(VIDÉOS/PHOTOS) Contre la vie chère et l'augmentation du carburant :

17 novembre : chronique d'un blocage annoncé


Publié / Actualisé
Le collectif des gilets jaunes tient une conférence de presse ce lundi 12 novembre 2018. Relayant un appel national, le collectif appelle à l'action pour le samedi 17 contre la vie chère et l'augmentation des carburants. A noter que d'autres groupes appellent également à la mobilisation sur les réseaux sociaux. Suivez notre live.
Le collectif des gilets jaunes tient une conférence de presse ce lundi 12 novembre 2018. Relayant un appel national, le collectif appelle à l'action pour le samedi 17 contre la vie chère et l'augmentation des carburants. A noter que d'autres groupes appellent également à la mobilisation sur les réseaux sociaux. Suivez notre live.
  • IPR

    [SAMUEL MOUEN EST LE PORTE-PAROLE DU COLLECTIF 974]

     

    Un porte-parole qui a du mal à assumer son passé en politique, il affirme que le mouvement n'est lié à aucun parti, ce serait juste "le peuple qui se met debout." Il parle d'une démarche politique apolitique, paradoxal. Regardez

     

     

  • IPR

    [JEAN-NOËL HOAREAU, INITIATEUR DE LA MOBILISATION DU 17 NOVEMBRE EXPLIQUE LES REVENDICATIONS DU COLLECTIF 974] 

    Il dit être à l'origine de la mobilisation du 17 novembre à La Réunion, avec le Collectif 974, il compte se mobiliser pacifiquement mais n'écarte pas le fait q'il pourrait y avoir des débordements, regardez

  • IPR


  • IPR

    M. Hoareau évoque le  pouvoir d’achat, impôt, emploi, carburant, octroi de mer, les revendications sont multiples : "On n’appelle pas à faire des blocages, des opérations escargot, c’est contre productif"

  • IPR


  • IPR

  • IPR

    Jean-Noël Hoareau initiateur du mouvement prend la parole "On a choisi un samedi pour ne pas bloquer l’économie locale et pour qu’un maximum de gens soient là"

  • IPR

    M. Mouen : "Le prix des carburants est une goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Ici, on a une armée de gens dans le besoin, abandonnés, qui ne travaillent pas, qui sont miséreux et qu’on ne regarde pas. C’est un ras le bol généralisé. Tout augmente. Il y a un mot que nous voulons dire qu président : stop au racket. Il doit reculer car le peuple st en train de dire « là ça suffit » "

  • IPR

    Bonjour, merci de nous suivre.

    Samuel Mouen "C’est un mouvement apolitique, indépendant. C'est le Préfet, le représentant de l'État qui nous apportera les réponses. Pas le directeur de Carrefour, celui du Jumbo ou les automobilistes, il faut donc éviter ce qui pourrait nous amener au désordre, à l’émeute. Nous ne contrôlerons pas toutes les micro régions."

    Il rajoute " À l’heure actuelle, nous ne pouvons pas estimer quel sera l’impact de cette mobilisation. C’est dans le chef lieu d’abord et avant tout que ça doit se passer, si tout le monde prend conscience de cela, peut être qu’il n’y aura pas de débordement"

À propos

Le 17 novembre, le blocage des routes et des lieux de consommation sera acté dans toute la France. C'est l'intention de collectifs qui se sont montés sur les réseaux sociaux pour organiser ce jour là des opérations escargot. A La Réunion, depuis dix jours, les débats vont bon train entre partisans d'une action coup de poing sans nuances, autrement dit de blocages et les partisans d'un mouvement plus pédagogique et consensuel, qui consisterait à laisser circuler les véhicules sur les routes et à mener des opérations de blocage uniquement autout des lieux de consommation. Et évidemment des pompes à carburant, puisque c'est la hausse du prix de ce précieux liquide qui a déclenché les hostilités. Mais pas que....

Pour le groupe Facebook "Mouvements le 17 novembre", le ras le bol est beaucoup plus général, mais s'exprime aussi la volonté de ne pas ne tromper d'adversaires : "On ne veut pas embêter les gens en les empêchant de circuler, explique Aurore Rudy, l’une des administratrices. Nous savons que des gens travaillent, vont à la plage, voient leurs familles et leurs amis. Nous protestons contre la vie chère, la politique d’Emmanuel Macron, les retraites… Il n’y a pas que la hausse des prix du carburant."

Avec ses plus 4.180 membres, le groupe entend donc bloquer les grands centres commerciaux : "Duparc, Cambaie, Canabady… nous voulons affaiblir l’économie, ils feront un chiffre d’affaire de zéro. Nous visons ceux qui s’en mettent plein les poches," poursuit Aurore Rudy. Un peu comme en 2009, quand le collectif COSPAR (collectif contre la vie chère) avait organisé de grandes manifestations avec des blocages de supermarchés et de centres commerciaux.

   

4 Commentaire(s)

Dbjm, Posté
Espèces de débiles. Vous voulez bloquer les centres commerciaux ? J'y travaille (comme plusieurs centaines voire milliers de Réunionnais), et à cause de vos menaces et blocages je ne pourrais pas travailler ce jour là. C'est vous qui paierez ma journée ? Nous ne sommes pas responsables de l'augmentation du prix du carburant (ni les stations) et de la vie chère. Attaquez vous aux vrais responsables !! Bloquez les mairies, la Préfecture, le conseil général, ... Emmerdez les politiques mais pas les gens qui bossent !!!! Bandes de connards !!!!!!!!
Patjonne, Posté
Tout le monde doit se mobiliser contre un pouvoir cynique de technocrates au services de l'ultra capital. Pourquoi pas un siting non violent ( tout le monde s'assoie ) sur la place de l Préfecture ? avec une musique tranquille et pas de discours, juste une explication de texte ... Type Kabar
THOR, Posté
Yes Sceptique, je comprends ta réaction moi j'ai voté et pour Macron par défaut certe mais j'ai voté alors quoi qu'on fait ? on attend d'être encore plus dans la misère....nos députés y peuvent rien faire si ce n'est des courbettes au Big Boss de l’Élysée on attend alors....on crève sans faire de bruit, sans déranger.....
Sceptique, Posté
Gros bordel en perspective, pour peu de résultats. Est-ce que ces gentils organisateurs ont voté lors des dernières élections présidentielles ?