Son oeuvre en langue régionale est très importante (actualisé) :

Daniel Honoré : de nombreux hommages saluent son combat pour la langue créole


Publié / Actualisé
L'écrivain, conteur, poète et pédagogue réunionnais Daniel Honoré est décédé jeudi 18 octobre 2018 à l'âge de 79 ans. Fervent défenseur de la langue créole, Daniel Honoré avait publié plusieurs ouvrages rendant hommage à la littérature créole. Dès l'annonce de son décès, de nombreuses personnalités réunionnaises ont tenu à exprimer leurs hommages au défunt. Daniel Honoré était né le 16 octobre 1939 à Saint-Benoit. Professeur de lettres et d'anglais dans sa ville natale, Daniel Honoré a toujours défendu la langue créole.
L'écrivain, conteur, poète et pédagogue réunionnais Daniel Honoré est décédé jeudi 18 octobre 2018 à l'âge de 79 ans. Fervent défenseur de la langue créole, Daniel Honoré avait publié plusieurs ouvrages rendant hommage à la littérature créole. Dès l'annonce de son décès, de nombreuses personnalités réunionnaises ont tenu à exprimer leurs hommages au défunt. Daniel Honoré était né le 16 octobre 1939 à Saint-Benoit. Professeur de lettres et d'anglais dans sa ville natale, Daniel Honoré a toujours défendu la langue créole.

Éricka Bareigts, députée de la Réunion
C’est avec une profonde tristesse que j’ai appris la mort de Daniel Honoré. J’ai perdu un ami. La Réunion a perdu un militant de la belle langue créole, un zarboutan. Je salue cet homme engagé, ce militant de la créolitude, le combattant pour la défense et la promotion de notre culture, de notre écriture. Il était sincère dans ses combats et dans ses relations avec chacun, un homme simple qui a su nous redonner la fierté d’être Réunionnais. Il représentait le métissage réunionnais. J’adresse mes sincères et affectueuses condoléances à toute sa famille.

Jean-Hugues Ratenon, député de La Réunion

Après Julien Ramin mercredi, aujourd'hui jeudi c'est un autre zarboutan de la
Réunion qui nous quitte. C'est avec beaucoup d'émotion que j'ai appris la mort de Daniel Honoré à l'âge de 79 ans. Né à Saint- Benoit, ce grand Monsieur est l'un des pères du kozé et de l'écriture en créole. Son livre gramoun la di, rempli de proverbes, de devinettes, ses poésies Les chemins de la liberté ou encore Tiflère la misère, ses romans comme Cemin bras canot, sans compter ses contes, ses légendes, son dictionnaire, font de Daniel Honoré l'hommeque la met' en l'air nou't façon de vivre, nou't façon d'exprime a nou. A travers tout cela, il racontait la vie lontan pour que les générations nouvelles n'oublient pas leurs racines. La Réunion perd un grand défenseur de l'identité Réunionnaise. A sa famille, à ses proches, je présente mes très sincères condoléances.

Maurice Gironcel, maire de Sainte-Suzanne

Ceux qui l’ont connu pourront en témoigner, Daniel Honoré inspirait par son humilité et sa discrétion. Avec l’expérience et le grand talent qu’on lui connaissait, il a bataillé toute sa vie pour la langue créole, notre langue. Daniel Honoré nous a quitté aujourd’hui et c’est avec une immense tristesse que nous l’accompagnons dans ce grand voyage, là où les mots, les rêves, les zistwar ne s’éteignent jamais.

C’est avec beaucoup de reconnaissance que nous nous remémorons son œuvre : ses fonnkèr, ses romans, ses contes, ses sirandanes… Daniel Honoré était un grand militant, militant de notre patrimoine, militant de notre langue créole, militant de notre identité réunionnaise. Notre camarade, fervent défenseur des idées du PCR, n’a eu de cesse de défendre nos couleurs réunionnaises, notre péi et nos richesses.

Formation Rakontèr Zistwar, concours Lankréol… Ce pédagogue souhaitait transmettre et partager sa connaissance, son kozé, son fonnkèr. Daniel Honoré s’est toujours montré disponible, à l’écoute, guidé par cette soif d’accompagner et de valoriser nos talents.

