Championnats du monde de à Barcelone :

Pelote basque - Le Réunionnais Mickael Mangaman rêve d'un titre mondial


Publié / Actualisé
Mickael Mangaman n'est plus qu'à quelques marches du titre de ses rêves. Le joueur réunionnais de paleta cuir participe aux 18ème mondiaux de pelote basque organisés à Barcelone du 14 au 20 octobre 2018. La sélection française, qui a opéré un très beau départ, s'est qualifiée pour la demi-finale qui se déroulera jeudi 18 octobre au soir. Même si le Dionysien n'est pas encore assuré de la jouer, il est préparé et très concentré sur ses objectifs.
Mickael Mangaman n'est plus qu'à quelques marches du titre de ses rêves. Le joueur réunionnais de paleta cuir participe aux 18ème mondiaux de pelote basque organisés à Barcelone du 14 au 20 octobre 2018. La sélection française, qui a opéré un très beau départ, s'est qualifiée pour la demi-finale qui se déroulera jeudi 18 octobre au soir. Même si le Dionysien n'est pas encore assuré de la jouer, il est préparé et très concentré sur ses objectifs.

A 32 ans, le Dionysien a déjà un très beau palmarès : champion de France, champion d’Europe… il ne lui manque que le titre de champion du monde ! S’il joue demain la demi-finale il ne sera qu’à une marche de ce rêve. La composition de l’équipe sera donnée dans la matinée de jeudi. " Il a de grande chance d’être titulaire jeudi soir, explique Peyo Hiriart son entraîneur depuis six ans. Tout dépendra des sélectionneurs et de qui sera l’adversaire : l’Argentine ou le Mexique… " Pour le moment, le jeune sportif est détendu : " je me sens bien, confie-t-il. Je fais les choses étape par étape, je laisse la pression venir petit à petit. " Mercredi, entre deux matchs, la journée était placée sous le signe du repos : " il se repose, il n’y a pas d’entraînement de prévu avant le grand soir, juste quelques étirements. La préparation est finie depuis samedi, depuis qu’il est arrivé à Barcelone, " raconte Peyo Hiriart.

Dans les tribunes, Mickael Mangaman est encouragé depuis le début de la semaine par son entraîneur et Willy Mangaman, son cousin qui est également président du club Pelote du Chaudron. " Je vais essayer de tout donner, comme à chaque compétition. Je suis très concentré, " dit-il, déterminé.

Employé de la ville de Saint-Denis, Mickael Mangaman s’entraîne au moins deux à trois heures par jour, notamment au gymnase Fontano Welmant du Chaudron après son travail. " Des grosses journées, avoue le champion, mais c’est ça la vie d’un sportif de haut niveau. "

Demi-finale ou pas, Mickael Mangaman est déjà concentré sur ses prochains objectifs: les championnats de France au mois d’avril 2019 et bien sûr les retour du master de La Réunion fin août 2019. Dans l’Histoire de la pelote à La Réunion, il est le 6ème joueur à être sélectionné l’équipe de France. Et probablement pas le dernier… " C’est un sport très populaire sur l’île même s’il est assez confidentiel, raconte Peyo Hiriart. Au Chaudron, nous avons une école qui marche très bien avec des enfants motivés. L’avenir est encourageant ! "

nt/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !