Emmanuel Macron veut dégraisser (actualisé) :

Fonction publique : des forums pour organiser l'après suppression de 120.000 postes


Publié / Actualisé
La fonction publique, un véritable serpent de mer. Le Préfet a décidé de se saisir du dossier. Il est à l'initiative du premier forum de la fonction publique qui s'est déroulé ce mardi 23 octobre à la NORDEV à Saint-Denis. Officiellement, le but est de créer des passerelles entre les trois fonctions publiques (celle d'État, la territoriale et l'hospitalière). Permettre à des agents titulaires ou contractuels de se renseigner pour se reconvertir dans une autre branche de la fonction publique. Et si officieusement, c'était surtout l'occasion d'anticiper une crise annoncée dans la fonction publique ? De trouver une porte de sortie à des fonctionnaires dont l'emploi est menacé. Car c'était l'une des promesses de campagne du candidat Macron, supprimer 120.000 postes de fonctionnaires d'ici 2022 pour réaliser 60 milliards d'euros d'économie.
La fonction publique, un véritable serpent de mer. Le Préfet a décidé de se saisir du dossier. Il est à l'initiative du premier forum de la fonction publique qui s'est déroulé ce mardi 23 octobre à la NORDEV à Saint-Denis. Officiellement, le but est de créer des passerelles entre les trois fonctions publiques (celle d'État, la territoriale et l'hospitalière). Permettre à des agents titulaires ou contractuels de se renseigner pour se reconvertir dans une autre branche de la fonction publique. Et si officieusement, c'était surtout l'occasion d'anticiper une crise annoncée dans la fonction publique ? De trouver une porte de sortie à des fonctionnaires dont l'emploi est menacé. Car c'était l'une des promesses de campagne du candidat Macron, supprimer 120.000 postes de fonctionnaires d'ici 2022 pour réaliser 60 milliards d'euros d'économie.

Aujourd’hui, la phrase " la fonction publique, c’est la sécurité de l’emploi " n’a plus vraiment le même sens… Surrémunération dans le viseur de l’Elysée, contractuels de plus en plus précaires, départs à la retraite non remplacés, gel des recrutements dans certains services, une politique sociale qui avait poussé les fonctionnaires à descendre dans la rue le 9 octobre dernier.

Lire aussi : grève nationale, près de 1.000 personnes dans les rues à Saint-Denis

Alors la tenue de ce forum de la fonction semble un peu paradoxale. Et clairement, la question déstabilise. Laure Ben Moussi fait partie de la plateforme d’appui interministériel à la gestion des ressources humaines, qui organise l’événement, regardez :

 

Des chiffres, il y en a. En août dernier, Edouard Philippe annonce la suppressions de 4.500 postes dans la fonction publique d’État en 2019 et le chiffre sera " supérieur à 10.000 en 2020 " avance-t-il. Jean-Michel Blanquer, lui, annonce en septembre dernier, que 1.800 postes seront supprimés dans l’Éducation nationale en 2019. Dans l’administration fiscale, ce serait jusqu'à 20.000 postes qui pourraient être supprimés sur le quinquennat. Et pourtant, le service cherche à recruter lors de ce forum. Imaz Press a demandé à Marie-Josée Visco, adjointe aux Ressources Humaines de la Direction régionale des Finances Publiques si ce n’était pas envoyer ces candidats au casse pipe vu l’incertitude quant à l’avenir des finances publiques, regardez sa réponse.

 

C’est là tout le paradoxe, le gouvernement supprime et dans le même temps recrute. On en revient au questionnement de départ, et si ce forum initié par les services de l’État avait pour vocation de faciliter la reconversion de ces fonctionnaires qui pourraient rester sur le carreau ? La réponse de René-Claude Chevalier, président de l’association des DRH des collectivités territoriales à La Réunion va dans ce sens, regardez :

 

Ces derniers mois, ces forums de la fonction publique fleurissent un peu partout sur le territoire national. Peut-être un indice qui montrerait que Emmanuel Macron veut tenir ses engagements et qu’il anticipe déjà " l’après suppressions de postes massive " dans la fonction publique. 

 

fh/www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Aterla, Posté
A ceux qui se réjouissent, cela veut dire moins de service hospitalier (urgences par exemple), moins de profs, moins de police, etc. etc.

Et pour ceux qui parlent budget, oui, si on ne prend pas l'argent aux (très) riches, c'est sur le classe moyenne que ce sera pris.