Pour former d'autres territoires :

PIROI : la plateforme de prévention des risques devient centre de référence et de recherche


Publié / Actualisé
De passage à La Réunion, Jean-Christophe Combe, le Directeur général de La Croix-Rouge française, a visité la plateforme régionale d'intervention de l'Océan Indien, créée en 2000 pour prévenir et gérer les risques de catastrophes dans la zone Sud-Ouest indo-océanique. Le PIROI, de par son expertise et son engagement sur le terrain, est appelé à devenir centre de référence pour d'autres zones ultramarines, telles que les Caraïbes ou la Nouvelle- Calédonie, mais aussi à l'international. Une consécration pour la Croix-Rouge Française à La Réunion, dont les actions innovantes sont saluées par le Directeur général de l'organisation caritative.
De passage à La Réunion, Jean-Christophe Combe, le Directeur général de La Croix-Rouge française, a visité la plateforme régionale d'intervention de l'Océan Indien, créée en 2000 pour prévenir et gérer les risques de catastrophes dans la zone Sud-Ouest indo-océanique. Le PIROI, de par son expertise et son engagement sur le terrain, est appelé à devenir centre de référence pour d'autres zones ultramarines, telles que les Caraïbes ou la Nouvelle- Calédonie, mais aussi à l'international. Une consécration pour la Croix-Rouge Française à La Réunion, dont les actions innovantes sont saluées par le Directeur général de l'organisation caritative.

Intervenir sur l'épidémie de peste à Madagascar, venir en aide aux sinistrés après un cyclone dévastateur aux Comores, envoyer des équipes de soutien pour lutter contre le choléra en Tanzanie ou distribuer de l'aide alimentaire, de l'eau potable, de l'électricité avec des groupes électrogènes après un séisme dévastateur ou d'émeutes importantes dans la zone indo-océnique, ou encore sensibiliser la population aux moyens de préventir la dengue... Telles sont les missions de la PIROI que l'on peut résumer en "contribuer à réduire les risques liés aux catastrophes naturelles et sanitaires".

La PIROI est basée à La Réunion, mais dispose de sept antennes et 800 comités locaux dans la zone Océan Indien afin de réagir rapidement en cas d'alerte avec l'aide de plus de 35 000 volontaires actifs.

9 000 écoliers déjà sensibilisés aux risques des catastrophes naturelles

"Depuis 2011, la PIROI intervient aussi dans les écoles à La Réunion, dans les classes de CM1 ET CM2 avec le programme "Paré pas paré ?" pour sensibiliser les élèves aux risques des catastrophes naturelles et mener des actions de prévention.

9000 élèves ont déjà été sensibilisés depuis le début de l'opération", explique Jean-Christophe Combe, Directeur général de La Croix-Rouge Française. Le programme, qui fait l'objet d'une convention avec le Rectorat de la Réunion, va plus loin en ciblant plusieurs publics désormais : les élèves bien sûr, mais aussi les familles, les référents communaux.

" Des simples livrets pédagogiques du départ, nous avons évolué dans nos outils en développant des jeux vidéo, des scénarii de réalité virtuelle pour intéresser d'autres publics", souligne Jean-Christophe Combe.

Du modèle innovant au modèle référent

"La PIROI est l'un des projets innovants menés par La Croix Rouge Française Réunion, précise Jean-Christophe Combe. La plateforme intervient avec des professionnels mais aussi des bénévoles formés, dans les sept antennes disposées dans l'Océan Indien.

Ce modèle innovant développé depuis La Réunion dans l'Océan Indien intéresse beaucoup d'autres territoires, notamment les Caraïbes, la Nouvelle-Calédonie, mais peut être développé aussi à l'échelle internationale... Aujourd'hui, la PIROI devient centre de référence en matière d'intervention d'urgence sur les catastrophes naturelles. Cela signifie que la PIROI va assurer des missions nouvelles de centre de formation et de recherche sur la prévention et la gestion des castrophes naturelles".

Passer de la subvention à l'autonomie

Pour mener à bien toutes ses missions, La Croix Rouge Française dispose de subventions de l'Etat, de la Région et du Département. Des moyens importants mais insuffisants face aux besoins. C'est pourquoi le mécénat d'entreprise est indispensable, ainsi que les dons des particuliers.  peut compter sur le soutien financier de l’ensemble des autorités locales – Région, Département et services de l’Etat. "Les mesures fiscales adoptées ces derniers mois ne favorisent pas les dons aux associations, malheureusement, regrette Jean-Christophe Combe. Pourtant, la société a besoin des associations. On essaie d'être entendus, mais il faut aussi s'adapter au monde d'aujourd'hui. C'est pourquoi, bien que nos donateurs soient indispensables pour nous, nous essayons d'aller plus loin en trouvant une part d'auto-financement. Nous réfléchissons à commercialiser des produits sous licence Croix Rouge Française par exemple".

Pour le Directeur général de La Croix Rouge Française, l'avenir associatif passe par une transformation en profondeur du modèle économique des associations. "Face à l'augmentation des besoins d'intervention et à la baisse des dotations institutionnelles, il va falloir passer de la subvention à l'autonomie", conclut Jean-Christophe Combe. 

ml/www.ipreunion.com
 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !