent publique comme tous les autres Maires, la fête tous les semaines (fête chouchou, fête manioc, fête ceci, fête celà) arrêter et faite des économies et vous verrez si vous serez obligé d'augmenter les impôts
Casimir, Posté
Qui a été assez bête pour croire qu'un impôt ou une taxe pouvait disparaître ?
Il y en a qui vivent encore dans l’île aux enfants, non ?