Daniel Honoré a vécu de longues années à Sainte-Suzanne est s’est fortement investi dans la vie de notre commune. Il a d’ailleurs été à l’initiative du festival de contes créoles, dont la 5ème édition démarre le lundi 22 octobre, comme si le calendrier souhaitait lui rendre hommage, lui aussi. Nous dédierons ce festival à notre camarade Daniel. Puissent nos fonnkèr le guider vers sa dernière demeure.

A sa femme, à ses enfants, à sa famille, à ses amis… J’adresse mes plus sincères condoléances et mes pensées émues. A tous ses caramades fonnkézèr, j’envoie beaucoup de courage pour poursuivre le combat, aussi dignement que Daniel l’a mené jusqu’à son dernier souffle.
A tous les Réunionnais, nous perdons un monument immense de notre patrimoine. Je vous invite, tous et chacun, à (re)plonger dans son œuvre en hommage à celui qui a tant donné pour sa langue, notre langue ; celui qui a tant donné pour La Réunion et les Réunionnais

Jean-Claude Fruteau, maire de Saint-Benoit

" Hier, la Réunion a perdu une figure emblématique de la culture créole et Saint-Benoît, un de ses enfants. Tout le monde l’a rappelé, Daniel Honoré était un grand passionné de la langue créole qu’il ne cessait de sublimer à travers ses romans. Il était aussi un grand amoureux de sa commune. C’est à Saint-Benoît qu’il est né, qu’il a vécu et qu’il a enseigné. C’est aussi à Saint-Benoît qu’il puisait son inspiration. " Shemin Brakanot : dopï dann vante son momon " est un bel hommage au Saint-Benoît des années 60. Daniel Honoré laisse derrière lui un héritage culturel et littéraire précieux. Nul doute que la mémoire de cet homme de lettres ne cessera d’être honorée pendant encore de très longues années ".

Eric Fruteau, ancien maire de Saint-André

J’apprends ce soir le décès d’un grand homme, d’un grand monsieur de la culture et de l’identité réunionnaise. Daniel Honoré nous a laissés. C’est une partie de notre patrimoine qui s’en va. Modeste et humble, convaincu, déterminé et engagé, il dégageait un charisme naturel et une sagesse remarquable. Une
intelligence tellement évidente. Son départ laissera un grand vide dans la vie réunionnaise. Avec beaucoup de peine, j’adresse mes très respectueuses
condoléances à son épouse ainsi qu’à toute sa famille.

Yvette Duchemann, élue de Saint-Denis

RÈSPÉ ! Daniel Honoté, nout dalon, nout lamontrèr, nout moun angazé pou galize nout vi, nout somin , la désot la vi.  Nout Poèt, nout Romansié sansib , sinp, modès, diskré, , in modél , in vré moun La Rénion . In grangran pèrt . Li la dékri anou dan son bann roman, luniver réioné , in luniver kaskassé akoz la situassion lesklavaz la pa rante dann liv LISTWAR, in luniver démonté akoz lérans , lo démounaz in lidantité mal fagoté, in " doubkèr " déshiré.  Daniel: in konéssèr nout tournéviré, nout kozé,  li porte lâme réioné.  Li la pa kite anou : li rès dan nout kèr, dan nout koko: li di anou : " dobout sanpié " , pik dopin, pous pli dvan, atann pa baton gramoun pou traverse la rivir.
L’Education Nationale na lo devoir fé rant Daniel Honoré dans son programe.  Nous le demandons et nous y veillerons.
Mersi Daniel, ou va mank anou é ou ou va rès touzour èk nou.  Mi partaze lo doulèr son madame, son famiy.
Daniel : La Rénion é tout domoun isi laba i di aou : mersi !

Marie-Hélène Dor, pour la FSU Réunion

La FSU tient d’abord à adresser ses plus sincères condoléances et tout son soutien à sa famille aujourd’hui endeuillée. La FSU tient aussi à saluer l’engagement de ce grand militant de la langue et de la culture Réunionnaises ; ses nombreux ouvrages, poèmes, romans, nouvelles, contes, son dictionnaire sont et demeureront des contributions majeures au patrimoine immatériel de notre île.

Fédération socialiste de La Réunion

La Fédération Socialiste de la Réunion adresse ses sincères condoléances à la famille et aux proches endeuillés de l’écrivain Daniel Honoré. C’est avec émotion que nous saluons ce grand militant de la langue et de la culture réunionnaises.


Daniel Cadet, pour les CEMEA Réunion

Daniel Honoré a présidé aux destinées des CEMEA de la Réunion (Centre d’entraînement aux méthodes d’éducation active), comme délégué départemental, de 1966 à 1975. 9 années durant lesquels, les stages succèdent aux stages, en direction des élèves maîtres et des jeunes réunionnais nombreux, pour notamment développer, encadrer, diriger et gérer les centres de vacances naissants, ceux se déroulant à la maison de nos enfants de la plaine des Palmistes ou encore à l’APE de la Plaine des
Cafres.
Neuf années à défendre le droit aux vacances éducatives de qualité, à former les enseignants, à animer les fameuses " activités du jeudi ", des ateliers d’activités ludiques, manuelles, culturelles, musicales ouvertes aux enfants dans 2 salles de l’école Joinville, mises alors à notre disposition… dans un contexte politique d’alors particulièrement difficile. Nous lui devons d'être ce que nous sommes devenus et bien au-delà, en considérant son combat culturel pour la langue créole, le patrimoine, les contes et légendes, les
proverbes, etc...

Saluons l'essayiste, le romancier, le poète, le linguiste, le conteur, l'homme, l'humaniste, le magicien des mots qu'il était et qu'il restera pour nous et pour les
générations à venir. Daniel disait lui-même : " ce travail me fait vivre un moment de réconciliation avec la jeunesse réunionnaise qui passe alors de l’image terne de fils et de filles d’assistés et assistés eux-mêmes, à celle de jeunes gens reconnus et porteurs d’espoir. Et je ressens l’envie, ajoutait-il, de transmettre le témoin de la course de relais à laquelle j’ai enfin le sentiment de participer ".
Ce souci de la transmission ne l’a plus jamais quitté et a été tout le temps au coeur de ses engagements.
Les CEMEA de la Réunion salue un grand militant de l’éducation et de la jeunesse qui a porté très haut les valeurs de notre mouvement, et transmets à sa famille ses sincères condoléances.


Amaury de Saint-Quentin, Préfet de La Réunion

C’est avec une grande tristesse que La Réunion a appris la disparition hier jeudi 18 octobre 2018 du conteur, romancier, poète, nouvelliste, traducteur, s’exprimant en français et en créole, Daniel Honoré.

Connu et apprécié du grand public pour sa participation à de nombreuses interventions (émissions radiophoniques, télévisées, presse écrite), ce fervent défenseur de la culture créole n’a jamais cessé d’œuvrer pour la connaissance et la valorisation du patrimoine littéraire écrit et oral de son île. Il a enrichi l’édition régionale de plus d’une trentaine d’ouvrages et apporta son concours à des maisons d’édition nationales pour la traduction des contes en créole.

D’une grande humilité, il s’est toujours rendu disponible pour animer de nombreux ateliers de formation de conteurs ou des interventions en bibliothèques. Écrivain engagé, soucieux de l’évolution et de la sauvegarde de la culture réunionnaise, il fait preuve dans son œuvre d’une grande créativité.

Daniel Honoré s’en est allé mais son œuvre perdurera : les écrivains en langue créole empruntent ses outils linguistiques, dictionnaires d’expressions créoles, proverbes, citations, propositions de néologismes créoles. Les initiatives comme le prix " lankréol ", la formation avec l’Union pour la Défense de l'Identité Réunionnaise  (UDIR) de " rakonter zistoir " se perpétuent pour alimenter cette vie littéraire.

Daniel Honoré nous quitte à la veille des festivités prévues dans le cadre de la semaine créole. Dans ce moment de profonde émotion, Amaury de Saint-Quentin, préfet de La Réunion, présente ses sincères condoléances à sa famille et ses proches, assure de toute sa compassion ses amis et s’associe aux vibrants hommages qui seront rendus lors des animations, veillées et rencontres.


 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !