Mis en ligne par la mairie :

La Possession : le flyer et le conte de fées en faveur de la carrière des Lataniers


Publié / Actualisé
La Ville de la Possession a mis en ligne un flyer présentant le projet de voie d'accès vers la Nouvelle route du littoral (NRL), projet qui nécessite d'ouvrir la carrière des Lataniers. Une communication riche en rebondissements et adjectifs bucoliques et optimistes... Pour l'instant, le projet, bien que la convention avec La Région soit déjà signée, est toujours en attente de la validation préfectorale. Néanmoins la municipalité s'est lancée dans une opération de communication qui donne envie de croire aux contes de fées.... auxquels ne manqueront pas de ne pas croire les opposants au projet.
La Ville de la Possession a mis en ligne un flyer présentant le projet de voie d'accès vers la Nouvelle route du littoral (NRL), projet qui nécessite d'ouvrir la carrière des Lataniers. Une communication riche en rebondissements et adjectifs bucoliques et optimistes... Pour l'instant, le projet, bien que la convention avec La Région soit déjà signée, est toujours en attente de la validation préfectorale. Néanmoins la municipalité s'est lancée dans une opération de communication qui donne envie de croire aux contes de fées.... auxquels ne manqueront pas de ne pas croire les opposants au projet.

Le 30 juillet 2018, la Ville de La Possession a signé une convention avec la Région pour l’exploitation de la carrière des Lataniers afin d’ouvrir une voie d’accès vers la NRL.
L’opposition et des associations de protection de l’environnement, telle l’association Lataniers nout ker d'vie, avaient dénoncé cette atteinte à l’environnement qui transformerait le territoire municipal " en gruyère ". Les opposants ont aussi contesté la remise des clés de la boutique municipale à la Région. En effet, cette convention donne le droit à la Région de s’immiscer dans la révision du Plan Local d’Urbanisme (PLU) " qui est pourtant une prérogative strictement municipale ", avait alors rétorqué Erick Fontaine, membre de l’opposition municipale.

Des mots bien choisis

Le flyer débute sur la page de garde par l’évocation du mauvais sort : embouteillages, pollution, stress, asphyxie, perte de temps, espace en friche, cicatrice, biodoversité dégradée... 
 

Puis arrivent les bonnes fées : tous les avantages de ces projets municipaux largement subventionnés par la Région sont détaillés, maquettes aquarellées à l’appui : coulée verte remodelée en pente douce aux abords de la nouvelle voie de liaison dédiée à fluidifier le trafic entre Cœur de Ville et la Nouvelle Route du Littoral (11 millions d’euros dont 8 apportés par la Région), Espace Rosthon Lataniers, un " cœur de nature " présenté en image d’Epinal avec la famille idéale versions zoreil, mixte et cafrine : tout do moun lé la ! 

Le flyer n’oublie pas de rendre à Didier Robert et à l’équipe régionale ce qui lui revient : la fluidité, le bien-être et la sécurité retrouvés grâce à la NRL, et, cerise sur les bateaux qui vont sur l’eau, l’accès au littoral retrouvé, parasols sur les galets et voilier en goguette pour en attester.

Les précautions bien précisées

Certes tous ces travaux, pour autant qu’ils soient validés par le préfet de La Réunion, ont leurs faces sombres.
Sur la dernière page, le flyer de la mairie joue la carte de la franchise, de la prudence et de l’optimisme à grands renforts d’adjectifs : exploitation " éventuelle et limitée " de la carrière, " démarrage soumis à l’autorisation du Préfet après analyse des études liées à l’environnement et à la protection des habitants "…

Et met en scène les chiffres censés convaincre (qui d’ailleurs ? le Préfet, les administrés, les associations ?) du bien-fondé des opérations et de la maîtrise d’ouvrage sans faille : 2,5 ans d’exploitation "au lieu des 6 ans prévus dans la convention de 2013", 2,5 millions de tonnes de roches maximum extraites, 2 tirs de mine par semaine maximum sauf -eh oui, il faut prévoir les imprévus-sauf donc " autorisation exceptionnelle du préfet ".

Clap de fin, parce que les contes de fées se terminent toujours de manière heureuse, la municipalité énumère toutes les protections des citoyens qui seront mises en place pendant les travaux, si et toujours si… le préfet donne son autorisation. Qui cherche à convaincre Vanessa Miranville ?

ml/www.ipreunion.com
 

   

1 Commentaire(s)

Riviera , Posté
La Maire nous dit qu’il n’y aura pas de poussière et que les autres désagréments d’une carrière seront réduits au niveau minimum. Même si cela est possible, nous ne voulons pas de ces travaux aux portes de nos maisons. Tout notre quartier perdra sa tranquillité pendant les deux ans et demi de ce chantier et nous ne pourrons plus louer de chambres sur Rbn’B. Il vaut mieux laisser cette ancienne carrière comme elle est restée depuis les années 80. Nous n’avons pas besoin de restaurer cet endroit. Il est très bien comme il est, et même s’il est rempli de peste sur végétales, c’est naturel aussi ! Alors, pas dde carrière, pas de cailloux et pas de route à côté déc chez nous, et puis c’rst Tout!!